Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité  | Liens[EN]  | Screensaver  | Wallpaper | Web Feed

www.medjugorje.ws » Echo de Marie Reine de la Paix » Echo de Marie Reine de la Paix 120 (Juin 1995)

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Italiano
Download (59.9 KB )
background image
Juin 1995 - Mois des S.Coeurs de Jésus et de Marie
- Orig. Italien: cas. post. 149, I - 46100 Mantova
A.11, n.6; Tout Courrier est à adresser à: Echo de Marie, 18 Allée Thévenot, F-39100 DOLE
Message trasmis par Marija Pavlovic’ le
25 avril 1995:
Chers enfants, aujourd’hui Je vous
invite à l’amour. Petits enfants, sans amour
vous ne pouvez vivre ni avec Dieu ni avec
les frères. C’est pourquoi Je vous invite
tous à ouvrir vos coeurs à l’amour de Dieu
qui est tellement grand et ouvert à chacun
de vous. Par amour de l’homme, Dieu
M’envoya parmi vous, pour vous montrer
le chemin du salut, le chemin de l’amour.
Si vous n’aimez pas Dieu d’abord, vous
ne pourrez pas aimer votre prochain, ni
celui que vous haïssez. C’est pourquoi, petits
enfants, priez et à travers la prière vous
découvrirez l’amour. Merci d’avoir
répondu à Mon appel.
“Sans l’Amour on ne peut vivre
ni avec Dieu ni avec les frères”
Faisant suite au message donné il y a un
mois à Mirjana, où Marie se lamentait de notre
ingratitude envers Dieu et notre dureté de coeur
envers les souffrances de notre prochain,
aujourd’hui Notre Dame nous invite encore à
l’amour
, disant en termes décidés et sans
équivoque que sans amour on ne peut vivre
ni avec Dieu ni avec les frères
. Il y a là un
discernement clair pour nous-mêmes, afin de
découvrir si nous sommes avec Dieu ou avec
notre ‘moi’.
1. Beaucoup croient VIVRE AVEC DIEU
du fait de leur extérieure profession de foi, et
par une certaine pratique chrétienne, parce qu’ils
soutiennent un profil de foi qui les place du
côté de l’Eglise (et les arrange aussi): mais en
réalité; comme les vierges folles, ils n’alimen-
tent pas la flamme de la foi avec des oeuvres
d’amour de Dieu, avec des choix concrets de
Sa volonté. Pour eux, Dieu devient seulement
un mot: ils ont la bouche pleine de Seigneur,
Seigneur, mais Il n’est pas le Seigneur de leur
vie. Quelle tromperie de vivre avec un Dieu qui
désire avec jalousie l’esprit qu’Il a mis en vous
(Jc 4,5), et ne pas L’aimer! Aussi, à ceux qui
se vanteront jusqu’à avoir prophétisé et fait des
miracles en son Nom, le Seigneur dira: Je ne
vous connais pas (cfr Mt 7,21-23). On ne peut
pas habiter près d’un feu dévorant (cfr Is 33,14)
et ne pas brûler d’amour.
2. On ne peut pas non plus VIVRE AVEC
LES FRERES sans l’amour qui vient de Dieu.
De fait, nous voyons combien la vie entre les
hommes devient aujourd’hui invivable par la
recherche excessive de soi-même, qui crèe
toujours plus de divisions, dressant les uns
contre les autres.
Des discours d’amour nous parviennent de
toutes les tribunes, mais viennent souvent de
déserts arides car ni baignés ni nourris de la
lymphe du véritable amour. Semblent arrivés
les temps prévus par l’Evangile où, par le
déferlement de l’iniquité, l’amour de beaucoup
se refroidira
. Si vous n’aimez pas d’abord
Dieu, vous ne pourrez pas aimer votre prochain
ni celui que vous haïssez. Parce que l’amour
est de Dieu et, si l’homme n’accueille pas
Dieu, il ne peut pas aimer. Qui n’a pas l’amour
de Dieu est dans les ténèbres et ne sait plus
reconnaître les autres comme des frères.
L’orgueilleux n’a pas l’amour de Dieu et n’aime
personne car il s’affirme seulement lui-même.
Ainsi, l’homme sans Dieu juge, hait, condamne.
Lorsqu’il suit ses sympathies et dit aimer, en
réalité, c’est encore lui qu’il aime égoïstement.
Ecoutez comme Marie nous répète, avec
grande profondeur et simplicité de langage, les
mots de l’Apôtre, pour que nous ne nous
trompions pas: L’amour est de Dieu et
quiconque aime est engendré par Dieu et
connait Dieu... Et en ceci consiste l’amour: ce
n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est
Lui qui nous a aimés... Nous devons nous aimer
les uns les autres puisque Lui nous a aimés le
premier
(1J.4).
Et, regardant avec Ses yeux et ‘à travers’
Son coeur ceux que nous sommes portés à haïr,
nous les verrons avoir tant besoin d’amour que
nous deviendrons capables de les aimer comme
Dieu les aime. Le chrétien fait connaître le
Seigneur aux autres s’il Le porte dans son
coeur et vit Son Amour Jésus demande à
Pierre: M’aimes-tu plus que ceux-ci (J 21,15)?
Jésus ne lui demande pas avant tout d’aimer
Ses brebis, mais de L’aimer, Lui. Si Pierre vit
dans son coeur l’amour pour le Seigneur, il
accueillera et aimera aussi Ses brebis comme
Lui les a aimées, jusqu’à donner sa vie pour
elles, jusqu’à pardonner celles qui renient, à
aimer celles qui haïssent et qui selon nos critères
humains, mériteraient d’être payées de retour.
3. C’est pourquoi, ouvrez vos coeurs à
l’amour de Dieu, qui est tellement grand et
ouvert
(c-à-d.. toujours adressé) à chacun de
nous. Ce grand amour nous est offert comme
un don gratuit et nous le recevons dans la
mesure où nous nous ouvrons à lui. Puis la
“Je suis venue vous demander la
consécration à mon Coeur Immaculé”:
Comme en un jardin vierge nous y serons
protégés de l’invasion satanique, nous y
trouverons le Coeur de Jésus qui ne fait
qu’un avec le Sien, et nous y puiserons son
Esprit Saint. (mémoire: 24 juin)
Madone nous révèle que c’est vraiment par
amour de l’homme
que Dieu L’a envoyée
parmi nous, pour nous montrer cette unique
voie du salut, qu’est la voie de l’amour
.
4. S’il est donc vrai que quand nous aimons
nous passons de la mort à la vie (1J.3,14),
comment ferons-nous pour aimer? Priez, et à
travers la prière vous découvrirez l’amour
.
L’insistance de Marie doit nous convaincre
que, seule, la prière est la porte par laquelle
entre en nous la vie de Dieu et donc tout le
reste. Les fêtes pascales et le ‘mois de Marie’
sont des occasions propices que notre Mère
nous offre pour revenir à la plénitude de la vie,
qui est dans Son dessein pour Ses enfants, et
donc pour le salut du monde.
don Angelo
:
Réfugiez-vous dans mon Coeur I.
pour vous sauver de satan
Message du 25 mai 1995:
Chers enfants! Je vous appelle, petits
enfants: aidez-Moi par vos prières à
rapprocher de mon Coeur Immaculé le
plus de coeurs possible. Satan est fort, et de
toutes ses forces, il désire rapprocher de lui
et du péché le plus de personnes possible.
C’est pourquoi, il se tient aux aguets
pour s’emparer à chaque instant de plus de
personnes. Je vous en prie, petits enfants,
priez et aidez-Moi à vous aider. Je suis
votre Mère, Je vous aime, et c’est pourquoi
Je désire vous aider.
Merci d’avoir répondu à Mon appel.
Dans l’histoire du salut, il y a une guerre
sans merci entre la Femme et satan jusqu’à ce
que celui-ci soit vaincu (Gen.3,5); mais dans
les ‘derniers temps’ (ceux que nous vivons) la
lutte se fait plus acharnée contre la descendance
de la Femme (cfr Ap.12,13-17).
Les hommes (même nous, chrétiens) sous-
évaluons la puissance de séduction (2 Tess.2,9-
11) et l’ampleur des moyens dont satan dispose
pour ses grands projets, afin de tromper les
hommes, “même dans les choses les plus
petites” (25.3.95) et les attirer à lui et au péché,
et donc les éloigner de Dieu et du salut.
Mais nous n’apprécions pas suffisamment
non plus la force et l’attrait du Coeur Immaculé
de Marie, de Celle qui est belle comme la lune,
resplendissante comme le soleil, et redoutable
comme des bataillons (Ct 6,10).
Et c’est pourquoi Elle vient nous visiter,
nous parler, nous illuminer et nous déclarer
constamment qu’Elle est avec nous et pour
nous
dans cette lutte. Elle veut nous faire
comprendre la réalité de satan qui oeuvre sans
trêve, comme un lion rugissant (1 Pt 5,9), aux
aguets dans sa tanière pour happer le
malheureux en l’attirant dans ses filets (Ps.); au
contraire, l’homme ne le voit pas, ou ne veut
pas le voir.
Rendus conscients, avec l’aide de notre
Mère, de notre extrême fragilité et des forces
du malin, nous ne devons cependant pas en
avoir peur ni fixer notre attention sur lui; mais,
dans la prière et dans l’amour filial nous laisser
attirer par le Coeur Immaculé
. Accueillis
entre Ses bras et demeurant dans Son Coeur,
nous serons en sécurité par l’efficacité de la
rédemption du Christ, et victorieux contre les
forces du mal et les tentations de satan. >
120
background image
Prière continuelle, permanente,
pour la Paix
Depuis longtemps nous n’avions pu insérer
cette rubrique, bien qu’elle soit toujours
vivante et chère à nos coeurs. De multiples
difficultés se sont liguées pour dresser des
obstacles; mais une dévouée lectrice - Anne
- s’occupant actuellement de la mise à jour de
cette comptabilisation, dès septembre nous
serons en mesure de vous donner davantage
de précisions. Ce long silence ne nous a pas
empêchés de prier pour que nous ayons tous
la force, la joie et la persévérance d’accomplir
ce devoir d’assistance pour toute l’humanité!
Que chacun profite de cette période d’été
pour renouveler dans le secret de son coeur
son engagement personnel et se remettre en
face du Seigneur pour Lui demander SA PAIX,
avec la confiance d’un enfant, certain de
l’Amour et de la Toute-Puissance de son
Père.
. .
Pour les lecteurs plus récents, nous
rappelons les termes parus sur Echo n°92:
(retraités, malades handicapés, femmes au
foyer, vous qui travaillez par équipes ou à mi-
temps... cet appel vous est particulièrement
destiné). PARTICIPONS A CETTE PRIERE
PERMANENTE QUI MONTERA CONTI-
NUELLEMENT VERS LE SEIGNEUR
POUR IMPLORER LA PAIX DU MONDE!
Demandez à l’Esprit Saint de guider votre
choix d’une heure de prière dont vous prendrez
personnellement, librement, mais en conscien-
ce et solennellement devant Dieu, l’enga-
gement. Ce peut être une heure par jour... ou
par semaine... prière à domicile... ou à
l’Eglise... seul ou en groupe... peu importe; le
choix vous appartient en fonction du contexte
de votre vie.
Faites-nous connaître le moment que vous
aurez choisi, si possible sur format carte po-
stale. Voici un modèle “d’engagement”:
prénom... ville...
m’engage dans la prière continuelle pour
la paix du monde, tous les...(jour de la semaine)
de... à ...heures (ou: tous les jours de la semaine
de... à...heures).
signature
(prénom seulement)
S.V.P. * numéroter les heures de 0 à 24
* ne pas oublier de nous faire
connaître ultérieurement les modifications
d’horaire que vous souhaiteriez (voire la
suspension ou l’annulation de votre enga-
gement si des impératifs de santé ou familiaux
vous mettent dans l’impossibilité d’honorer
votre ‘consécration personnelle’).
