Le Pape Jean-Paul II et Medjugorje

Other languages: English, Čeština, Deutsch, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

Medjugorje à la Lumiere de la Visite du Saint Père à Sarajevo

Le Pape s'est rendu à Sarajevo mais il n'est pas venu à Medjugorje comme beaucoup l'espéraient, malgré son évidente bienveillance envers les événements de cette paroisse. Rappelons que le Président croate Franjo Tudjman lui-même, juste avant l'arrivée du Pape à Sarajevo, avait déclaré devant un groupe de politiciens et de prêtres que sa Sainteté Jean Paul II, lors de leur dernier entretient, lui avait dit qu'à l'occasion de sa visite à Sarajevo il aurait voulu se rendre à Medjugorje. A cette déclaration était présent l'évêque local, Ratko Peric, qui n'a rien dit.

On ignore et on continuera probablement à ignorer que le Pape, dans les coulisses, a parlé aux hauts prélats réunis à Sarajevo. Par contre on sait qu'il a demandé qui était le provincial franciscain de la province d'Herzégovine dans laquelle se trouve la paroisse de Medjugorje. On sait aussi qu'il a mentionné avec un sourire le nom de Medjugorje à son arrivée à Sarajevo, à l'occasion du dîner au séminaire catholique et de son départ de Sarajevo. Mais tout cela est passé quasi inaperçu.

Par contre les âmes se sont réchauffées à l'audience papale du mercredi juste après la visite à Sarajevo. Comme nous le révèlent les dépêches d'agence, à cette occasion le Pape a déclaré entre autres : "Pendant la guerre, les pèlerinages des croyants aux sanctuaires marials ne se sont interrompus ni en Bosnie et Herzégovine, ni en d'autres parties du monde, ni d'une manière particulière à Lorette pour demander à la Mère des peuples et à la Reine de la Paix d'intervenir dans cette région meurtrie". Ces paroles du Pape ont été interprétées par beaucoup comme une de ses reconnaissances directes des événements de Medjugorje. Il est difficile de dire comment l'Eglise agira à bref et à long terme vis à vis de ces événements. Avec la dissolution de la Conférence Episcopale Yougoslave, il n'existe plus de commission qui s'occupe de suivre les événements de cette paroisse. A cet égard l'Eglise devra faire quelque chose. Entre temps Medjugorje suivra son propre cours : l'arbre se reconnaîtra à ses fruits.

Le Pape, Medjugorje et le Provincial de l'Herzégovine

A l'occasion de la visite du Saint Père en Bosnie-Herzégovine, les 12 et 13 avril 1997, beaucoup espéraient sa visite à Medjugorje, car il en avait plusieurs fois manifesté le désir. Malheureusement les choses ne se sont pas passées ainsi. Mais le Pape n'a pas oublié Medjugorje.

Le 12 avril, à l'aéroport de Sarajevo les premiers à saluer le Pape étaient trois évêques et deux provinciaux. Lorsque le provincial de la Bosnie, Fra Petar Andjelovic, le premier des provinciaux, s'est approché du Pape pour le saluer, le Pape lui a adressé cette question : " Medjugorje? ". Il fit signe à Fra Tomislav Pervan, provincial de l'Herzégovine, qui dit : " Je suis de Mostar et de Medjugorje ". Le Pape a acquiescé avec satisfaction répétant par deux fois : " Medjugorje, Medjugorje ". La scène a été vue par tous ceux qui ont suivi l'arrivée du Pape à la télévision.

Pendant qu'il priait avec les personnes venues à la cathédrale de Sarajevo, le Pape a prié à deux reprises la Reine de la Paix pour la Bosnie et l'Herzégovine. Beaucoup de ceux qui étaient là ont interprété ce geste comme adressé à la Reine de la Paix de Medjugorje.

Après le dîner, au séminaire catholique de Sarajevo, Fra Tomislav saisi l'occasion pour remettre personnellement au Pape la toute dernière monographie photographique sur Medjugorje qui lui a été envoyée par les franciscains qui travaillent dans la paroisse de Medjugorje. Ils ont aussi parlé brièvement de Medjugorje. Le Pape a accueilli les deux choses en silence mais, a juger de l'expression de son visage, avec joie et intérêt.

Au moment du départ du Pape de l'aéroport de Sarajevo Fra Tomislav Pervan, en le saluant, lui dit :  "Sa Sainteté nous vous attendons à Medjugorje ". Le Pape, d'un sourire qui a été vu sur tous les écrans de télévision répondit : " Medjugorje, Medjugorje ".

