Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité  | Liens[EN]  | Screensaver  | Wallpaper | Web Feed

www.medjugorje.ws » Echo de Marie Reine de la Paix » Echo de Marie Reine de la Paix 122 (Septembre 1995)

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Italiano
Download (60.0 KB )
background image
Nous devons réfléchir sérieusement et changer
de cap. Mais en même temps Marie, dans le
silence s’est formé à Medj. une étonnante
gerbe de fleurs que nous pouvons admirer:
des personnes qui croissent de jour en jour
sous Sa conduite, dans les familles et les
communautés qui vivent Ses messages, ainsi
que les pélerins qui s’y ajoutent. En faisons-
nous partie?
Petits enfants, nous répète notre Mère,
priez et continuez à convertir vos coeurs.
Elle dit continuez pour que nous ne nous
imaginions pas être déjà convertis en raison
des quelques pas que nous avons faits, jusqu’à
nous croire meilleurs que les autres, comme le
faisaient les pharisiens: la conversion est un
processus qui dure toute la vie. Qui n’avance
pas recule.
Rapprochez-vous de Moi! C’est le zèle
infatigable de la Mère pour notre salut. Oui,
approchez-vous avec un coeur de fils, même
dans les infidélités, les chutes, les tentations,
les moments de découragement, dans les jours
où vous ne ressentez plus aucune inclination
au bien. Comment vous rapprocher d’Elle?
Avec un sincère repentir, avec le renouvel-
lement de la consécration, avec un Rosaire
récité avec le coeur, avec une visite à l’un de
Ses sanctuaires ou de Ses chapelles, avec un
geste d’amour. Nous nous remettrons ainsi
entre Ses bras et Elle pourra nous aider à nous
remettre en route: Aidez-Moi à vous aider!
Que le bien surpasse le mal. Oui, si nous
revenons à Elle, le bien de la grâce que nous
recevons de Dieu par Son intercession
surpassera certainement tout le mal que nous
avons commis ou les dégâts que nous avons
créés en nous et dans les autres. En Elle nous
trouvons Jésus qui est pardon, remède et
guérison pour tout, qui en bien transforme
même le mal; qui fait surgir des pierres des fils
d’Abraham et donne aux pécheurs la force de
devenir des saints. Ainsi l’Amour et la
bénédiction
dont, comme toujours, la Sainte
Vierge nous assure à la fin, continueront à
porter leurs fruits. D.A.
Maison St Joseph, Medj. (Echo 117 p.4): La Reine de la Paix et le miracle du soleil (photo MIR)
Message de Notre-Dame, le 25 juillet1995:
Chers enfants, aujourd’hui encore Je
vous invite à la prière parce que seulement
dans la prière vous pourrez comprendre
Mes venues ici. Le Saint Esprit vous
illuminera dans la prière afin que vous
compreniez que vous devez vous convertir.
Petits enfants Je désire faire de vous un très
beau bouquet préparé pour l’éternité.
Mais vous n’acceptez pas le chemin de
la conversion, le chemin du salut que Je
vous offre à travers ces apparitions. Petits
enfants, priez, convertissez vos coeurs et
rapprochez-vous de Moi. Que le bien
surpasse le mal. Je vous aime et Je vous
bénis. Merci d’avoir répondu à Mon appel.
"Vous n’acceptez pas
la voie de la conversion
Priez et vous comprendrez"
Dès le premier message après les 14 ans
d’apparitions, Marie recommence à nous
répéter le pourquoi de Sa venue: pour que
nous abandonnions une route perverse qui
n’est pas selon Dieu, même si elle est
apparemment chrétienne. Notre Mère a offert
à tous un chemin de conversion
, ouvrant
une véritable école pour nous faire revenir à
l’essentiel de l’Evangile, comme Elle l’a dit
depuis le début: Je désire être avec vous pour
convertir et réconcilier le monde entier
(26
juin 1981).