Après remise à jour de la liste de ces
engagements, nous procéderons à nouveau à
sa présentation à notre Mère, lors d’une
apparition, comme ce fut le cas à plusieurs
reprises au cours des années écoulées.
> Et, dans Son Coeur et en communion
avec la Sainte Vierge, consacrés à Elle, nous
lui apporterons notre collaboration pour
soustraire au mal et attirer à Son Coeur
Immaculé le plus grand nombre possible de
coeurs
. Marie ne se contente pas d’un
quelconque rapport avec nous, Elle veut une
communion de coeurs et d’intentions, avec
Elle et entre nous.
Aidez-Moi pour que Je puisse vous aider:
il y a ici toute l’humilité de la Sainte Vierge,
mais aussi l’appel affligé - plus que d’ordinaire
- d’une mère qui, le coeur grand ouvert, rappelle
ses enfants parce que le danger se fait toujours
plus menaçant pour eux. P.Remo
Les 75 ans du Pape de Marie
Son ministère semble encore à ses débuts -
dirait-on - tant s’étend le rayon de son action
et tant il se propulse vers ce troisième millénaire
auquel il est en train de guider l’Eglise. Que
Dieu lui accorde de dépasser ce seuil et pour
cela nous prions unanimes, que le Seigneur
nous le conserve, lui donne longue vie, le rende
bienheureux sur la terre et ne l’abandonne pas
aux mains des ennemis, selon la prière ‘pour les
Souverains Pontifes’.
Le 18 mai, pour son anniversaire, devant la
foule en place St Pierre, il a invité à rendre
grâces à Dieu... pour ses parents, son baptême
dans la paroisse de Wadowice, sa vocation sa-
cerdotale jusqu’à son élection au Vicariat du
Christ: “Conscient de mes faiblesses humaines,
mais avec une grande confiance dans la Divine
Miséricorde, je renouvelle devant le Christ
l’offrande de ma disponibilité à servir l’Eglise
aussi longtemps qu’Il le voudra, m’abandonnant
complètement à Sa volonté. Je Lui laisse la
décision sur la manière et le moment où Il
voudra me décharger de ce service pour l’Eglise,
que de nouveau je confie à Marie, comme dans
le passé et pour le futur: Totus tuus ego sum!”.
Pour l’occasion, l’Evêque Hnilica a adressé
un vibrant appel à tous les groupes marials pour
qu’ils se pressent autour du S.Père, reconnaissant
qu’aucun Pape n’a, comme lui, confirmé leur
vocation mariale, s’engageant aussi à prier pour
que soit menée à son terme jusqu’au triomphe
entier du Christ, la mission de Marie en ces
temps, de sorte que J.P.II passe dans l’histoire
comme le Pape de Marie Co-rédemptrice,
Médiatrice de toutes les grâces et notre Avocate.
Rwanda, trois morts
parmi les sept ‘voyants’ de Kibeho
La revue Monde et Mission écrit: “Selon Sr
Marta Tillient (religieuse en exercice au
Rwanda), le sort des ‘voyants’ est le suivant:
Marie-Claire Mukangango et Emmanuel
Segatasha ont été tués (ce dernier à Kigali).
Egalement Maria Assunta (cette handicapée qui,
depuis 15 ans, revivait chaque semaine le passion
de Jésus) a été tuée à Butare. Les autres sont
réfugiés au Zaïre. Alphonsine Mumureka qui,
la première eut les visions à 17 ans, est cachée
dans un lieu inconnu”.
En outre, à la lumière des événements de
cette dernière année, une dramatique expérience
vécue par les 7 jeunes le 19 août 1982 prend une
connotation prophétique: Le 19 août 1982
pendant plus de 8 heures les voyants pleurèrent
et crièrent devant 20 mille personnes et enfin ils
déclarèrent avoir eu une vision horrible: Un
fleuve de sang, des gens qui se tuaient récipro-
quement, des cadavres abandonnés sans que
personne les ensevelisse, un arbre en feu, un
gouffre béant, un monstre, des têtes décapi-
tées”. Sur les faits de Kibeho, dès 1988
l’Eglise rwandaise a autorisé le culte public
marial dans la localité. (Ces nouvelles,
maintenant divulguées par Monde et Mission,
avaient déjà été publiées par Echo 117 de mars)
de ce texte, ni - d’autant moins - dans sa forme
intégrale.
(à noter que la ‘prière de Léon XIII’ à St
Michel, qui était récitée à la fin de chaque
messe - et dont la dévotion s’est perpétuée -
n’est pas concernée par ces lignes; son usage
ne peut d’ailleurs qu’être recommandé - ndr).
Le problème se pose pour ces formules en
italien de l’exorcismeen, imprimées en livres
ou feuillets comportant souvent l’approbation
ecclésiastique (à vérifier), qui ne sont plus en
réalité l’exorcisme de Léon XIII mais en sont
seulement de lointains parents. Dans ces cas,
dans une observation rigoureuse, on peut réciter
de telles prières car il ne s’agit plus de
l’exorcisme de Léon XIII et les normes
restrictives (juridiquement appelées ‘odieuses’),
sont interprétées dans leur sens strict
En pratique je retiens que de telles prières
puissent être utilisées individuellement ou en
famille; ne pas les pratiquer dans des prières de
groupe, pour ne pas paraître désobéir aux
dispositions ecclésiastiques. Même si, à mon
avis, il s’agit de formules antérieures à
l’interdiction répétée en 1985, et que celle-ci
ne concerne pas. D.Gabriele Amorth
Rome: Au cours d'une rencontre recente en
place St Pierre pour la récitation de l'Angelus,
une colombe blanche s'est posée sur la tête du
Pape, qui cherche débonnairement à se liberer
de cet hôte insolite.
L’exorcisme de Léon XIII
Peut-il être récité par des particuliers?
Et par des groupes? - Beaucoup de personnes
le demandent et il me serait plus facile d’en
faire l’historique complet; mais ce n’est pas le
cas ici, c’est pourquoi je me limite à la
conclusion. (ndr: en général l’exorcisme est le
rite imprécatoire avec lequel on ordonne au
diable, en vertu du pouvoir qu’a l’Eglise, de
quitter une personne). En 1985 la Congrégation
pour la Doctrine de la Foi a rappelé que les
exorcismes ne peuvent être administrés que
par les prêtres autorisés par l’Evêque, et a
déduit de cette norme qu’également l’exorcisme
de Léon XIII ne peut être utilisé par les fidèles:
ni dans une forme réduite extraite (excerptam)
Survivants à Hiroshima par le Rosaire!
En 1985, quand fut larguée la bombe
atomique sur Hiroshima, une petite communauté
de 8 Pères jésuites, située dans un presbytère
distant seulement de l’explosion de 8 pâtés de
maisons, resta indemne ainsi que la cure, tandis
que personne n’échappait dans un rayon d’1 km
1/2 du centre de l’explosion.
P.Schiffer raconta en 1976 au Congrès
eucharistique de Philadelphie, alors que tous les
8 membres étaient encore vivants et en bonne
santé, que 200 scientifiques et experts menaient
une enquête depuis plusieurs années pour
déterminer les causes scientifiques pour
lesquelles cette cure et ses habitants n’avaient
pas été frappés, au milieu de la destruction de
toute vie... Il dit alors simplement que dans cette
maison une seule chose était différente des autres:
on y récitait chaque jour le Rosaire en commun.
(de ‘Divine Love’ 3.4.83)
Voyages toujours sûrs pour Medj. Soit par
la Cote adriatique (formule économique): cars
journaliers de Trieste à Split, départ 18h, arrivée
à 8h - retour mêmes horaires (tél.19 39 40 425
001), soit par mer (reposant et bon marché):
Ancone-Split. avec départ immédiat d’un car pour
Medj. (tél.19 39 71 202 033/55 218).
background image
‘L’Evangile de la vie’
contre la culture de la mort
“Comment arrêter la main de Caïn?
Comment redonner force au bien que le
Créateur a placé dans le coeur de l’homme?
Comment assainir et sauver le monde?” C’est
pour répondre à ces demandes que le Pape a
écrit l’encyclique ‘Evangelium vitae’: pour
réaffirmer le sens et la sacralité de la vie
humaine, face à tout ce que la culture moderne
a inventé contre la vie: avortement, contra-
ception, stérilisation, manipulations génétiques,
euthanasie, commerce des armes, drogue,
débâcle écologique, etc. J.P.II a rappelé que
son ‘message d’espérance’ entend secouer les
consciences pour répondre à la situation
dramatique dans laquelle se trouve la vie
humaine sur la terre: “Les scénarios de mort,
qui ne cessent malheureusement pas d’entraîner
des populations sans défense, nous rappellent
que le péché continue à dévaster l’existence de
l’homme, chef d’oeuvre de Dieu”.
Le discours du Pape n’est pas simplement
une tentative, parmi tant d’autres, d’apporter
une solution aux problèmes certains qui agitent
la vie à différents niveaux. L’Eglise, avant de
nous indiquer diverses choses à faire,
relativement au monde, nous aide à recher-
cher les racines, les causes profondes du
mal
. Ceci parce que, si l’homme accomplit des
erreurs colossales, ce n’est pas parce qu’il ‘fait
quelque chose de dévié’ , mais avant tout parce
que, personnellement, ‘ il est dévié’ devant
Dieu C’est important aussi, pour comprendre
les messages de Medj.: en eux, Marie n’a pas
enseigné à projeter de grandes opérations
ecclésiales ou sociales pour remédier au mal,
mais Elle a commencé une école pour que les
hommes reviennent à être différents, à être
libres dans leur coeur (et donc en paix), à être
en communion avec Dieu et entre eux.
1 - Dans la première partie du texte (nn
19-28) le Pape explique que les racines qui
sont à l’origine de tant de graves dangers et
offenses à la vie, ont avant tout leur fondement
“dans une conception de la liberté qui exalte
de manière absolue l’individu et ne le prépare
pas à la solidarité, à l’accueil sans réserve, ni
au service du prochain” (19).
Déjà la Bible nous a découvert cette
infirmité du coeur humain: “C’est dans ce sens
que l’on peut interpréter la réponse de Caïn à
la question du Seigneur: Où est ton frère, Abel?
Je ne sais pas. Suis-je le gardien de mon frère?
(Gen 4,9). Oui, tout homme est le gardien de
son frère parce que Dieu confie l’homme à
l’homme.
Et c’est parce qu’Il veut confier ainsi
l’homme à l’homme, que Dieu donne à tout
homme la liberté, qui comporte une dimension
relationnelle essentielle. C’est un grand don du
Créateur, car la liberté est mise au service de
la personne et de son accomplissement par le
don d’elle-même et l’accueil de l’autre; au
contraire, lorsque sa dimension individualiste
est absolutisée, elle est vidée de son sens
premier, sa vocation et sa dignité même sont
démenties”. On traite là d’une liberté malade,
qui devient telle parce qu’elle ne veut plus
obéir à la vérité, à Dieu, mais suit ses intérêts
égoïstes et ses caprices.
- Perdu le sens de Dieu, l’homme se perd
lui-même - Après avoir parlé des consé-
quences néfastes que cette manière de concevoir
la liberté a sur la vie sociale (20), le Pape arrive
au coeur de tous ces maux: “Quand on
recherche les racines les plus profondes du
combat entre la ‘culture de vie’ et la ‘culture de
mort’, on ne peut s’arrêter à la conception
pervertie de la liberté que l’on vient d’évoquer.
