Les évêques et archevêques à Medjugorje et à propos de Medjugorje

Other languages: English, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Les évêques et Medjugorje et à propos de Medjugorje - III

Visite d'un Evêque Autrichien

Après avoir participé le 19 septembre à la rencontre des fidèles avec le saint père à maribor, en slovénie, mgr georg eder, archevêque de salzburg en autriche, s'est rendu le 20 septembre à medjugorje. A cette occasion, il a dit :

" c'est la deuxième fois que je me rends en visite privée à medjugorje, puisqu'un évêque ne peut encore venir en pèlerinage officiel. Je suis venu pour un jour à medjugorje, pour des raisons privées, car j'ai une grande confiance en marie de medjugorje. En tant qu'évêque, je ressens également le poids de certaines choses que je porte. Alors, on va quelque part où l'on cherche et où l'on trouve l'aide. Tous les enfants intelligents vont vers leur mère. Même un évêque a besoin d'aide. Au début de cette année, j'ai trouvé ici une grande aide et j'espère que cette fois-ci je ne partirai pas non plus les mains vides.

Ce qui a lieu ici n'a rien de faux ou de mensonger, mais au contraire, c'est bon. Lorsque l'authenticité de ces événements sera reconnu, que se passera-t-il avec ceux qui n'ont pas cru ? Sans aucun doute, ce qui se passe ici est bon, c'est ce qui devrait se passer partout en eglise : prière, messe, confession, adoration, conversions, groupes de prière qui se forment, vocations qui surgissent. Ce qui se passe ici est à lire à la lumière des événements que marie conduit, en nous préparant pour le nouveau millénaire. Il y a ici tant de choses que nous avons oubliées dans l'eglise. Marie nous appelle et nous enseigne. En ce qui concerne l'eglise en autriche, je peux dire que nous avons oublié beaucoup de choses et que nous devons recommencer par ce que marie dit à medjugorje.

La dix-neuvième année des apparitions est en cours. Il y a six voyants. Il est intéressant qu'ils soient restés fidèles tout au long de ces années, qu'ils ne se soient jamais contredits. C'est un vrai miracle. A lourdes, il y avait une seule voyante, à fatima trois voyants, et c'était court. Ici, c'est tout à fait différent. La gospa ne parle pas de ce qui se passe actuellement. Une terrible guerre a eu lieu dans ce pays. Je vois maintenant que l'attitude de marie était sage. Si elle s'était mise à parler de ce qui se passe dans le monde, il y aurait eu un grand danger que tout se complique. Lorsque j'ai demandé au voyant ivan pourquoi la gospa ne parle pas des problèmes du monde actuel, il m'a dit tout simplement que la gospa nous disait ce que nous devons faire : prier personnellement, en famille et en groupe de prière. Personnellement, je vois que c'est vraiment ainsi. La cause de la guerre et de tout autre malheur est en nous. Lorsque l'on trouve la paix en dieu, alors on peut la transmettre aux autres. C'est pourquoi marie a raison. Ici, les gens font l'expérience de la joie, de la paix et du bonheur. Je le vois. Bien qu'il y ait beaucoup de choses négatives dans le monde, la meilleure voie de guérison est d'indiquer ce qui est positif.

Au début, les messages me semblaient trop simples, je dois le reconnaître. Nous, théologiens, sommes faits ainsi : nous voudrions quelque chose de grand. Les messages me semblaient parfois trop simples, à la limite de la banalité. C'est ce que je pensais avant ma première visite. Depuis, je les vis différemment. Chaque soir, je lis un message. Lorsque je le lis pour la première fois, tout semble trop simple, mais lorsque je le lis pour la deuxième fois, je vois que d'une manière toute simple il est dit exactement ce dont nous avons besoin. Nous sommes ainsi : nous voulons de grands mouvements, des choses exaltées, et nous oublions que tout commence simplement, dans le cœur de chacun : d'abord la paix, le chemin de la sainteté, puis la joie. Marie est une mère et elle parle simplement. Souvent, je me souviens des paroles de ma mère : " combien de fois dois-je répéter ? " elle nous a éduqués en répétant toujours les mêmes choses. C'est ainsi que ses paroles ont pénétré nos cœurs. Je me souviens qu'elle nous rappelait sans cesse de prier, d'aller à la confession. Tous les premiers vendredis du mois elle nous rappelait la confession. A medjugorje, marie a choisi la manière juste de nous aider, et je lui suis reconnaissant pour tout.

Je suis très heureux d'être venu même pour une seule journée, et pour moi-même. Merci pour tout, et que dieu vous bénisse pour tout ce que vous faites. "

Les Impressions du Pelerinage a Medjugorje du Mgr Tadeusz Werno

De plus en plus d'évêques du monde entier se rendent à Medjugorje. L'un d'entre eux est Mgr Tadeusz Werno, evêque de Koszalin en Pologne, dont nous avons brièvement mentionné la visite dans le N° 124 du Bulletin de Presse. Il a partagé avec nous les impressions de ces quelques jours passés à Medjugorje.