Le Président de la Croatie, Medjugorje et le Pape

Selon les accords de Dayton, la République croate et la Fédération de Bosnie-Herzégovine doivent former dans l'avenir une confédération. L'union économique est un des facteurs essentiels pour atteindre ce but. C'est pour cette raison que le Président Tudjman, a assisté le 15 Mars 1997 à la remise en marche de l'usine d'aluminium de Mostar.

Après les festivités, le Président Tudjman a exprimé le désir de se rendre au sanctuaire de la Reine de la Paix à Medjugorje. Il a été accueilli par le Tomislav Pervan, Provincial franciscain de l'Herzégovine, et par le Père Ivan Landeka, curé de la Paroisse de Medjugorje. Le sanctuaire lui-même, et la joie de la foule venue à sa rencontre (plus de 30 000 personnes de toutes les régions de la Bosnie-Herzégovine) ont beaucoup touché le Président, qui s'est entretenu ensuite avec les prêtres. Parmi eux se trouvaient non seulement les prêtres de la paroisse et ceux des paroisses avoisinantes, mais aussi, venus de plus loin, l'évêque du lieu Mgr Ratko Peric, et 15 des plus hauts dignitaires de la République de Croatie et de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, également présents à Mostar.

Le Dr Franjo Tudjman a déclaré en particulier ceci:  "  Je vous redis à nouveau que le Pape Jean-Paul II, lors de notre dernière rencontre, a exprimé le désir de se rendre aussi à Medjugorje au cours de sa visite en Bosnie-Herzégovine. "

Aux dernières nouvelles, le Pape ne viendraient pas à Medjugorje le 13 Avril prochain. Mais il est bon de savoir qu'il en a le désir.

Declaration du Pape Jean-Paul II sur Medjugorje

Ces déclarations ne sont pas certifiées par l'approbation et la signature du Pape mais nous ont été rapportées par des personnes en lesquelles nous avons confiance. C'est la raison pour laquelle nous l'avons inséré sous le titre de "Documents".

1. Lors d'une conversation privée avec la voyante Mirjana Soldo, le Pape déclara : "Si je n'étais pas Pape, je serai déjà à Medjugorje pour confesser" (1987).

2. Mgr Maurillo Krieger, ancien év que de Florianopolis (Brésil) a visité Medjugorje à quatre reprises. Il écrivit la déclaration suivante : En 1988, j'étais avec huit autres év ques et trente-trois pr tres à l'occasion d'une retraite spirituelle au Vatican. Le Saint-Père savait que plusieurs d'entre-nous s'étaient déjà rendu à Medjugorje auparavant. Après la messe privée avec le Pape, avant de quitter Rome, il dit, sans avoir été questionné à ce propos, "Priez pour moi à Medjugorje". A une autre occasion, je dit au Pape "Je vais à Medjugorje pour la quatrième fois". Il rassembla ses esprits et dit "Medjugorje, Medjugorje, c'est le centre spirituel du monde". Le m me jour, je parlai avec d'autres év ques Brésilien et le Pape au déjeuner et lui demanda : "Votre Sainteté, puis-je dire aux voyants que vous leur envoyez votre bénédiction ?" Il répondit "Oui, oui," puis il m'enlaça.

3. A un groupe de médecins, qui travaille pour la défense et la protection de la vie des enfants pas encore nés, le Pape dit le premier janvier 1989, "Oui, le monde a perdu le sens du surnaturel, il le retrouve à Medjugorje par la prière, le je ne et la confession."

4.Le 11 novembre 1990, la revue catholique coréenne (" Journal catholique ") a publié l'article suivant signé par le président de la Conférence épiscopale de Corée, Mgr Angelo Kim : " Vers la fin du dernier Synode des évêques à Rome, les évêques de Corée ont été invités au déjeuner avec le Pape. A cette occasion, Mgr Kim s'est adressé au Pape, de la manière suivante : " C'est grâce à vous que la Pologne a été libérée du communisme. " Le Pape a répondu : " Ce n'est pas moi. C'est l'uvre de la Vierge Marie, comme elle l'a annoncé à Fatima et à Medjugorje. " L'archevêque de Kwanyu est intervenu : " En Corée, dans la ville de Nadjo, il y a une Vierge qui pleure. " Et le Pape de répondre : " Certains évêques sont contre, comme par exemple en Yougoslavie, … mais il faut prendre en considération les témoignages d'une multitude de gens et les nombreuses conversions… tout cela est conforme à l'Evangile, tous ces facteurs doivent être sérieusement examinés. "