Il faut arriver au coeur du drame vécu par
l’homme contemporain: l’éclipse du sens de
Dieu et du sens de l’homme, caractéristique
du contexte social et culturel dominé par le
sécularisme qui, avec ses prolongements
tentaculaires, va jusqu’à mettre parfois à
l’épreuve les communautés chrétiennes elles-
mêmes (..) En perdant le sens de Dieu on tend
à perdre aussi le sens de l’homme, de sa dignité
et de sa vie (..), produisant une sorte
d’obscurcissement progressif de la capacité de
percevoir la présence vivifiante et salvatrice de
Dieu”.
N’étant plus capable de rester devant Dieu
avec sincérité, l’homme devient ennemi de ses
frères et même de lui-même, il perd toute
espérance et se réduit à se considérer seulement
comme l’un des si nombreux êtres vivants, un
animal un peu plus compliqué que les autres!
“Il n’est plus capable de se laisser interroger
sur le sens authentique de son existence ni d’en
assumer dans une véritable liberté les moments
cruciaux.
Il ne se soucie que du ‘faire’ et, recourant
à toutes les techniques possibles, il fait de
grands efforts pour programmer
, contrôler
et dominer la naissance et la mort. Ces réalités,
expériences originaires qui demandent à être
‘vécues’; deviennent des choses que l’on
prétend simplement posséder ou refuser

parce que, quand se perd la référence à Dieu,
le sens de toutes les autres choses en est
déformé. Quelle similitude entre cette
encyclique et le message de Medjugorje, qui
propose une doctrine, au demeurant avancée
depuis des siècles dans l’Eglise!
Alors, la vraie bataille pour la vie se joue
dans la profondeur de la conscience de chacun
de nous; “c’est au plus intime de la conscience
morale que s’accomplit l’éclipse du sens de
Dieu et du sens de l’homme, avec toutes ses
nombreuses et funestes conséquences sur la
vie. C’est avant tout la conscience de chaque
personne qui est en cause, car dans son unité
intérieure et avec son caractère unique, elle se
trouve seule face à Dieu”. Et pour cela nous
pouvons comprendre l’urgence de la pénitence
et du chemin de purification qui nous est
proposé par la Reine de la Paix; plus que tout
le reste il est nécessaire d’agir sur la
purification du coeur, de la conscience
.
Dans un autre passage, le Pape met le doigt
sur le nerf à vif de cette génération: “la
conscience morale, individuelle et sociale, est
aujourd’hui exposée, ne serait-ce qu’à cause
de l’influence envahissante de nombreux
moyens de communication sociale, à un danger
très grave et mortel, celui de la confusion
entre le bien et le mal
en ce qui concerne
justement le droit fondamental à la vie. Une
grande partie de la société actuelle se montre
tristement semblable à l’humanité que Paul
décrit dans la Lettre aux Romains.
Elle est faite d’hommes qui tiennent la
vérité captive dans l’injustice (1,18): ayant
renié Dieu et croyant pouvoir construire sans
Lui la cité terrestre, ils ont perdu le sens dans
leurs raisonnements, de sorte que leur coeur
inintelligent s’est enténébré
(1,21), dans leurs
prétentions à la sagesse ils sont devenus fous
(1,22), ils sont devenus les auteurs d’actions
dignes de mort et non seulement ils les font,
mais ils approuvent encore ceux qui les
commettent
(1,32). Quand la conscience, cet
oeil lumineux de l’âme, (cf Mt 6, 22-23) appelle
bien le mal et mal le bien (Is 5,20), elle prend
le chemin de la dégénérescence la plus
inquiétante et de la cécité morale la plus
ténébreuse”.
2 - Christ et la victoire de la vie - Mais
comment réagir, comment répondre à la
domination de la culture de la mort? La force
est le Christ; et le Pape spécifie: Son Sang, Son
sacrifice. Le Sang versé par le Christ sur la
croix “est la raison la plus forte d’espérer et
même le fondement de la certitude absolue
que, selon le plan de Dieu, la vie remportera la
victoire: De mort, il n’y en aura plus (Ap
21,4)”. L’encyclique poursuit en présentant la
grande richesse de l’Evangile de la vie (nn 29-
51). Ce que le Christ nous a révélé - en le
réalisant - est la plus grande valeur et
signification de la vie de l’homme. Ce message
a un noyau particulier dans le commandement
divin Tu ne tueras pas, sur lequel le Pape fait
réfléchir (nn 52-77). De l’enseignement du
Christ découlent également des devoirs pour le
chrétien, des responsabilités de chacun de nous
pour la construction de la culture de la vie par
la destruction du mal (nn 78-101).
3 - Marie, Mère de la vie - Puis, la
conclusion: comme d’habitude, elle est
consacrée à la figure de Marie, Elle qui a
combattu la suprême bataille pour la vie contre
l’auteur de la mort, l’homicide depuis l’origi-
ne, satan. C’est l’histoire qui se répète, du
dragon qui veut dévorer l’enfant à peine né
(Ap 12,4).
Mais la lutte porte le signe de la victoire de
Dieu, comme il est rapporté dans le passage
concluant l’encyclique: “L’annonce de l’ange
à Marie tient dans ces paroles rassurantes: Sois
sans crainte, Marie et Rien n’est impossible
à Dieu
(Lc 1 30-37). En vérité, toute l’existence
de la Vierge Mère est enveloppée par la certitude
que Dieu est proche d’elle et l’accompagne de
sa bienveillante providence. Il en est ainsi de
l’Eglise qui trouve un refuge (Ap.12,6) dans le
désert, lieu de l’épreuve mais aussi de la
manifestation de l’amour de Dieu envers son
peuple (Os.2,16).
Marie est parole vivante de consolation
pour l’Eglise dans son combat contre la mort.
En nous montrant son Fils elle nous assure
qu’en Lui les forces de la mort ont déjà été
vaincues: La mort et la vie s’affrontèrent en un
duel prodigieux. Le Maître de la vie mourut;
vivant il règne. L’Agneau immolé vit en portant
les marques de sa Passion dans la splendeur de
la Résurrection. Lui seul domine tous les
événements de l’histoire: il en brise les sceaux
(Ap.5,1-10) et, dans le temps et au-delà du
temps, il proclame le pouvoir de la vie sur la
mort.
Dans la Nouvelle Jérusalem, c-à-d. dans
le monde nouveau vers lequel tend l’histoire
des hommes, de mort, il n’y en aura plus; de
pleurs, de cris et de peine, il n’y en aura plus,
car l’ancien monde s’en est allé (Ap.21,4). Et
tandis que, peuple de Dieu en pélerinage, peuple
de la vie et pour la vie, nous marchons avec
confiance vers un ciel nouveau et une terre
nouvelle (Ap.21,1), nous tournons notre regard
vers Celle qui est pour nous un signe
d’espérance et de consolation”.
Qui se laisse guider par le Coeur Immaculé
de Marie et est formé à Son école, sait lire avec
discernement la signification des faits et de
l’histoire actuelle; et le Pape semble s’en
inspirer dans ce lumineux document.
Comme nous l’attendions, sont arrivées
des critiques furibondes contre cette lettre de la
part des penseurs laïcs; mais rarement leurs
discours ont été sérieux et argumentés. Il en
sera toujours ainsi, parce que dans le monde
athée et libertin de la presse et de la télévision,
on cherchera toujours à étouffer la voix de la
vérité. Ce qui nous attriste, c’est de savoir que
ces critiques sèmeront une grande confusion
dans de nombreuses âmes! C’est pourquoi il
est important, il est vital, de prier beaucoup,
d’obéir parfaitement au Pape, d’accueillir
les messages de Marie
qui s’exprime aussi
maintenant avec des larmes de sang, signe
d’une douleur intolérable en raison du mal du
monde. Tout ceci nous est nécessaire comme
l’oxygène pour sauver notre âme de la grave
confusion et désorientation que satan est en
train de semer partout.
Red.
background image
“Un seul troupeau
et un seul pasteur!”
Lettre révolutionnaire sur l’unique
Eglise qui respire avec deux poumons
Il est notoire que le Pape considère la pleine
réconciliation avec l’Eglise orthodoxe, comme
l’ultime et plus grand devoir de son Pontificat.
Maintenant, dans la Lettre Apostolique Orien-
tale Lumen, adressée le 2 mai à toutes les Eglises
Orientales sans distinction, il affirme avec
franchise et courage que “L’Eglise une n’est
pas l’Eglise occidentale, mais celle unie entre
Orient et Occident!”
Dans la première partie de la lettre, il souligne
la nécessité de connaître l’Orient, spécialement
le Monachisme (auquel sont consacrées 17 pages
sur 51): il représente une expérience unique de
foi vécue autour de la Parole et de l’Eucharistie,
capable de créer des hommes animés d’un esprit
tout à fait semblable à celui de Jésus. “Parfois
certains aspects du mystère révélé, sont perçus
et mieux mis en lumière par une Eglise plutôt
que par l’autre”; c’est pourquoi il faut “se
mettre à l’écoute des Eglises d’Orient et être
ainsi un écho sincère de cette grande tradition
vivante... Les mots de l’Occident ont besoin de
ceux de l’Orient pour que la parole de Dieu se
manifeste toujours mieux...
Maintenant la sainte nostalgie de ces presque
dix siècles vécus dans la pleine communion de
la foi et de l’amour nous presse, nous crie nos
péchés, nos réciproques incompréhensions”.
Le S.Père, désappointant tous ceux qui sont
préoccupés de l’honneur catholique, déclare que
“le péché de notre séparation est très grave: il
est nécessaire d’en faire amende honorable,
invoquant avec force le pardon du Christ... Nous
avons privé le monde d’un témoignage commun
qui aurait pu peut-être éviter bien des drames,
ou même carrément changer le sens de
l’histoire... Et maintenant voulons-nous que
des peuples en recherche soient à nouveau
scandalisés par nos déchirements et incompré-
hensions, au lieu de trouver en nous le Dieu de
l’Amour?”
Avec force et passion J.P.II se déclare
convaincu que “le chemin de l’unité, qui a duré
pendant presque tout le premier millénaire... est
irréversible comme l’appel du Seigneur à l’unité,
et demande aux Eglises d’Occident comme à
celles d’Orient de “ne pas ‘vider’ la Croix du
Christ”. Et ce cri s’élève ensemble de
Constantinople, Moscou, Genève, etc...
A la fin le Pape invoque l’Esprit Saint pour
une véritable conversion et prie le Seigneur
pour qu’Il “l’inspire, lui, successeur de Pierre
et qu’Il inspire les Evêques et catholiques à faire
des gestes concrets vers la communion, avec
tout l’apport de la sensibilité et de la créativité
de l’amour, allant même au-delà des formes
déjà expérimentées... comme se rencontrer,
travailler ensemble, la reconnaissance commune
de la sainteté, etc...”.
* Célébrant à Trente les 450 ans du début
du Concile du même nom, le Pape a demandé
aux Eglises de la Réforme de marcher ensemble
vers l’unité. “Les affirmations dogmatiques du
Concile de Trente... quand l’Eglise fut contrainte
douloureusement de prendre acte du schisme
luthérien... conservent naturellement leur valeur.
Mais un serein approfondissement de la vérité
révélée, en obéissance à l’Esprit de Dieu et en
attitude d’écoute réciproque, nous rapprochera
toujours davantage, rendant les incompré-
hensions du passé des occasions de croissance
dans la foi et dans l’amour”.
