Le grand jubilé de Marie - 25 juin … 25 ans…!

Other languages: English, Deutsch, Français, Italiano

Un air de fête. Partout des visages joyeux, miroir de gratitude pour le fait d’être ici dans ce moment, important et très attendu: le 25° Anniversaire des apparitions de la Bienheureuse Vierge Marie à Medjugorje.

Un sentiment commun se fait jour dans les yeux de tous: celui qui se sent personnellement invité, peut-être aussi un peu privilégié par rapport aux autres. Sûrement aimé. Il semble que la Gospa ait “combiné les choses” dans la vie de chacun pour qu’il soit ici, présent aujourd’hui. Ce n’est certes pas un mystère de prédilection, mais d’élection oui: un appel spécifique qui nous invite à devenir apôtres, médiateurs d’une grâce trop grande pour être retenue. Un appel gratuit de la part de Dieu qui ne doit pas nous faire entendre meilleurs que les autres, mais seulement administrateurs responsables d’un bénéfice destiné à tous.

Voilà alors que dans ce jour solennel chacun se fait véhicule de bénédiction pour ceux qu’il a portés dans le souvenir et dans la prière. 100.000 sont les personnes présentes dans le Sanctuaire mais beaucoup plus nombreuses celles qu’on ne voit pas: un grand peuple visible seulement à Marie qui, avec une discrétion élégante sait utiliser chaque moyen pour atteindre ses enfants.

Elle était là, en attente. Elle aussi sûrement émue et anxieuse pour l’arrivée de qui désire seulement lui donner sa propre embrassade et la recevoir en échange. Des âmes venues renouveler leur propre ‘oui’ et demander la force d’y rester fidèles. Elle s’est faite trouver comme toujours, accueillante et providentielle. Et pour chacun Elle a réservé une caresse, un mot, un conseil, une confirmation ou une correction utile pour les pas futurs. Une présence tacite mais éloquente que celle de Marie, qui sait imprégner d’Elle chaque parcelle de cette terre bénie.

Déjà à la moitié de la semaine des groupes entiers sont arrivés de toute part de la planète pour vivre avec enthousiasme cet événement de grâce. Des langues diverses scandent leur prière par les rues, dans les maisons, devant les statues et aux stations de la Via Crucis.

En ces jours et depuis les premières heures de l’aube, la colline des apparitions ruisselle littéralement de gens qui grimpent, s’arrêtent pour prier, s’assoient pour méditer entre les pierres polies par les pas des pèlerins qui, durant ces 25 années, y ont cheminé. Elle a choisi cet endroit inaccessible, la Vierge pour se faire vivante parmi nous; un endroit dépourvu de commodité et d’attraits mais qui, mystérieusement, nous fait nous sentir bien, en harmonie profonde avec nousmêmes et avec le monde. Une sorte de Tabor où Elle voudrait dresser sa tente. Et y rester.

Mais la descente est nécessaire pour que la graine de conversion reçue se concrétise en une réponse consciente et devienne mission. Et c’est en église, en bas, l’endroit juste pour vérifier son propre engagement, dans une confrontation avec l’Eucharistie en qui se renouvelle continuellement l’alliance de Dieu, et qui nous interpelle. Chaque jour se succèdent les Messes dans les différentes langues; mais le soir, devant l’énorme hostie exposée sur l’autel extérieur, entre les milliers de coeurs muets et participants coule un idiome commun: celui de l’Amour.

La paroisse regorge de fidèles malgré la grande chaleur qui enserre comme un étau les corps fatigués. De longues files devant les confessionnaux expriment le désir de réconciliation qui sert à créer dans les âmes l’espace pour accueillir la paix. Celle-là que la Reine est venue du Ciel nous apporter. Elle nous demande de Lui confier tous nos péchés, nos préoccupations et le poids que la quotidienneté nous impose. Seulement ainsi on crée la place pour Jésus.