La revue commente : " Il ne s'agit pas d'une décision de l'Eglise, mais d'un signe donné par notre Père commun en son nom propre. Sans en exagérer l'importance, il ne faut pas non plus le dédaigner… "

(Citation reprise de la revue " L'Homme Nouveau " du 3 février 1991)

(Nasa Ognjista, XXI, 3, Tomislavgrad, 1991, p.11)

5. L'ArchEVÊQUE Kwangu dit au Pape : "En Corée, dans la ville de Nadju, la Vierge pleure..." Le Pape répondit "Il y a des év ques , comme en Yougoslavie par exemple qui sont contre cela..., mais il est important de regarder le grand nombre de gens qui répondent à son invitation, le nombre de converstions...tout cela est indiqué dans les évangiles, tous ces faits doivent tre sérieusement étudiés." (L'homme nouveau, 3 Février 1991.)

6. Le Pape dit au Père Jozo le 20 juillet 1992 : "Occupez-vous de Medjugorje, prenez soin de Medjugorje, ne vous lassez pas. Persévérez, soyez fort, je suis avec vous. Veillez sur Medjugorje et protégez ce lieu."

7. L'archEVÊQUE du Paraguay, Mgr Felipe Santiago Bentez, en Novembre 1994 demanda au St-Père s'il était opportun de permettre des rencontres sur Medjugorje, animés par des pr tres de Medjugorje. Le St-Père répondit : "Autorisez tout ce qui concerne Medjugorje".

8. Lors de réunions officieuses, dans le cadre de la rencontre du Pape Jean-Paul II avec la délégation croate d'Eglise et d'Etat qui a eu lieu à Rome le 7 Avril 1995, le St Père a déclaré entre autre qu'il envisageait de revenir en Croatie. Il a également mentionné la possibilité d'une arrivée à Split d'où il se rendrait pour le sanctuaire de "Marija Bistrica" et de Medjugorje. ("Slobodna Dalmacija"8 Avril 1995, page 3.)

Ce que la Vierge a Declare sur Jean-Paul II

1. Selon le témoignage des voyants, à l'occasion de l'attentat contre le Pape, le 13 Mai 1982, la Sainte Vierge déclara : "Ses ennemis ont essayé de le tuer mais je l'ai protégé."

2. Par l'intermédiaire des voyants, le 26 Juin 1982, la Sainte Vierge adressa un message au Pape, "Qu'il se considère comme le père de tous les peuples et pas seulement des chrétiens; Qu'il propage inlassablement et avec courage le message de paix et d'amour parmi tous les hommes."

3. Par l'intermédiaire de Jelena Vasilj, voyante du coeur, le 16 septembre 1982, la Sainte Vierge déclara au sujet du Pape "Dieu lui a donné la permission de défaire Satan".

Elle demande à tous et spécialement au Saint-Père de "propager le message que j'ai reçu de mon Fils, ici à Medjugorje. Je désire confier au Pape le mot avec lequel je suis venu ici: "Mir", la paix, qu'il doit répandre partout. Et voici un message spécialement pour lui: "Qu'il réunisse le peuple chrétien par ses paroles et ses prédications. Qu'il répande particulièrement parmi les jeunes, les messages reçus du Père dans ses prières, lorsque Dieu l'inspire".

En prenant en considération les difficultées de la paroisse par rapport à l'év que et la commission d'enqu te sur les évènements de Medjugorje, la Vierge déclara: "Il faut suivre l'autorité de l'Eglise, bien s r. Cependant, avant qu'elle ne se prononce, il faut avancer spirituellement, car elle ne pourra se prononcer dans le vide, mais dans une confirmation qui suppose la croissance de l'enfant. En premier, vient la naissance, suivie du bapt me, puis de la confirmation. L'Eglise viendra confirmer ce qui est né de Dieu. Nous devons marcher et avancer dans la vie spirituelle, inspirés par ces messages."

4. A l'occasion de la visite du St Père en Croatie, la Vierge déclara: "Chers enfants ! Aujourd'hui je m'unis à vous d'une manière particulière, priant pour le don de la présence de mon Fils bien-aimé dans votre patrie.

Priez, petits enfants, pour la santé du plus cher de mes fils qui souffre et que j'ai choisi pour ces temps. Je prie et j'intercède auprès de mon Fils Jésus, afin que se réalise le r ve qu'avaient vos pères.

Priez, petits enfants, de manière particulière, car Satan est fort et veut détruire l'espérance dans vos coeurs. Je vous bénis. Merci d'avoir répondu à mon appel." (25. 8. 1994.)

 


Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.