Le Pape aux Tchèques: “Je demande
pardon” - “Je surabonde de joie”, fut la
première expression du S.Père devant une foule
difficile. Puis à Olomouc, une demande de
pardon - qui n’a pas son précédent dans la
bouche d’un Pape - le 21 mai devant 120 mille
personnes: “Aujourd’hui, moi, Pape de l’Eglise
de Rome, au nom de tous les catholiques je
demande pardon des torts infligés aux non-
catholiques dans le cours de l’histoire turbulente
de ces peuples; et en même temps j’assure du
pardon de l’Eglise catholique pour le mal que
ses fils ont enduré”. Il se référait aux guerres de
religions qui firent rage ici pendant plus de 200
ans, du bûcher de Jan Hus (1415) à la moitié du
VIIè siècle, tandis qu’il canonisait le prêtre Jan
Sardanker, que les protestants d’alors torturèrent
à mort: “Ce geste, loin de réouvrir de
douloureuses blessures qui ont dans le passé
marqué le corps du Christ, entend confier à un
glorieux témoin la cause de l’unité des
chrétiens”. Voici la sincérité et le courage avec
lesquels le S.Père affronte l’oecuménisme.
Les 400 ans de l’Eglise catholique
ukrainienne - L’an prochain l’Eglise greco-
catholique ukrainienne célèbrera dans la joie les
400 ans depuis que fut rétablie la communion
ecclésiale entre l’Eglise de Kiev et celle de
Rome (Synode de Brest - 1596), tandis que
celle ruthène rappelle les 350 années de sa
réunion avec le siège apostolique.
Ces anniversaires “ne doivent pas être motif
de nouvelles dissensions (avec les orthodoxes),
mais une occasion de réconciliation à l’intérieur
de l’Eglise catholique et avec les autres Eglises,
un temps de pardon et de pénitence, temps de
gratitude pour la fidélité maintenue malgré les
persécutions”. Voici ce qu’écrit le S.Père au
métropolite de Kiev, Card.Lubachivsky, ainsi
qu’à l’Evêque Semedi d’Uzhorod, dans deux
écrits qui complètent la lettre apostolique Orien-
tale Lumen
, alors qu’on sait qu’est prochaine
une encyclique complète sur l’oecuménisme.
La vie en commun des deux Eglises avec les
orthodoxes (dont elles conservent le rite oriental)
est toujours très difficile, soit par le contexte des
édifices remis par Staline aux orthodoxes, soit
par les accusations de prosélytisme adressées
aux catholiques. Le Pape invite ardemment les
pasteurs de l’Eglise ukrainienne “à n’épargner
aucun effort pour que ces Eglise répondent à
leur vocation de témoins et artisans d’unité
entre tous les chrétiens des Eglises slaves”.
On repart de Marie à la ‘Source miracu-
leuse’ - Les célébrations commenceront le 20
mai 95 avec un pélerinage au Sanctuaire de
Zarvanitzya. Les premières apparitions en ce
lieu remontent au XIIIè siècle. Sous la
domination communiste, ce centre spirituel fut
détruit, la chapelle des Grâces dynamitée et
l’Eglise des pélerins transformée en magasin.
Mais les fidèles n’oublièrent pas leur lieu sacré
avec sa source miraculeuse.
Durant les mois marials, ils célébraient
secrètement des Messes et recevaient les
sacrements dans les bois autour du lieu sacré,
tandis qu’un ‘rideau de fer’ d’agents de la police
secrète et de chiens féroces faisaient en sorte que
personne ne s’approche de la source miraculeuse.
Mais Zarvanitzya reste le centre spirituel des
fidèles, et en 1988 - à l’occasion des fêtes pour
le millénaire de la foi en Russie - les foules y
affluèrent de toute part. Ainsi fut donnée la
première démonstration visible que l’Eglise avait
survécu dans la clandestinité aux 40 années de
persécution. Maintenant, le Sanctuaire a été
restauré et la chapelle des Grâces reconstruite,
par les soins de l’Aide à l’Eglise en détresse.
P.Warenfriel, 4 mois après son infarctus, a
repris son activité à Königstein. Il écrit dans
l’Echo de l’Amour (avril 95): “Je pense que
Dieu m’a rappelé des portes de la mort parce
que mon engagement pour la réconciliation entre
l’Eglise catholique et celle orthodoxe, n’a pas
encore été porté à son terme. Je veux continuer
à vivre dans ce but sans négliger le reste...”
d.A.
VU A MEDJUGORJE
Fête des âmes offertes
300 membres des fraternités italiennes,
avec plusieurs prêtres, se sont rendus pour 3
jours à Medj., où était née leur offrande pour
l’Eglise et le monde, à l’appel de Marie. Se
sont joints à eux 150 autres, des fraternités
croates. Une fête des coeurs, réunis pour
célébrer le Coeur Immaculé de Marie, le 13
mai en l’anniversaire de Sa manifestation à
Fatima, guidés avec grande sagesse par le
charisme de P.Tomislav; et également assistés
par une vingtaine de membres de sa commu-
nauté: ceux-ci leur ont fait percevoir, dans leur
dévouement pour leurs hôtes, l’amour, la joie
et la paix de Marie, qui vit dans Ses fils
“complètement Siens”.
La grande tente verte a abrité les participants
pour les programmes journaliers: de la
méditation silencieuse aux louanges, instru-
ctions, à l’Eucharistie particulièrement
chaleureuse, vraie force propulsive de la
communion fraternelle. Très intense fut la prière
lors des visites aux lieux saints: au Podbrdo
avec la récitation méditée de 2 chapelets, et au
Krizevac’ où, à la fin du Chemin de Croix la
pluie s’est déchaînée, presque jusqu’à signifier
la pluie de grâces descendue sur tous dans le
cheminement de ces journées. Dans la messe
de clôture, P.Tomislav a bien mis en lumière
l’esprit qui anime l’offrande. Voici ce qu’il a
dit, entre autres:
"La vraie nouveauté, c’est l’amour de
Dieu qui crée un nouveau ciel et une
nouvelle terre"
- “ A la fin du congrès, que
pouvons-nous dire? Chantez au Seigneur un
chant nouveau
. C’est justement le refrain de la
liturgie d’aujourd’hui: du chant nouveau à la
terre nouvelle et aux cieux nouveaux de
l’Apocalypse, au commandement nouveau de
l’Evangile. Mais pourquoi ‘nouveau’ s’il est
déjà écrit dans l’Ancien Testament? Parce que
l’amour est l’unique nouveauté, et de l’amour
tout naît ‘nouveau’. Si une âme est ouverte à
l’amour de Dieu, elle se développe au-delà de
tout ce que nous pouvons imaginer: si avec la
foi nous transportons même les montagnes et
accomplissons tous les préceptes, sans l’amour
de Dieu nous ne pourrons rien faire.
Pour nous aujourd’hui, la nouveauté consi-
ste en ceci: nous référer à l’amour de Dieu, nous
examiner en fonction de lui; habituellement et
sur beaucoup de points, nous nous examinons
relativement aux commandements. L’amour de
Dieu est affamé de l’âme. Combien de personnes
s’examinent-elles, se réfèrent-elles à l’amour
de Dieu, se demandent-elles: Ai-je assez aimé,
à l’intérieur de moi y a-t-il la nouveauté, y a-
t-il cette largeur de l’amour de Dieu? Combien
se le demandent? Pourtant c’est l’essentiel.
Les pharisiens aussi suivaient tous les
préceptes, y compris le jeûne deux fois par
semaine, justement comme le demande la
Madone aujourd’hui; et la prière 5 fois par jour!
Cependant Jésus disait: “Je vois qu’il n’y a pas
l’amour de Dieu en vous”. La nouveauté est
l’ouverture à l’essentiel, c-à-d. que chaque
jour la personne doit cheminer pour être ouverte
à cette nouveauté. C’est facile d’éxécuter les
commandements de manière superficielle, mais
rien ne se met en mouvement, il n’y a pas la
nouveauté en nous ni dans le monde. Satan a
peur de cette nouveauté, parce qu’il est le prince
de la mort, il est le prince des ténèbres. La mort
est l’antithèse de la nouveauté. La nouveauté en
Dieu ne consiste pas en courses névrotiques
pour faire quelque chose de personnel; ce n’est
pas la multiplication des communautés ou des
formes; c’est un état de vie, c’est un levain qui
pénètre toutes les formes déjà existantes.
background image
L’Apocalypse parle de cieux nouveaux et
de la terre nouvelle. Tout est fini, dit-il. Mais
moi je dirais que c’est le début de l’infini.
Quand on entre en Dieu, commence l’infini de
l’amour. Sont vraiment pauvres les prophéties
qui enferment cette créativité de Dieu dans
certains schémas ou prévisions qui limitent Son
amour.
Alors, ouverts à cette nouveauté en nous,
nous sommes ouverts à la créativité de Dieu. Et
Dieu crée non seulement en nous, mais par
nous. Le monde finit avec la création nouvelle
en nous, dans laquelle tout est propre, ordonné,
illuminé: il n’y a plus ni temple ni lumière du
soleil car Dieu et l’Agneau sont la lumière et le
temple (cfr Ap 21,22...). Il est donc important
de s’ouvrir chaque jour à l’amour de Dieu; de
cet amour commence la nouvelle création.
Comme disait Marie, de tout lieu vous pouvez
développer votre mission pour toute l’humanité.
Quelle grande mission!
A l’inverse, combien de formes erronées
dans toutes nos activités pastorales et de prière:
on glisse toujours dans un activisme humain. La
véritable activité commence quand nous sommes
absorbés dans l’amour de Dieu. Vous attendez
la venue de Jésus, l’Eglise l’annonce chaque
jour à la S.Messe. Vous attendez les cieux
nouveaux et la terre nouvelle, mais moi je vous
dis: ne les attendez pas, immergez-vous dans
cette réalité intérieure, et vous révèlerez les
cieux nouveaux et la terre nouvelle, permettant
à Dieu de les créer en vous et à travers vous.
Ne regardez pas du côté des prophéties qui
vous mènent sur des nuages: tous les messages
et prophéties doivent être développés à l’intérieur
de nous, ils doivent parvenir à la purification de
la croix, de l’Eucharistie, pour s’épanouir dans
la puissance de l’Esprit Saint, comme pour les
Apôtres. Ne vous laissez pas abuser, pour ne pas
être entraînés sur les nuées des interprétations.
Tout existe déjà en vous, tout est déjà proche.
Nous devons nous ouvrir au soleil qui enflamme.
Et, partez avec cette ouverture à l’amour de
Dieu; c’est l’unique activité qu’on attend de
vous. Tout le reste, Dieu le crée, tout le reste,
Dieu le fait. Voici les cieux nouveaux et la terre
nouvelle, et le commandement nouveau: Aimez-
vous comme Je vous ai aimés....
Première pierre pour une grande maison
- A la fin, une digne conclusion du chemin
accompli durant ces années par la communauté
Kraljice Mira et les fraternités: la pose de la
première pierre d’un Couvent de grandes
dimensions, qui s’élèvera dans une aire
silencieuse , à gauche du Podbrdo, près d’un
grand bois: prévu, bien sûr, pour la communauté,
il servira en outre de lieu d’accueil et de
rencontres. C’est pourquoi, en plus de l’Eglise
et de l’édifice en forme de Tau, il y aura une
sorte d’amphithéâtre naturel, pour de grandes
réunions. P.Tomislav, pour illustrer le fondement
de la maison, qui est Jésus, a confié le lieu à
Marie, le consacrant à la Sainte Trinité “pour un
parcours limpide des âmes vers Dieu.