Et Marie ajoute que pour arriver à cette
conversion il n’y a pas d’autre moyen que
prier, ensuite nous comprendrons tout. Il est
si facile de nous laisser aller et d’être victimes
d’une certaine lassitude et du climat que nous
respirons alentour! Prier, c’est nous ouvrir à
Dieu et nous mettre à Son écoute pour pouvoir
opérer avec Sa grâce la transformation qu’Il
veut accomplir en nous; ensuuite, on peut tout
demander et attendre tout de lui. Seulement
dans la prière vous pouvez comprendre le
pourquoi de Ma venue
, dont le but est le
changement radical de nos coeurs.
Marie revient, avec toute Sa sensibilité
féminine, à l’image du merveilleux bouquet
de fleurs, qu’Elle veut présenter à Son Fils
pour l’éternité
. C’est un engagement qu’Elle
a pris en venant à nous. Ces fleurs sont les
saints qu’Elle veut faire de nous aujourd’hui,
en ce temps de débandade générale, associés
aux âmes qu’Elle aura sauvées de la damnation
en se servant de nous. Non une guirlande de
fleurs qui pourrissent, mais que nous durions
pour la vie éternelle, parce que les vainqueurs
hériteront des biens de Dieu et seule la sainteté
entrera dans le ciel
(cfr Ap.21,7; 22,4.15).
Mais ici vient l’amère constatation: Vous
ne voulez pas accepter la voie de la
conversion, que Dieu vous offre à travers
Mes apparitions
. A qui dit-Elle ceci? Non
pas aux autres, mais à nous qui écoutons
chaque mois Ses messages mais ne progres-
sons pas ou - pire - régressons . Elle parle de
la paroisse, qui devait être ce bouquet de
fleurs qui aurait parfumé le monde entier,
avec tous ceux qui aiment Medj., c-à-d. nous.
Message du 25 août 1995:
Chers enfants, aujourd’hui Je vous
appelle à la prière. Que la prière soit vie
pour vous. Une famille ne peut pas dire
qu’elle est dans la paix si elle ne prie pas
chaque jour. C’est pourquoi, que votre
matinée commence par la prière du matin
et que la soirée finisse par l’action de grâce.
Petits enfants, Je suis avec vous, Je
vous aime, Je vous bénis et Je désire que
chacun de vous soit dans mon embras-
sement. Vous ne pouvez pas être dans mon
embrassement si vous n’êtes pas prêts à
prier chaque jour. Merci d’avoir répondu
à Mon appel.
Il n’y a pas la paix
dans la famille sans la prière
Si on s’étonne que la Madone parle toujours
de prière, quand d’autres choses nous paraissent
bien plus importantes ou intéressantes, c’est le
signe que nous ne prions pas vraiment. Si nous
priions vraiment, nous comprendrions que seule
la prière est nécessaire
et ensuite tout le reste
vient de soi, et que sans prière il n’est pas
possible de vivre
. Mais les choses spirituelles
peuvent être comprises seulement de qui les
vit, ou au moins, est ouvert à les vivre; mais pas
de celui qui veut rester dans un état de soi-
disant paix, qui disparaîtra à la moindre
anicroche.