" Cette année, je fête les 25 ans de mon ordination épiscopale, mon jubilé. C'est ma première visite à Medjugorje, où je suis venu à l'incitation du curé de Podstrzelo, au nord de la Pologne, lui-même profondément imprégné de l'esprit de Medjugorje. Lors d'une conversation, il cherchait à me convaincre que je devais venir à Medjugorje, et il s'est mis à ma disposition pour cela. C'est ainsi que je suis venu.

Les expériences des personnes qui viennent à Medjugorje prouvent que c'est un lieu de grâce toute particulière. Nombreux sont ceux qui se convertissent, qui reviennent sur le chemin de la vérité. Personnellement, je prie le chapelet, mais je me fatigue dès la première partie. C'est ici que j'ai peut-être pour la première fois prié toutes les trois parties du rosaire. Les gens prient en différentes langues, mais ce n'est pas gênant. C'est beau à entendre. J'ai vu qu'il y a beaucoup de confessions, de retours à la Sainte Messe, à la Communion, à la communion avec Dieu qui est ici, parmi nous. Je suis vraiment heureux qu'ici nos frères franciscains conduisent les gens à Jésus par la Gospa, et je leur suis très reconnaissant. J'aime particulièrement le Chemin de Croix sur le Krizevac. C'est merveilleux. J'ai également rencontré une voyante et j'ai parlé avec elle. Je suis allé dans la Communauté de Sœur Elvira, qui aide les jeunes qui souffrent de la dépendance. C'est vraiment un merveilleux fruit des événements de Medjugorje. Hier, j'ai observé les gens pendant la Sainte Messe : les jeunes, filles et garçons, les adultes, les hommes et les femmes prient à genoux, pendant des heures, se confessent. C'est ce dont nous avons besoin. Je crois en Jésus et je n'ai pas besoin des apparitions à Lourdes, à Fatima ou à Medjugorje, mais j'ai besoin de la nourriture que les apparitions nous indiquent et vers laquelle elles nous conduisent. Ici, on souligne l'importance de la sainte Messe comme centre de la vie. Il faut dire ce que Jésus Christ a dit : " Recevez l'Esprit Saint ", l'Esprit de vérité, d'amour, soyez mes témoins partout dans le monde, dans la famille, dans la rue, à l'école, partout. Ayez le courage de faire le signe de la croix, d'être joyeux et heureux !

Et enfin, je souhaite à vous, franciscains, de persévérer dans votre magnifique mission, de continuer à être des instruments entre les mains de Dieu. Je suis convaincu que le Pape actuel bénit votre service à Medjugorje, qu'il pense à vous dans son cœur, car il aime aussi beaucoup la Gospa. Que Dieu, par l'intercession de Marie, vous bénisse, ainsi que tous les pèlerins. Vous devez persévérer. C'est magnifique. "

Archevêque de Seoul a Medjugorje

Mgr Paul Kim Chang-Ryeol, archevêque de Séoul, accompagné de trois prêtres de son diocèse (Rhee Dae Won, Chang Daee Ik et Chang Keung Sun) s'est rendu à Medjugorje du 6 au 10 août 1999. A la suite de milliers de Coréens qui se rendent chaque année en pèlerinage vers la Reine de la Paix, il est venu faire connaissance de ce lieu, de la vie de prière et de la liturgie des pèlerins. En tant que pèlerin, il a particulièrement prié pour son église et pour l'élimination des tensions entre les Coréens séparés entre deux pays.

Les Cardinaux et les Evêques a Medjugorje

Comme nous l'avons annoncé dans le dernier numéro du Bulletin de Presse, le Cardinal Bernardino Echeverria Ruiz, archevêque en retraite de Guayaquivil, et Mgr Victor Pavon Puente, évêque, tous deux équatoriens, se sont rendus en visite privée à Medjugorje du 26 au 28 juin.

Du 27 au 29 juin, deux autres évêques de l'Equateur se sont également rendus en visite privée à Medjugorje : Mgr German Pavon Puente, évêque de Tulcano, et Mgr Carlos Altamirano, évêque auxiliaire de Quito.