Dans les fondations, nous mettons nos
offrandes, l’Eglise vivante présente, et celle
glorieuse, avec les reliques du voile de Marie
venue d’Ephèse, de la Terre Sainte, de la terre
de St Michel sur le Gargano, des Saints François
et Claire - protecteurs de la famille - de St
Thomas, de St Antoine de Padoue, de St Benoît,
de Ste Gemma, de P.Pio, etc..., avec la prière
que nous adressons à Dieu que rien de malpropre,
d’hérétique, de satanique ne pénètre ici, mais
seulement l’amour divin. Demeurons dispo-
nibles dans l’amour et dans l’offrande: Dieu
accomplira Son oeuvre”. **
Eucharistie vivante’, brochure qui contient
les enseignements de P.Tomislav, existe en français;
elle contient également les notices trimestrielles à
l’intention des âmes offertes. S’adresser à Kraljice
Mira, S.Maria Colleromano, I-65017 Penne (PE).
On peut aider à la publication par une offrande au
P.Tomislav Vlasic’, Couvent franciscain, I-66010
Lama dei Peligni CH (Italie).
Medjugorje: dernière offrande
de miséricorde
“Dieu attend pour nous faire grâce” (Is.30,18)
Ici se dissout la dureté des coeurs -
Abandonnant ce qui pouvait intéresser au début:
les signes, les voyants, les choses sensation-
nelles, aujourd’hui à Medj. on constate qu’est
en oeuvre une grande grâce pour tous. Il suffit
qu’on y arrive et s’abandonne, débarrassant
l’esprit des jugements préconçus de l’existence,
que l’on confie ce que l’on est; son péché (c’est
pourquoi est très importante la confession si
elle est faite avec sincérité): alors, on se trouve
près du flux de la grâce. Sans faire des choses
extraordinaires, tout simplement en participant
à la prière de ce lieu, à l’Eucharistie, à la visite
des collines bénies, pour écouter et se laisser
pénétrer par la grâce. Il y a là une grande
puissance de prière, que nous ne voyons pas,
excepté celle que nous rencontrons, qui nous
‘secoue’ comme en aucun autre lieu. Où peut-
on trouver aujourd’hui pour les jeunes un lieu
où il soit facile comme ici, de trouver Dieu et
Sa grâce qui refait les coeurs?
Et la grâce de Medj. est surtout de dissoudre
la dureté des coeurs, celle qui est la plus
dangereuse du point de vue de la foi. Ici
s’écroulent les barrières que nous nous sommes
construites pour nous défendre de Dieu. Cette
dureté est bien représentée par ces pierres
coupantes dont sont couvertes les collines et
qui semblent être là pour indiquer la révolte
contre Dieu, cette révolte qui est dans le coeur
de l’homme, sa fermeture à Dieu jusqu’à ne
plus reconnaître le péché (tant on le respire
dans l’air), jusqu’à ne pas reconnaître le don de
Dieu-amour. Si on se laisse prendre par cette
grâce on voit fondre ces pierres, ce qui semble
impossible ailleurs; mais si l’on est fermé,
après un moment d’émotion on redevient
comme auparavant. Cette transformation inti-
me, c’est Medj. dans le dessein de Dieu, par le
pouvoir que Dieu a donné à Marie en ces
temps: faire fondre les coeurs pour qu’ils
puissent ensuite accueillir Jésus, Sa grâce, Son
Amour miséricordieux, et parviennent à une
vraie fraternité.
Ici se dévoile l’offrande de la miséricorde
de Dieu au monde en ruine - Mais la grâce
de Medj. est une offrande à l’humanité entière,
c’est un appel pour tous les hommes, à partir
de ces peuples dans lesquels se vit une
recrudescence jamais vue de haine et de
destruction. Dieu n’abandonne pas l’humanité,
même si est en oeuvre une situation désesp-
érante: et ceci non seulement par un jugement
sociologique ou politique, mais aussi par le
discernement supérieur que nous aide à faire
J.P.II dans sa dernière encyclique.
On voit à quelle fermeture des coeurs à
Dieu nous sommes arrivés, à quel refus du
Dieu de la vie: jamais l’humanité n’a été aussi
fratricide et n’a tant refusé d’être image de
Dieu. Alors, Medj. est un signe de la
surabondance de grâce que Dieu offre dans Sa
miséricorde, au moyen de Marie, à cette
humanité qui est en train de s’auto-détruire.
Où abonde le péché, la grâce surabonde
(Rom.5,20). C’est une grande espérance, unique
en ce moment, et c’est pour cela que les
apparitions durent aussi longtemps, pour donner
à cette humanité le temps et la possibilité de se
repentir et de trouver un remède.
On trouve la paix et la joie de celui qui a
découvert le don de Dieu: c’est la nouvelle
Eglise
- Les moyens humains que nous
utilisons ne réussissant même pas à érafler le
mal tant il est grand; et les suggestions d’un
point de vue pastoral n’atteignent pas non plus
cette tragique situation. Comme nous l’enseigne
Marie, il faut la prière, le recueillement,
l’humilité, l’écoute intérieure de Dieu, pour
connaître Son don et le vivre dans la joie et
dans la paix qui ne sont pas de ce monde. C’est
ce qu’on rencontre ici, par exemple en tant de
jeunes qui ont accueilli la Reine de la Paix
après une vie dissipée, et qui vivent une vie de
grâce, miracle incroyable aujourd’hui en raison
de l’accoutumance générale au péché.
C’est la voie indiquée par la Reine de la
Paix, même sans aller à Medj.: cesser de
s’entretenir de programmes ou d’oeuvrer avec
les moyens humains, mais se confier unique-
ment à l’amour miséricordieux de Dieu, à Sa
grâce, dans le silence, dans l’abandon. Un retour
à l’Evangile pur (la nouvelle évangélisation),
en présentant la Bonne Nouvelle de Jésus,
comme Unique Maître, unique auteur du salut.
Se mettre au service de la Miséricorde -
Les âmes consacrées sont portées à vivre la
consécration: ce sont les nouveaux religieux
qui seront aussi la nouvelle Eglise; pauvres,
humbles, simples, avec une ouverture totale
aux frères; même pleins d’imperfections comme
les autres, mais qui se laissent toucher par la
grâce pour comprendre que le coeur de
l’Evangile est le Coeur de Marie, le Coeur de
Jésus; en un mot, c’est l’amour. Et ils se mettent
au service de la miséricorde du Seigneur pour
porter les coeurs à l’amour, à une conversion
radicale, profonde, pour aimer Dieu, pour
connaître Jésus-amour; pas seulement pour
augmenter une pratique religieuse extérieure.
On peut vaincre la guerre par l’amour, en
n’utilisant pas d’autres armes. Aimer, aimer,
aimer, en commençant dans la famille, dans
l’Eglise. Le Pape dit qu’il faut refaire le tissu
des communautés ecclésiales pour que puisse
être refait le tissu d’une société chrétienne.
Refaire les tissus, veut dire les baser sur l’amour;
pas seulement sur la loi; reconstruire à partir de
l’amour: à cela on reconnaîtra que vous êtes
Mes disciples... et de là, devenir une nouvelle
société. d.A.
Terreur pour les catholiques en Bosnie
Expirée la trêve (qui a servi au réarmement
des adversaires), les combats continuent. Les
Croates ont repris une partie de leur territoire en
Slavonie et visent certainement à libérer
également les deux Krajnas, occupées par les
Serbes. Par représailles les Serbes de Bosnie se
sont déchaînés contre les catholiques de la région
de Banja Luka, mettant aux arrêts domiciliaires
l’Evêque Komarica, torturant ou chassant des
religieux; et faisant sauter 3 autres Eglises et des
couvents (40 en tout); on a retrouvé sous les
ruines les corps de P.Philip et de Sr Cecilia.
L’Evêque pleure dans sa cathédrale avec les
gens qui appellent à l’aide et ne veulent pas
retourner dans leurs maisons: “Tous nous ont
abandonnés”. Les musulmans n’ont pas eu un
meilleur sort et toutes leurs mosquées sont
détruites. A Sarajevo est revenue la terreur des
bombes et des snippers qui moissonnent des
victimes; les aides n’arrivent plus. Peut-être les
forces aériennes de l’ONU interviendront-elles
contre les Serbes-bosniaques? Qui sait ce que
réserve l’avenir?...
Aux porteurs d’aides: Ne nous abandon-
nez pas! C’est le cri du Card.Puljic’, Archevêque
de Sarajevo, adressé aux organisations
catholiques: “L’indifférence du monde est en
train de nous tuer lentement. C’est en vain que
nous avons crié. Nous avons perdu confiance en
l’ONU et dans l’Europe. Nous mettons notre
unique espérance en ceux qui nous aident de
manière simple et concrète”.
Merveilleuse et continuelle est l’oeuvre des
centres de ramassage, très souvent créés à
l’initiative d’anciens pélerins de Medj. (bien
que, malheureusement, beaucoup aient ralenti
leur engagement). Nous ne saurions trop vous
conseiller de contribuer à cette forme de partage,
vitale pour nos frères de l’ex-Yougoslavie.
background image
par milliers pour Pâques), de pouvoir prier avec
Vicka.
Se renouvelle ainsi à Medj. la ferveur des
années 80, si agréable à Notre-Dame, qui n’a
pas voulu renoncer à ces rencontres et n’a pas
craint de nous appeler à 22 heures sur le
Krizevac’, comme dans les débuts. Elle y est
apparue durant 10-15 minutes et a confié avoir
d’autres messages à nous donner, mais nous
sommes encore trop éloignés d’Elle et nos coeurs
encore fermés: Priez davantage et offrez des
sacrifices a-t-Elle dit. Le soir du 28, Vicka a
confié: “La Gospa a prié longtemps sur nous,
mais je n’ai rien compris à ce qu’Elle a dit! Cette
langue n’est pas d’ici! Certainement ce devait
être Sa langue maternelle!”.
* Le Prof.Joyeux est venu début mai à
Medj. et parla aux pélerins de ses tests médicaux
réalisés en 84-85 sur les voyants. Il espère
poursuivre ses recherches avec des appareils
encore plus sophistiqués et pour cela a invité
quelques voyants en France. “Sur différents cas
- a confié le Pr.- j’ai pu aisément m’apercevoir
qu’il s’agissait de supercheries; sur d’autres
(comme ceux de Medj.), les examens montrent
que la personne vit une expérience authentique”.
(extraits du Journal de Sr Emmanuel)
*Le nombre des pélerins est en continuelle
augmentation, de la fête de l’Annonciation à
Pâques, puis au mois de mai. Ils viennent surtout
de Croatie, mais aussi des autres pays slaves:
Hongrie, Pologne, Slovénie, etc... De l’Occident,
les plus nombreux sont les Français, puis les
Nord-Américains, les Italiens, Autrichiens,
Allemands, Belges, Hollandais, etc... Les travaux
d’aménagement de l’Eglise paroissiale suivent
leur cours normal.
* Voyages missionnaires du P.Jozo Zovko
- Il a rencontré les pélerins et les amis de Medj.
dans diverses villes allemandes, de Munich à
Cologne: une multitude de fidèles a participé
aux rencontres de prière. Du 18 au 22 avril, il
a passé en Italie par Padoue, Bologne, Ferrare
et Reggio Emilia, suscitant partout enthousiasme
et ferveur de prière. A Ferrare il eut une heure
d’entretien avec l’Evêque qui l’a écouté avec
grand intérêt et une vive émotion. Celui-ci
avait invité tous les prêtres diocésains à la
cathédrale pour la rencontre de prière, où se sont
réunis des milliers de fidèles, mais il n’a pu être
lui-même présent, pour des raisons de santé.