Mais quelqu’un pourrait dire: “Je récite
toujours mes prières”, ou bien “je fais
beaucoup de prières et je vais toujours à la
Messe”. Ce n’est pas la même chose de ‘dire
des prières’ ou de ‘prier’; il y a toute la
distinction entre une substance de prière et une
forme de prière. Prier, c’est vouloir rencontrer
Dieu et donc demeurer en Lui avec le coeur,
l’esprit, l’attention, pour qu’Il puisse nous
transmettre Sa vie, donc Son amour, Sa paix,
Sa joie. Parce que seulement Lui a dit Je suis
la vie
. Plus on prie ainsi, plus arrive le flux de
la vie de Dieu, plus on acquiert une dimension
nouvelle de la vie; ainsi les choses - même
celles estimées les plus importantes
-
reprennent leur vraie place, celle du >
(page 8)
ECO di MARIA
Regina della Pace
122
Septembre 1995 - Les sept douleurs de Marie -
Orig. Italien: cas. post. 149, I - 46100 Mantova
A.11, n. 9; Tout Courrier est à adresser à: Echo de Marie, 18 Allée Thévenot, F-39100 DOLE
background image
“Que tous soient un”
Une recherche de l’unité
n’est pas un compromis
sur la vérité mais revenir à
la communion entre les membres
L’encyclique inspirée du Pape Ut unum
sint sur l’engagement oecuménique, veut nous
orienter à aborder ‘l’épineuse’ question
oecuménique de manière sérieuse et fondée.
Que tous les fils soient un est une volonté
explicite du Christ (J.17,21); c’est le contenu
de Sa prière au Père, comme l’expliquera St
Paul (Eph.2,14-16).
Concrètement, pour que cela se réalise aux
yeux du monde, les chrétiens doivent professer
ensemble la vérité de la Croix
! La Croix! Le
courant anti-chrétien se propose d’en nier la
valeur et de la vider de son sens; il refuse que
l’homme y trouve les racines de sa vie nouvelle
et prétend que la Croix ne peut ouvrir ni
perspectives ni espérances: l’homme, dit-on,
n’est qu’un être terrestre qui doit vivre comme
si Dieu n’existait pas
(n.1). Il est clair alors
quelle est la place en jeu dans les vicissitudes
oecuméniques: la crédibilité de la foi dans le
monde contemporain, fermé à Dieu. Le premier
pas consiste à recommencer à donner attention,
crédit et temps à Dieu: en un mot, c’est la
conversion du coeur.
Unis dans l’unique vérité: le compromis
sur la foi s’élève contre Dieu - L’encyclique
pose trois éléments nécessaires à l’action
oecuménique: la conversion (n.15-17),
l’importance fondamentale de la doctrine (n.18-
20), la primauté de la prière (n.21-27).
La conversion est la condition de base
pour accueillir l’Evangile, à toute époque et en
tout lieu; c’est le devoir fondamental de l’évan-
gélisation, à toutes les étapes du chemin
salvifique de l’Eglise
. En cela, l’argumentation
suit de très près l’Unitatis Redintegratio du
Concile Vatican II. Il nous semble pourtant
important et urgent, étant donné les temps qui
courent, de nous arrêter un peu sur la question
de la doctrine, c-à-d. sur le critère unique sur
lequel baser la recherche de l’unité: la vérité
objective
, universellement valide.
Aujourd’hui, les catholiques pensent
facilement qu’il soit bon et utile de s’ouvrir
aux autres confessions chrétiennes, en
mettant à part certains éléments cardinaux
de la foi catholique: Eucharistie, Immaculée
Conception, Primauté de Pierre
... Mais après
un tel ‘élagage’ théologique, que reste-t-il?
Seulement un vague socialisme religieux, où
l’activisme règne en maître. Ecoutons le Pape:
Il ne s’agit pas de modifier le dépôt de la foi,
de changer la signification des dogmes, d’en
éliminer les paroles essentielles, d’adapter la
vérité aux goûts d’une époque ou d’abolir
certains articles du Credo sous le faux prétexte
qu’ils ne sont plus compris aujourd’hui. L’unité
voulue par Dieu ne peut se réaliser que dans
l’adhésion commune à la totalité du contenu
révélé de la foi. En matière de foi, le compromis
est en contradiction avec Dieu qui est Vérité.
Dans le Corps du Christ, Lui qui est ‘le Chemin,
la Vérité et la Vie’ (J.14,6), qui pourrait
considérer comme légitime une réconciliation
obtenue au prix de la vérité (18)?