Un sentiment de légèreté se perçoit dans l’air, tout semble simple, bien que parfois les guides des pèlerinages accomplissent de véritables tours de force, remplissant la jour-née avec mille engagements, pas toujours nécessaires… Oui, parce que l’unique chose qui compte est la rencontre avec Elle, et pour cela il y a besoin de temps et de repos.

À 18 heures toute l’esplanade derrière l’église est déjà remplie. On commence à prier le chapelet: mystères joyeux et glorieux. Les Avé Maria se succèdent, mais au moment de l’apparition, à l’improviste chaque voix s’apaise pendant que les coeurs s’ouvrent pour accueillir la Mère. Instants d’éternité qui dilatent l’âme et font entrer Dieu.

Children at the Altar during Apparitions celebrationChildren at the Altar during Apparitions celebration

A l’autel sont présents des centaines de prêtres venus de toute part, avec les frères qui, en ces années, ont animé la paroisse avec leur service, à commencer par le premier curé - p. Jozo Zovko - jusqu’à l’actuel - p. Ivan Sesar - qui souhaite cordialement à tous la bienvenue. C’est avec la Célébration eucharistique, action de grâce par excellence, que se couronne cette journée de célébrations. Là tout devient clair et apporte la réponse à qui se demande encore: “Mais pourquoi la Sainte Vierge est-elle venue?”. Pour nous porter à Jésus, naturellement… en nul autre n’est le salut!

Finalement les voyants, ensemble, guident la prière des sept Notre Père, Avé et Gloria, -comme c’est la coutume ici, à Medjugorje; puis, la troisième partie du Rosaire. L’une d’entre eux, Ivanka a justement reçu l’apparition annuelle qui lui destinée. Elle avait en effet reçu en 1985 le dixième secret et alors les apparitions quotidiennes s’étaient interrompues pour elle. Dans sa voix nous recueillons avant tout l’émotion née une heure auparavant de la rencontre avec Marie, qui lui avait dit de nous transmettre: “Chers enfants, merci d’avoir répondu à mon appel. Priez, priez, priez“.

Visionaries Ivanka, Jakov, Mirjana, Marija and IvanVisionaries Ivanka, Jakov, Mirjana, Marija and Ivan

Ce que nous avons vécu aujourd’hui nous le découvrirons dans le temps. La Grâce était intense et a pénétré chacun en profondeur. Les fruits qu’elle portera dépend de la mesure de notre réponse.

La sensation est qu’une phase s’est terminée, celle de la préparation. Maintenant commence le temps de l’action qui n’est certes pas de l’activisme mais l’entière participation aux mouvements de l’Esprit qui préparent le triomphe du Coeur immaculé; une participation silencieuse et convaincue, courageuse et radicale. Est-ce un temps de synthèses et de bilans: de ce que Marie nous a dit jusqu’à présent et de ce que nous en avons fait? Que nous réserve le futur, qui commence déjà à se pro-filer? Un silence profond reste dans l’âme après tout ceci, une absence de paroles qui nous “contraint” à nous immerger dans le mystère et à le contempler sans tenter de le diriger selon nos goûts ou expectatives. Une route s’est sûrement ouverte: celle qui mène à DIEU, au Père, à l’union avec Lui, à cette plénitude de vie trinitaire où tout se fait clair et compréhensible. En la parcourant nous comprendrons que nous ne devons rien faire, mais simplement être en Dieu et permettre qu’Il soit en nous. Nous devons aller au-delà de toute vision, désir ou programme, parfois audelà des messages, parce que seulement ainsi ils pourront vivre en nous et se faire vie. Un nouvel espace, au-dedans et au-dehors de nous s’ouvrira, où Marie sera vivante et visible à notre regard intérieur et habitera notre coeur. Alors son visage affleurera sur le nôtre et le monde pourra le regarder. Donc, ne nous demandons pas combien de temps tout ceci durera encore… combien encore la Vierge apparaîtra… Nous ne craignons pas la fin des apparitions, parce que nous-mêmes serons Medjugorje: des fils habités par la Mère, qui en se donnant, La donneront au monde.

 


Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.