A Terni s’est déroulée une rencontre avec
des milliers de pélerins; y assistait le président
de la Caritas italienne, qui s’est engagé à
construire une école à Sarajevo. A Lugano, en
Suisse, des milliers de fidèles ont participé à la
rencontre de prière dans la salle des congrès:
particulièrement émouvante parce que les fidèles
ont pu entendre un discours enregistré par leur
Evêque décédé depuis peu; tous les cierges
étaient allumés en signe d’affection. Tous les
prêtres diocésains ont participé au rosaire et à la
S.Messe.
P.Jozo a visité aussi 13 villes des Etats
Unis, du 30 avril au 26 mai. Du 8 au 10 juin il
sera en Italie, hôte du Sanctuaire de St Antoine
de Padoue de Gémone dans le Frioul, pour un
triduum de prière; (p.inf.tél 19-39-432/857
205). Le dimanche 11 au soir il sera à Pordenone
où il célèbrera la Messe et tiendra la catéchèse
dans la cathédrale St Marc à partir de 16h. Puis
P.Jozo se rendra à Turin.
* P.Léonard Orec’ a guidé du 7 au 9 avril
une retraite de 3 jours à Fulda en Allemagne,
organisée par des groupes de prière: 115
personnes étaient présentes. P.Ivan Landeka,
curé de Medj. a visité Innsbruck et d’autres
villes, lors de son voyage de 5 jours en Autriche.
* Soeur Elvira invitée par les Evêques
croates - Sr Elvira Petrozzi, fondatrice de la
Communauté Cénacle, a été invitée par la
Nouvelles de la terre bénie
* Le Pape désire aller à Medj. - Le 6 avril
le Président croate Tudjman, avec le Vice-
Président Radic’et le Card.Kuharic’ de Zagreb
ont rendu visite au S.Père pour l’inviter à Split
pour le 1700è anniversaire de la fondation de ce
diocèse, qui sera célébré en septembre. Dans la
conversation qui a fait suite au discours officiel,
le Pape a dit vouloir aller non seulement à
Split, mais aussi à Maria Bistrica
(Sanctuaire
national) et à Medjugorje. Ainsi l’a écrit le
Slobodan Dalmacija de Split le 8 avril, et l’a
confirmé l’Evêque Mgr Franic’ qui, interrogé
par Sr Emmanuel, l’a encouragée à publier la
nouvelle. Applaudie dans l’Eglise paroissiale,
l’annonce a provoqué une onde de joie et d’action
de grâce en tous ceux qui aiment Medj. “Si la
Sainte Vierge en personne vient à Medjugorje,
pourquoi le Pape ne devrait-il pas venir? - a
commenté P.Slavko.
Mais pour convertir les coeurs, ce ne sera
pas la reconnaissance de Medj. mais seulement
la prière et le jeûne”. Prions pour que les
obstacles ne soient pas plus grands que les
désirs et que le Pape puisse réaliser ce que Dieu
veut.
* Une réponse spirituelle du S.Père - En
février quelques Evêques croates ont rencontré
le Pape à Rome. Au cours de la conversation,
Mgr Zanic’, Evêque émérite de Mostar, a
demandé: “Alors, Très Saint Père, quand venez-
vous à Sarajevo?” Le Pape le regarda avec son
intensité coutumière et répliqua: “Ah! Je pensais
que vous alliez me demander: Très S.Père, quand
venez-vous à Medjugorje?” Chacun peut
comprendre le sens de cette boutade le problème
de Medj. n’est pas absent du coeur du Souverain
Pontife. Cette conversation a été rapportée à Sr
Emmanuel par Mgr Franic’ qui l’a également
encouragée à la publier.
* Vicka en audience du Pape - Le 22 mars
Vicka a accompagné 350 blessés et invalides de
guerre croates à Rome, où le Pape leur a réservé
une audience particulière. C’était elle qui
traduisait les paroles du S.Père de l’italien en
croate. Il l’a tout de suite reconnue: N’es-tu pas
Vicka de Medjugorje? lui a-t-il demandé. Vicka
lui offrit alors un chapelet en disant: “Vous en
avez déjà beaucoup, mais celui-ci est spécial
car il a été béni par la Gospa lors d’une
apparition”. Le Pape lui dit: “Toi, prie la
Madone pour moi, et moi je prie pour toi” et il
l’a bénie.
* Grande joie d’accueillir un Cardinal
africain Mgr Wamala, de l’Ouganda, et aussi
notre 2ème Evêque français, Mgr Lagrange,
de Gap, très content d’avoir été invité ici par des
pélerins de sa ville. “Quelquefois, le peuple suit
les Evêques, et quelquefois ce sont les Evêques
qui suivent le peuple!” avait fait observer le
S.Père à l’Evêque Florès du Texas
* Fête à la Communauté Cénacle -
Emouvante nuit de Pâques à Medj. Dans une
Eglise comble 4 jeunes de la Communauté
Cénacle, libérés de la drogue, ont reçu le
baptême. Ces jeunes savent bien ce que veut
dire Résurrection: “Nous étions dans la mort,
maintenant nous avons trouvé la vie”. Mais de
semblables miracles ne se comptent plus à Medj...
[Ajoutons que le lundi de Pâques a été bénite
par P.Slavko l’Eglise de la Communauté
Cénacle, après les ultimes finitions: tout est
véritablement splendide et maintenant y est à
demeure la présence eucharistique].
* Vicka remplace Ivan dans la prière
nocturne sur les monts - A la fin d’avril Marija
est partie pour 10 jours au Mexique. Ivan, en
partance pour l’Amérique, a confié son groupe
de prière à Vicka, se faisant remplacer par elle
afin de permettre aux pélerins de participer à la
prière de nuit du mardi et du vendredi sur les
monts. Vous devinez la joie des pélerins (venus
Conférence Episcopale Croate (CEC) le 16 mars
pour parler du problème des toxico-dépendants.
Durant une heure et demie elle a donné son
témoignage persuasif sur la vie de ses
communautés. Entre autres, elle a dit aux
personnes présentes: “Le salut des jeunes
toxico-dépendants est dans vos mains.
Vous devez vous consacrer totalement à
eux, pourtant ce ne sera pas à vous à réussir,
mais au Christ à travers vous. Vous devez vous
laisser guider par l’Esprit Saint et faire votre
possible pour sauver la jeunesse, sans intérêts ni
ambitions personnels, n’attendant jamais la
gratitude de qui que ce soit, car alors vous
n’obtiendriez aucun résultat”. Nous devons
souligner que cette communauté a le pourcentage
le plus élevé de succès: 85% des jeunes en
sortent guéris, grâce à ce style de vie.
* Festival des jeunes - Cette année il se
déroulera à Medj. du 31 juillet au 6 août, sur le
thème: ‘Les jeunes avec Marie pour la vie et
pour la paix’. Tous sont invités à apporter leur
Bible, à préparer pour la soirée du 5 un chant à
Marie, dans leur propre langue et en groupe:
ceux qui sont capables de jouer d’un instrument
sont priés d’en informer rapidement Agostino:
fax 19 39 387 88 642 339; on peut également
faire là toutes propositions relativement au
Festival.
Les prêtres sont invités à se tenir à la
disposition des jeunes pour les colloques et les
confessions. Les traductions seront simultanées
et il suffit d’une radio avec écouteurs, (88-108
MHZ).
* Le savant physicien américain Jim Doyle
a déclaré, lors de sa dernière visite en Croatie:
“Je suis allé à Medj. 6 fois. M’énamourant de
la Madone de Medj. je me suis aussi énamouré
du peuple croate et me suis senti obligé, dans le
sillage de l’amour de Marie pour ce peuple, de
faire quelque chose pour eux. Aujourd’hui je
suis ici pour offrir à la Croatie ma toute nouvelle
invention, l’oreille technique, grâce à laquelle
les sourds-muets auront la possibilité d’enten-
dre”. Ainsi a-t-il présenté son invention aux
médecins et scientifiques de Zagreb. “Je vous
remercie, ainsi que P.Jozo, parce qu’il n’y aurait
pas tout cela s’il n’y avait pas Medj.” a dit le
Vice-Président de l’Académie.
* Le séminaire de prières et d’infor-
mations à Baska Voda, auquel ont participé 70
responsables de groupes de prière et de Centres
de la Paix de 15 pays, ainsi que 4 voyants et les
prêtres de Medj. du 2 au 6 avril, s’est terminé
par une déclaration commune.
Dans celle-ci, après avoir observé entre
autres, que les apparitions de Medj. ont été, par
leurs fruits dans le monde entier, un don de Dieu
pour l’Eglise de ces temps... une orientation
pour les nouvelles voies d’évangélisation... une
aide pour comprendre la révélation et une réponse
concrète aux tout récents documents du S.Père,
elle invite tous les groupes de prière à:
“ 1. comprendre les messages de la Vierge
comme une invitation et une indication qui
conduit à l’unique Sauveur Jésus Christ;
2. avoir toujours présent dans le coeur le
bien de l’Eglise, qui est le but de la visite de
Marie, et de laquelle Elle est Mère, archétype et
exemple;
3. faire tout leur possible pour que les Eglises
locales, à travers les pélerins. puissent
expérimenter des fruits de conversion et de paix;
4. être ouverts aux signes des temps actuels
pour être, grâce aux messages de la Madone, un
signe d’espérance et de certitude pour les
hommes qui vivent dans ces années d’angoisse
et d’insécurité;
5. faire leur possible pour surmonter les
discordes dans l’amour et la compréhension,
afin de servir ensemble la cause de la paix”.
( Du Bulletin de Presse de Medjugorje)
background image
Entrer dans ces larmes de sang
La statuette de la Vierge de Medj. à
Civitavecchia, continue à faire parler d’elle. Le
15 mars, de ses yeux sont encore sortis des
larmes de sang tandis que l’Evêque, Mgr
Girolamo Grillo
, la prenait en mains après la
S.Messe, en présence de 5 témoins. . Puis sont
venues, de la part des autorités judiciaires, une
dénonciation pour abus de la crédulité populaire
et saisie de la statue, suivie de sa restitution, et
enfin une enquête régulière de la commission
épiscopale.
Dans le même temps, pour répondre à l’appel
de ces larmes, il y eut beaucoup de prières. Des
rencontres particulières se sont déroulées dans
la Cathédrale de la ville, comme celle guidée par
la Maison de Marie de Rome, avec la présence
et les homélies de l’Evêque et du Card. Deskur.
Marie appelle à comprendre et entrer dans Ses
larmes de sang, pas seulement à en parler, à en
discuter ou à les railler. Mais également nous
aident à les comprendre les paroles claires et très
humaines de celui qui s’est approché de
l’événement avec l’âme ouverte à l’Esprit.
P.Jozo à l’Evêque de Civitavecchia -
P.Jozo est venu ici, par solidarité avec
l’Evêque, pour le réconforter dans ses
souffrances. Voici un extrait du dialogue qui
s’est déroulé entre eux, et qui nous éclaire sur
beaucoup de choses.
L’Evêque: Ce que j’ai souffert et que je
souffre encore, est incroyable... Ce n’est pas
agréable de s’entendre traiter de menteur! Je
répète à haute voix ce que j’ai dit à tous, mais
on m’envoie ‘au diable Vauvert’: je ne puis nier
ce qui est advenu dans mes mains... Que ce fût
du sang humain, je le savais par les analyses
passées; mais si ce sang - qui a pleuré devant
moi - avait été différent de l’autre, de quoi
aurais-je eu l’air? Mais, vérifications faites, ils
ont dit: C’est le même sang! (Merci, Seigneur!).