Dans un entretien avec le père Slavko Barbaric, ils ont déclaré :

Cardinal Bernardino Echeverria Ruiz :

P. S.B. Quand avez-vous entendu parler de Medjugorje pour la première fois ?

Card. B.E.R. Il y a longtemps. J'avais un grand désir de m'y rendre tout de suite, mais je n'ai pas pu le réaliser jusqu'à présent. Je suis tellement heureux d'être venu ici. En ce qui concerne le message, il nous est déjà bien connu, car il est entièrement biblique. Ce qui m'a attiré à venir ici, c'était le désir de connaître la communauté paroissiale et de rencontrer les frères franciscains qui font ici un si beau travail. C'est une vraie évangélisation. La participation à la messe hier soir a été pour moi une expérience magnifique. Ici, on a du temps pour la prière, pour la célébration de la messe. J'ai senti tant de dévotion lors de la prière du rosaire avant la messe. Tout cela m'a profondément touché. J'ai compris que, hormis le message donné par la Gospa, ce qui est si important ici, c'est sa présence. Dieu parle ici par Marie, et pas seulement à vous, mais à tous les peuples et à toutes les cultures. On ne vient pas ici pour faire du tourisme. On y vient pour la confession, pour rencontrer Dieu. C'est un moment divin pour le monde. Hormis le message et la présence de Marie, ce qui compte aussi, c'est tout le travail qui est fait ici. Personnellement, je sens ici le début de la conversion de toute l'Europe. J'ai vu tant de personnes attendre pour la confession. Une foule de fidèles communie, participe à la sainte messe. C'est précisément ce qui doit primer dans la pastorale, être le plus important : être à la disposition des gens. C'est ce qui arrive ici. Je rends grâces à Dieu d'avoir rencontré ici mes frères franciscains et le peuple croate, et d'avoir senti votre foi.

Mgr Victor Maldonado :

P. S.B. :Quelles sont vos impressions sur Medjugorje ?

Mgr V.M. :Je peux confirmer ce que Cardinal Bernardino Echeverria a déjà dit : Medjugorje est un lieu de rencontre entre Dieu et homme. Ici se trouve une vraie source de salut. Lorsque l'on vient ici, on comprend tout de suite que nous avons tous besoin de la conversion. Ces jours-ci, nous avons rencontré la voyante Marija. Nous avons prié avec elle pendant l'apparition et parlé avec elle. Nous avons vraiment besoin de la conversion, afin de pouvoir accomplir notre tâche et aider les autres sur le chemin de la conversion. Je dois reconnaître que la venue en ce lieu a ouvert mes yeux pour beaucoup de choses. Je pourrais faire beaucoup de choses différemment dans mes tâches.

P. S.B. : A votre retour, que pensez-vous dire à ceux qui vous sont confiés ?

Mgr V.M.: Ici, j'ai mieux compris le rôle de Marie dans la vie du chrétien. Je considère cela comme un grand don et une grande grâce. C'est de cela que je vais parler aux gens.

Visite d'un Archeveque du Panama

Comme nous l'avons annoncé dans le dernier numéro de notre Bulletin, Mgr José Dimas Cedeno Delgado, archevêque du Panama, s'est rendu à Medjugorje. Nous publions un extrait de l'entretien qu'il a accordé au père Slavko Barbaric.

SB : Voudriez-vous vous présenter brièvement ?

JD : Je suis archevêque du Panama en Amérique Centrale, président de la Conférence épiscopale du pays qui consiste en 8 diocèses et compte environ un million d'habitants. Nous parlons espagnol. Je suis le 47e évêque depuis la création du diocèse, diocèse le plus ancien de toute l'Amérique. Notre Eglise se porte bien. Nous continuons à avoir beaucoup de vocations, et ce qui est très important, de nombreux mouvements laïcs qui apportent un bon esprit dans l'engagement de l'Eglise. Nous avons des raisons d'espérer.

SB : Que pourriez-vous dire de votre séjour à Medjugorje ?

JD : C'est ma première visite en ce lieu. Je suis accompagné d'une vingtaine de pèlerins. En ces jours, j'ai pu constater et expérimenter qu'il règne dans tous les groupes de pèlerins un grand esprit de piété et une ferveur dans la prière. La disposition pour la prière est admirable. L'esprit de foi que l'on peut sentir ici dans la prière incite au renouveau de la foi dans les cœurs de tous ceux qui s'y rendent.

SB : Est-ce que vous avez pu constater des fruits de Medjugorje au Panama ?

JD : Bien sûr, Dieu merci ! Dans une paroisse animée par le père Francesco Verar qui vient souvent à Medjugorje, nous avons construit une église identique à celle de Medjugorje. Francesco a même fondé une communauté qui s'appelle " Les sœurs de Marie, Reine de la Paix ". Chaque soir, ils ont le même programme de prière qu'à Medjugorje. Ils sont très engagés.

SB : Est-ce que cette communauté a déjà été reconnue par l'Eglise ?

JD : Oui. Lorsque j'ai vu ce qu'ils font et comment ils vivent, que leur mission principale était de prier pour la paix et lorsque j'ai connu leur spiritualité, j'ai reconnu cette communauté au niveau diocésain. La communauté existe depuis plusieurs années. Ils ont de bonnes expériences. J'avais rencontré le curé qui les connaît bien et qui a confirmé ma bonne impression. Le 25 juin 1998, anniversaire des apparitions, j'ai donc reconnu cette communauté. Je suis parfaitement conscient que c'est un fruit de Medjugorje.

 


Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.