Apparitions, Visions, Revelations

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

La Signification Théologique des Apparitions Mariales

Tout ce qui a été dit sur les apparitions en général concerne aussi et particulièrement les apparitions Mariales, qui sont les plus fréquentes. En parlant de la dévotion Mariale aujourd'hui, le Pape Paul VI a souligné qu'elle doit "montrer avec clarté la place de Marie dans l'Eglise" (34). Elle est toute pour le Christ et son Eglise et c'est pourquoi il n'y a pas de saine dévotion Mariale qui ne conduit au Christ et à la construction de l'Eglise. Comment situer dans ce contexte et comment évaluer les apparitions Mariales de plus en plus fréquentes depuis deux siècles ? Ce phénomène ne peut être observé qu'à la lumière du rôle et de la place uniques de Marie dans l'Eglise, déjà mentionnés. Elle ne peut pas être observée séparément, en elle-même. Elle est toute entière plongée dans le plan du Salut et se tient en relation intime avec les réalités centrales du salut: le Christ en tant que Sauveur et l'Eglise en tant que communauté des sauvés. (35)

La sainteté personnelle de Marie et son service dans le plan du salut ne sont pas deux réalités rapprochées par un jeu de circonstances mais elles représentent un tout inséparable. K. Rahner l'explique comme une unité entre la sainteté personnelle et l'apostolat qui en découle nécessairement, où Marie est "de manière extraordinaire une représentation officielle de l'Eglise". Ce lien avec l'Eglise ne cesse pas à la fin de sa vie terrestre, en effet, sa sollicitude pour l'Eglise de son Fils est d'autant plus forte là où elle est déjà, dans son corps glorieux, comme le seul membre de l'Eglise, pendant que les autres, ayant besoin d'aide, sont encore en chemin. T. Sagi-Bunic dit bien que "dans le texte conciliaire, l'assomption de Marie dans la gloire céleste n'est pas compris comme un départ et une séparation mais comme un accueil de possibilités florissantes pour continuer de manière encore plus élevée son rôle actif dans l'histoire du salut, en lien avec le Seigneur Christ. (37)

Parmi ces "possibilités florissantes" sont certainement les apparitions Mariales qui semblent avoir une place privilégiée. Sans égard au message, en tant que telles, elles ont une signification théologique. Leur existence même est, en effet, le premier message, car elles révèlent le mystère de sa vie et montrent son rôle dans l'histoire du salut. Elles n'ont pas lieu pour Marie mais pour l'Eglise. En nous révélant sa gloire, Marie nous révèle les possibilités qui nous sont offertes par le mystère de son Fils. (38)

L. Scheffczyk dit: "Une apparition de Marie révèle de manière réelle et personnelle tout le mystère de Marie devant le voyant, et par son intermédiaire, devant les fidèles. (39)

Il n'est donc pas exagéré de dire qu'en elle même une apparition de Marie est le plus grand message pour l'Eglise, un encouragement sur son chemin vers l'éternité, mais aussi une obligation. Puisque le temps de l'Eglise est un temps eschatologique et que Marie est la seule à ne pas connaître cette tension eschatologique entre le salut donné et le salut encore inaccompli, son action doit toujours être considérée dans cette lumière. "Elle aura toujours un caractère rétrospectif, visant le mystère du Christ, mais elle sera aussi toujours tournée vers l'avenir et vers l'accomplissement... C'est pourquoi ses apparitions ont une dimension eschatologique particulière et une tendance vers la fin définitive des temps" (40), ce qui ne doit pas être compris dans le sens d'une fin proche, et surtout pas celle qui peut être calculée avec précision.

En tant que celle qui a une fois pour toutes lié son destin à celui de son Fils et par lui à la communauté des sauvés, Marie ne peut pas rester de côté pendant que l'Eglise avec la création toute entière "gémit en travail d'enfantement" (Rm 8,22). Par sa faveur et son amour maternels, elle transmet la lumière à l'Eglise qui traverse les épreuves de ce monde, cette lumière qui vient de la lumière du Christ. En tant que personne humaine, Marie ne peut donner que ce qu'elle a reçu elle-même, et c'est pourquoi ses apparitions n'ont essentiellement qu'un caractère de stimulations dynamiques pour le coeur et la volonté des fidèles, pour incarner d'une nouvelle manière dans un temps donné la vérité de la Révélation déjà reconnue." (41) C'est pourquoi ses apparitions ont toujours trouvé plus d'écho dans les coeurs des fidèles que dans les réflexions des théologiens. A la lumière de la logique et de la dynamique du salut dans l'Eglise, il est tout à fait compréhensible que Marie soit le membre le plus attractif de l'Eglise, celui qui est par la plénitude de sa sainteté, à la fois l'archétype, la mère et l'idéal définitif vers lequel l'Eglise est en marche.

Sans tenir compte de la confusion initiale et des malentendus, toutes les apparitions mariales ont eu une influence forte sur la vie de l'Eglise, en commençant par la création de nouvelles formes de dévotion, en passant par le renouveau de la vie sacramentelle, jusqu'à l'approfondissement de l'image de l'Eglise et de l'amour envers elle. En réalité, la vénération de Marie n'est rien d'autre qu'une "forme de la vénération du mystère de l'Eglise qui voit en Marie son archétype et sa perfection déjà réalisée." (42) Essentiellement, "l'Eglise n'est rien d'autre qu'une copie de Marie..., une empreinte vivante de la figure de Marie dans la communauté chrétienne." (43) C'est pourquoi les apparitions mariales ne peuvent pas être des phénomènes marginaux pour l'Eglise, mais une expression d'elle-même, et c'est pourquoi elle doit nécessairement leur être attentive et ouverte.

 


Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.