Les mêmes choses qu’à Lourdes et à Fatima se
sont répétées.
Ici la Vierge a été emprisonnée, ils l’ont
enfermée, séquestrée. Ils sont venus avec
quelques stratagèmes (p.ex. l’excuse qu’ils
devaient faire un prélèvement pour des
investigations ultérieures, alors que tout était
déjà fait). Ils voulaient emporter la statuette,
mais je n’y ai pas consenti. Alors, ils l’ont
séquestrée. Ainsi je suis resté enfermé à la maison,
seul!
P.Jozo: Avez-vous pensé que nous n’avions
pas eu des problèmes semblables?... (Ici P.Jozo
raconte à l’Evêque la persécution que les voyants
et lui-même ont endurée de la part des autorités
et, dans un second temps, de la part de l’Evêque
de Mostar; puis il conclut):
Selon moi, chaque
pas de la Gospa est toujours marqué de Son
‘signe’, qui comporte une grande souffrance.
Dans ces cas sont nécessaires beaucoup de prières
et d’amitié!
L’Evêque: ... Aujourd’hui, la Madone des
larmes de Syracuse n’aurait pas été reconnue,
parce qu’il est difficile de démontrer scientifi-
quement ce que sont les larmes: de l’eau et du
sel, semblables pour tous. Au contraire, le sang
est spécifique; c’est peut-être même pour cela
que Marie pleure du sang, pour que l’on voit
clairement de quoi il s’agit.
P.Jozo: ... Si la Madone pleure, nous allons
La consoler! Et ne nous tracassons pas à chercher
mille motifs pour dire qu’Elle ne pleure pas, que
ce n’est pas vrai. Nous devons rester ouverts, et
cela suffit.
L’Evêque: Moi, j’étais plutôt sceptique et
très perplexe sur la question, mais Notre-Dame
m’a donné un ‘signe’. A ce moment, les parents
et la Soeur qui m’ont vu, ont dit que j’étais
devenu blanc comme un linge. Le sang ne
s’invente pas. Ou il y en a, ou il n’y en a pas.
Ma soeur s’est taché le doigt, mais le sang a tout
de suite disparu; ainsi en fut-il quand les Gregory
ont essuyé la statuette avec un mouchoir, il n’est
resté aucune trace: une fois prélevé de la statue,
le sang disparaît.
P.Jozo: Nous devons beaucoup réfléchir sur
le message de ces larmes. Pourquoi l’Eglise ne
croit-elle pas un Evêque? A Kibeho, au Rwanda,
l’Evêque a cru, mais ils ne l’ont pas écouté, ils
ne se sont pas convertis: et quelle catastrophe en
est-il survenu 10 ans plus tard? De même, à
Medj. la Madone avait prévu la tragédie... Simul-
tanément sont sortis de nombreux faux prophètes
pour confondre messages et apparitions...
L’Evêque: A Lourdes aussi, outre la véritable
apparition, il en a été recensé une cinquantaine
d’autres. Je pense que satan intervient pour
créer la confusion. Et même en Italie, on dit que
la Madone pleure en de nombreux endroits mais
tandis qu’ailleurs, après un jour on n’en entend
plus parler, ici le monde entier en parle, et
parfois vient la TV; et ce n’est pas fini...
P.Jozo: A Medj. il y aura bientôt 14 ans que
la Madone apparaît. Le but est évident: nous
devons préparer l’Eglise pour le troisième
millénaire. Le pape a bien compris; il suit
beaucoup Medj. et a toujours dit des paroles très
belles à son sujet; et même il a dit récemment
qu’il désire venir à Medj...
L’Evêque: Si je n’avais pas eu Son réconfort
(!) je me serais senti vraiment seul. Parce
qu’aujourd’hui, avec le discours de l’oecumé-
nisme, on ne peut plus parler de la Madone. Ils
disent qu’Elle n’a pas besoin de ces choses.
P.Jozo: La Madone n’en a pas besoin, mais
l’homme, si. Les signes sont nécessaires...
L’Evêque: On a fait une radiographie,
sectionnant en 43 parties cette statuette de 43
cm; avec des instruments de haute technologie,
on l’a soumise à tous les examens possibles. Et
la science a dit: c’est du sang humain. D’abord,
il est féminin; puis, il est masculin.
P.Jozo: Le sang est un appel, c’est une
grande voix que nous devons entendre et tous
ne peuvent pas entendre. Ce signe de Civitavec-
chia, tout le monde le connaît. La science a dit
que le plâtre ne peut pleurer et qu’il s’agit de
sang. Maintenant, pourquoi attendre? Allons
nous agenouiller et prier. C’est là le problème:
nous n’avons pas le courage de faire un pas
décisif.
L’Evêque: Les voyants de Medj. ont-ils été
informés de ce signe? Est-ce le ‘signe’ attendu?
P.Jozo: Les voyants ont été informés, oui,
mais ils n’ont rien dit. Parce que ‘le signe’ prédit
sera plus grand. Mais cela aussi est grand. Que
veut dire une statuette de plâtre qui coûte ‘trois
fois rien’ et qui pleure du sang? Vous avez bien
fait de dire à la magistrature: Je ne peux vous
donner la statue. Comme j’ai fait lorsqu’ils
voulaient me faire fermer l’Eglise de Medj. et
que j’ai dit: Je ne vous le permets pas. C’est la
même histoire. Maintenant, la CEI dira: Nous
ne voulons rien savoir. Et vous resterez seul.
C’est pourquoi vous avez besoin d’encore plus
de réconfort et d’aide.
L’Evêque: Dans un moment de dépression
je me suis lamenté, auprès d’une personne de
haut niveau, et j’ai dit: Vous m’avez laissé seul.
P.Jozo: Moi aussi, je suis resté seul. Et ils
ont dit: “il l’a voulu”. Un de la police m’a
même dit: “on paie pour devenir célèbre!”
Mais, que signifie ‘devenir célèbre’? Je dois
seulement défendre ce que j’ai vu. Alors,
Excellence, quand viennent les difficultés,
souvenez-vous qu’on prie pour vous et vous ne
devez pas avoir peur. La Vierge est avec vous
et vous aide. Elle vous a choisi comme Evêque:
c’est très important à savoir.
A ce moment, Mgr Grillo va prendre la
statuette, nous nous agenouillons et prions, selon
une très belle invocation du P.Jozo (27.04.95 -
enregistrement d’Angela et Matteo Rossi).
Don Amorth: Y a-t-il besoin de
reconnaissance officielle? -
Il a été demandé
à don Amorth ce que pense l’Eglise sur ces
lacrimations de statues et si la réserve de nos
prélats ne lui paraît pas excessive.
D.Amorth: Pour moi, il n’est pas nécessaire
que l’autorité ecclésiastique intervienne. Le Card.
Ratzinger a raison de dire que ces faits n’ajoutent
rien à la foi, parce que notre foi n’est pas basée
sur les Madones qui pleurent, mais sur la Parole
de Dieu. C’est la vérité. Pourtant, il est également
vrai qu’existent les miracles, et Jésus en a
toujours accomplis dans l’histoire de l’Eglise,
comme confirmation de la Parole de Dieu: encore
maintenant, les saints sont canonisés (et combien
y en a-t-il aujourd’hui!) parce qu’ils ont
accompli des miracles.
Je suis d’accord avec l’orientation de l’Eglise
des premiers siècles, quand les apparitions
mariales et les faits miraculeux ne recevaient
aucune reconnaissance officielle: c’était le peuple
qui, avec son culte, donnait valeur à tel fait.
P.ex. les apparitions de Monte Berico à Vicenza
n’ont jamais reçu l’approbation, bien que depuis
des siècles tout le peuple y aille prier la Vierge.
Ainsi à Caravaggio; pourtant, là aussi, tout
le peuple va prier. Même pour l’apparition de la
Madone aux Trois Fontaines (1947) le Vicariat
de Rome a institué des commissions pour établir
les faits. Pourtant, ayant vu que les gens allaient
prier en ce lieu, elle y a mis des prêtres qui
guidèrent la prière. Beaucoup d’Evêques et
Cardinaux sont allés là pour célébrer la Messe:
voici, l’approbation est venue d’elle-même.
Cela me semble un bon système: nous nous
sommes trop habitués à vouloir l’approbation
officielle; à mon avis elle n’est pas nécessaire...
C’est ce qui est arrivé aussi au ‘Divin Amour’
où un homme sauvé des chiens enragés, par
l’intercession de Marie, a été à l’origine d’une
prière continuelle en ce lieu, au point qu’il est
devenu le Sanctuaire marial le plus connu des
alentours de Rome; la sensibilité du peuple de
Dieu a son poids. Et les statues qui pleurent? Y
a-t-il lieu d’avoir peur? Non, la Maman nous
appelle toujours à la conversion. Est-ce une
pré-annonce d’événements douloureux? Non,
c’est pour nous mettre en garde afin que nous les
évitions...
La foi du peuple de Dieu est une preuve
d’infaillibilité. Aujourd’hui nous sommes
trop rationalistes
- Autre demande: Pourquoi
nos prélats ne pensent-ils pas ainsi?
Don Amorth: “Ici aussi, ne généralisons
pas. Comme vous voyez, Mgr Grillo a presque
authentifié les larmes de sang de Civitavecchia,
prescrivant que la Madone soit exposée au public
et protégée (ce qui n’a pu être fait en raison de
la séquestration qui s’en est suivie, etc...) ...
Je crois qu’il soit juste de donner de
l’importance à l’initiative du peuple de Dieu,
parce que c’est aussi une route d’infaillibilité,
comme nous le rappelle le Concile. Naturel-
lement, par l’expression ‘peuple de Dieu’, je
veux dire tous, les prêtres et les Evêques aussi:
C’est une voie à travers laquelle parle l’Esprit
Saint.
On dit que le rationalisme serait trop entré
dans les hautes sphères de l’Eglise: malheure-
usement, c’est vrai! Nous devons nous
débarrasser de ce rationalisme et revenir à la
simplicité de l’Evangile et des premiers chrétiens
qui priaient ainsi: Seigneur, étends la main pour
opérer des guérisons, signes et prodiges par le
nom de ton serviteur Jésus, afin que tous croient
(Ac.4,29-30).
Ainsi priait le premier peuple chrétien. Il
n’avait pas peur des miracles ou des apparitions
- maintenant on dirait presque que cela nous
dérange! - Non, ils demandaient à confirmer
vraiment la Parole de Dieu. Aujourd’hui l’Eglise
est prudente, peut-être exagérément, parce
qu’elle a peur que les gens, portés au
sensationnel, regardent le fait comme une
curiosité mais non avec un esprit de conversion
et de prière. (D’une conversation au groupe
‘Reine de la Paix’, Rome 25.03.95)
>
background image
> Ouverture, non scepticisme - “... Je me
sens en syntonie avec la piété populaire. Le
peuple est scandalisé face au scepticisme diffusé,
même par quelques théologiens. Si Dieu nous
envoie Sa Mère et que nous nous tournions de
l’autre côté, c’est un mépris pour les plus tendres
attentions de Dieu envers l’humanité. Non, si
nous nous fermons face à ces signes, nous
montrerons notre insensibilité à une possible
révélation de Dieu...
Nous devons retenir que Marie veuille nous
dire que dans l’Eglise et dans le monde il y a
quelque chose d’intolérable; pour que soit
ébranlée la conscience chrétienne. C’est une
forme de prophétie: la Vierge veut préparer
l’Eglise aux difficultés du futur. (P.Stéphane de
Fiores, président de l’Association mariologique
- Journal Avvenire 28.03.95)
Invitation à Lorette
Trois murs avec le toit et, sur le fond, une
grotte qui occupe la quatrième paroi: voici la
demeure de la Vierge à Nazareth, dans laquelle
s’accomplit le mystère de l’Incarnation il y a
2000 ans. Ces murs entendirent le ‘oui’ de
Marie, qui fit descendre le Verbe de Dieu dans
Son sein. La grotte est conservée à l’intérieur
d’une grande basilique, à Nazareth. Mais la
modeste chambre en maçonnerie qui s’élevait
devant la grotte, est conservée depuis des siècles
dans le Sanctuaire de Lorette.
Une tradition séculaire disait que ces murs
avaient été transportés dans un bois de lauriers
(d’où le nom de Lorette) en 1294 par des anges,
après avoir fait étape à Trieste. Mais ne tarda pas
à s’affirmer la thèse des opposants: cette maison
n’avait pas été transportée par des anges, mais
il s’agissait seulement d’une petite église en
maçonnerie, construite au Moyen-Age. Cette
conviction commune reléguait la croyance de
toujours au rang des pures légendes.
Mais les découvertes archéologiques de
l’architecte Manni Morelli, président de la
Fédération des ingénieurs des Marches; qui a
consacré sa vie à l’étude de cette précieuse
maison (avec l’ajout d’un travail passionné d’une
dizaine d’années du P.Joseph Santarelli), ont
fait la lumière sur ce problème séculaire. Voici
les plus significatives:
1. En confrontant la maison de Lorette avec
les constructions médiévales de la région, puis
avec le site de Nazareth, il résulte que les bâtisses
des Marches étaient toutes en maçonnerie (par
manque de carrières dans la région), alors que
les maisons de Nazareth étaient presque
exclusivement construites avec des pierres. 2.
La S.Maison se trouve sur le site d’une antique
route: elle aurait du être abattue: au contraire,
elle fut conservée. 3. La S.Maison fut
sauvegardée au temps des architectures
sophistiquées, avec un renforcement périlleux
des assises, et un mur protecteur: si ce n’avait
été une construction aussi importante mais
seulement une maisonnette de campagne, elle
aurait été abattue. 4. La S.Maison est sans
fondations: il n’y en avait pas besoin, précisément
parce que les trois murs de la petite maison de
Marie reposaient directement sur le roc.
5. Au centre de la longue paroi à l’ouest,
l’unique grande porte d’origine ainsi que la
fenêtre du côté est, irrationnelles pour nos
Eglises, démontrent au contraire comment
étaient orientées les ouvertures à Nazareth pour
protéger les maisons de la chaleur de l’après-
midi.
6. La finition des pierres de Lorette mani-
feste une technique propre à la culture nabateo-
galiléenne, complètement inconnue des croisés
et dans la région italienne: “Comme structure
de bâtiment réalisée en Italie, la maison de
Lorette représenterait un faisceau d’irrationalités;
mais l’abondance des convergences avec la
réalité galiléenne sont si nombreuses et de telle
heureuse facture que tout doute doit être
dépassé” concluait l’ing. Morelli.
Mais comment et quand cette petite
maison serait-elle arrivée en Italie? Les pierres
palestiniennes de la maison de Marie auraient
été transportées depuis Nazareth, comme partie
de la dot nuptiale de Marguerite Angeli, épouse
de Philippe d’Angio, “par l’oeuvre de la
famille Angeli
”. C’est ce que confirme le folio
181 de l’énumération notariée (Chartularium
culisanense) des biens qui faisaient partie de la
dot de Marguerite Angeli, fille de Nicéphore,
despote d’Epire. Ce mariage fut célébré en
octobre 1294; selon la tradition, la S.Maison
arriva à Lorette le 10 décembre 1294! Voici
comment on est passé au cours des siècles de
“l’oeuvre de la famille Angeli” à “l’oeuvre des
Anges” (Angeli en italien). Le confirment
également deux petites pièces de monnaie de
l’époque de la translation, retrouvées dans le
sous-sol de la S.Maison ainsi que des croix
d’étoffe, ex-voto des croisés. Quelques sources
rapportent que jusqu’en 1289 la maison (“cel-
la”) était encore présente à Nazareth, adossée à
la grotte, tandis que depuis 1291, année du
début du voyage par mer, on parle exclusivement
de grotte.
Le transport de la S.Maison par l’oeuvre (les
soins) de la famille Angeli, advint justement au
moment où les croisés perdaient le contrôle de
la Terre Sainte; et il y avait le risque que la
relique vénérée à Nazareth depuis les premiers
siècles, vint à être détruite. Dans les archives
vaticanes, sous le terme ‘Lauretum’ (indice
Garampi 644) on traite de l’existence de
documents relatifs à la translation, mais ils sont
aujourd’hui manquants - confirmait par écrit le
Préfet le 10 janvier 1983 -: soustraits peut-être
par des tenants à outrance du miracle...?
Est significative une xylographie du XVè
siècle qui représente la translation sur deux
plans: au centre le transport de la maison de la
part des anges; à côté le transport sur un navire
chargé de pierres et escorté par la Vierge, parmi
les nuées.
Enfin, la découverte dans les fondements de
la S.Maison, de restes d’oeufs d’autruche qu’il
était d’usage de déposer dans les églises de
Terre Sainte. Imaginant que l’oeuf déposé par la
femme sur le sable fut porté à son terme de
fécondation directement par le sol, les chrétiens
étaient induits à y considérer un symbole du
Verbe de Dieu, fécondé dans le sein de la Vierge
Marie par le soleil de l’Esprit Saint! Maintenant,
ensemble avec des myriades de grands ou
humbles, de saints ou de pécheurs, qui pélerinent
ici depuis des siècles, dans le 7ème centenaire,
nous adorons vraiment notre Dieu: entre les
mêmes murs où L’adora Marie lorsqu’Il prit
chair dans Son sein et où Elle nous L’offre
encore comme une Mère très présente.
(nous rappelons que le S.Père a accordé
l’indulgence plénière aux conditions habituelles
- confes., commun., Pater, Ave et Gloria à ses
intentions, et Credo - à qui visitera la S.Maison
de Lorette à l’occasion du 7è Centenaire -
9.12.94 au 10.12.95- V.Echo 115). d.A.
Resp.Ing.A. Lanzani-Tip. DIPRO (Roncade TV).
eu de la part des franciscains un prompt
renoncement aux 7 paroisses demandées il y a
une dizaine d’années par l’Evêque d’alors, Mgr
Zanic’.
Nous vous remercions pour votre collabo-
ration, vos approbations et vos généreuses
offrandes, qui rendent possible l’envoi gratuit
d’Echo, malgré l’accroissement continuel des
dépenses, notamment l’augmentation de
l’affranchissement en Italie. Le manque de place
nous oblige à reporter à une date ultérieure vos
informations, lettres et témoignages intéressants.
La parution d’Echo est toujours rendue
précaire par des difficultés sans cesse renais-
santes, mais nous la confions au S.Coeurs de
Jésus et de Marie - un seul Coeur qui vous
réunit tous - avec la bénédiction de Dieu afin
que vous soyez remplis de l’Esprit Saint.
Villanova M., 26 mai 1995.
Une tension à résoudre dans l’amour
-
On a assisté à Mostar à un fait regrettable: Un
groupe de quelques milliers de fidèles a demandé
la présence de l’Evêque Mgr Peric’ pour obtenir
des explications sur le fait que, de quatre paroisses
de la ville avaient été mutés à nouveau les curés
franciscains pour les remplacer par autant de
pasteurs appartenant au clergé diocésain.
L’Evêque s’est présenté; face à la foule menaçante,
il n’est pas descendu de voiture mais a demandé
au Supérieur franciscain de l’héberger dans son
couvent. C’est ainsi qu’il y est entré et est resté 8
heures jusqu’à ce que le groupe important de
contestataires se soit définitivement dissipé.
L’épisode, rapporté aussi dans l’Osservatore
Romano, a été déploré par le Card.Kuharic’ et par
ceux qui ont à coeur, non de ‘vaincre’ mais de
conserver la paix et l’harmonie dans la soumission
à l’autorité légitime. Plusieurs fois, Mgr Franic’
lui-même a dit qu’une certaine hostilité envers
Medj. aurait été notablement atténuée, s’il y avait
Dans la Patrie - Don Angelo Pandin , curé
de Borgomeduna (Pordenone), est retourné à Dieu
le 15 mars, à 66 ans, en raison d’une inexplicable
complication post-opératoire cardiaque, dans son
serein abandon de toujours à la volonté de Dieu.
Fruits de son âme d’apôtre sont connus les Lundi
de prière
, véritables bains spirituels de grâce pour
des centaines de personnes qui convergeaient de
toute la Vénétie: ils étaient nés il y a dix ans par
l’exigence d’aider et donner une continuité aux
groupes de prière mariale, surtout ceux liés à
Medj.: également sa radio Une voix dans le désert,
qui émettait 24/24 pour le Frioul et une partie de
la Vénétie; et encore l’Association publique de
fidèles A la suite de Jésus, approuvée par son
Evêque: une quarantaine de jeunes orientés vers
la consécration et le sacerdoce, qui vivent en
communauté, au service du diocèse et des
fraternités de vocations laïques.
La Madone semble avoir récompensé Son
serviteur avec les apparitions à une jeune de sa
paroisse, Rossana (°) chaque premier lundi du
mois. Une semaine après son décès, en présence
du P.Laurentin, les fidèles ont été réconfortés
d’apprendre qu’ils ont maintenant dans le ciel un
saint qui les protège et prie pour eux. Ainsi,
l’histoire continue avec la communion des saints.
(°) de ‘ Multiplication des apparitions de la
Vierge aujourd’hui’ - R.Laurentin - p.100 (La
petite R.) nous lisons que Notre-Dame fit
demander au curé de lire en chaire un message;:
“ Le curé était embarrassé, car l’Evêque lui
avait demandé de ne pas lire les messages. Il pria
pour trouver la solution et ne lut point le message.
Il demanda à R.d’interroger la Vierge sur la
manière de résoudre ce cas de conscience.
Comment lui obéir sans désobéir à l’Evêque?
Le lendemain la réponse: Don A. a bien fait
d’obéir à l’Evêque. C’était une épreuve et il l’a
bien résolue.”
Au cours des mois de mars et avril 95, les
lecteurs d’Echo francophone ont offert: pour Echo:
69.640.-Fr, pour la paroisse de Medj: 14.205.-Fr,
pour d’autres associations: 200.-Fr. Que les
généreux donateurs veuillent bien trouver ici
l’expression de la gratitude des bénéficiaires.
L’Echo de Marie, Reine de la Paix se trouve
à Medj. dans toutes les langues, dans le magasin
de souvenirs
dit ‘des Pères’ (jouxtant la maison
paroissiale), et aussi à la Communauté Cénacle.
Le dépôt on trouve au Centre d’informations MIR
(en sortant de l’Egl. tout de suite av.le pont).
La fête profanée - C’est un choeur de
protestations qui est parvenu a notre journal en
Italie, relativement à l’ouverture des magasins les
dimanches et jours fériés. Entre autres, une lectrice
lance un appel pour que les consciences se
mobilisent pour une cause aussi sainte:Rappelons-
nous que nous devons sanctifier les fêtes; le
dimanche est le jour destiné au repos, aux valeurs
spirituelles de l’Eglise, de la famille, de la
communauté dans son ensemble. Les trop
nombreux intérêts touristiques et matérialistes du
dimanche vident les Messes communautaires et
ruinent les activités pastorales. (Cusini Maria,
Via Saroch 93, I-23030 Livigno (SO))