La prière produit l’unité - Mais une vive
perception des fondements de notre foi, nous
l’obtenons avec la prière, qui nous permet de
comprendre ce que veut dire être ‘catholiques’.
La prière est l’instrument de la communion,
parce qu’elle unit les coeurs autour du Christ,
les approche tous de l’unique Maître (Mt.23,8).
La prière communique la force de supporter
toutes les contrariétés: s’ils se rencontrent
toujours plus souvent et plus assidûment devant
le Christ dans la prière, les chrétiens pourront
prendre courage pour faire face à toute la
douloureuse et humaine réalité des divisions,
et ils se retrouveront ensemble dans la
communauté de l’église que le Christ forme
sans cesse dans l’Esprit Saint, malgré toutes
les faiblesses et malgré les limites humaines.
Le dialogue oecuménique - Avec ces
bases, on pourra procéder alors à un dialogue.
Mais le Pape indique aussi que ce fameux
dialogue, mot souvent évoqué dans le langage
ecclésial d’aujourd’hui, est avancé comme s’il
s’agissait d’un examen de conscience. Ici se
situe aussi l’un des points du récent magistère
de J.P.II: la relecture de l’histoire de l’Eglise
pour faire la lumière sur les arguments laissés
de côté, ou considérés comme obscurs, afin de
démontrer que la vérité objective de l’Eglise-
Corps du Christ, n’est en rien diminuée ou
altérée par des erreurs que certains de ses
membres ont commises. Le point de départ du
dialogue doit toujours être une recherche
passionnée de vérité sur l’Eglise: La vérité
forme les consciences et oriente leur action en
faveur de l’unité. En même temps elle demande
que soient confrontées à la prière du Christ
pour l’unité, la conscience et les oeuvres des
chrétiens, frères séparés (33).
Il est nécessaire que nous ayons tous une
ouverture d’esprit et de coeur beaucoup plus
grande, pour abandonner les condamnations et
moralismes divers sur les événements de
l’Eglise; tous les péchés du monde ont été
portés dans le sacrifice salvifique du Christ, et
donc aussi ceux commis contre l’unité des
chrétiens, les péchés des chrétiens, des pasteurs
non moins que des fidèles. Même après les
nombreux péchés qui ont entraîné les divisions
historiques, l’unité des chrétiens est possible,
à condition que nous soyons humblement
conscients d’avoir péché contre l’unité et
convaincus de la nécessité de notre conversion.
Ce ne sont pas seulement les péchés personnels
qui doivent être remis et surmontés, mais aussi
les péchés sociaux, pur ainsi dire les ‘structures’
mêmes du péché, qui ont entraîné et peuvent
entraîner la division et la confirmer (34).
Depuis longtemps le Pape s’efforce d’ouvrir
des routes, de restaurer des rapports, obtenant
des résultats présentés ici (n.41-76). La voie la
plus fructueuse, voire l’unique qui puisse
obtenir quelque chose en vue de l’unité des
chrétiens, est que les communautés chrétiennes,
par la puissance de l’Esprit, s’examinent toutes
devant le Père et se demandent si elles ont été
fidèles à son dessein sur l’Eglise
(82).
Les Saints nous ont montré, par leur vie, la
signification concrète de cette recherche de
l’unité, qui est recherche d’être comme le
Christ, imitation du Christ. Ils ont gardé en
eux-mêmes un attachement si radical et si
absolu au Christ et au Père qu’ils ont pu aller
jusqu’à l’effusion du sang. Mais n’est-ce pas
ce même attachement qui intervient dans ce
que j’ai appelé le ‘dialogue de la conversion’?
N’est-ce pas ce dialogue qui montre la
nécessité d’aller jusqu’au bout de l’expérience
de la vérité pour la pleine communion?. (83).
De tout ce qui est affirmé ici comme prin-
cipe, le Pape est en train de faire vraiment sa
méthode pastorale: un exemple clair nous en
est venu de sa récente visite en Slovaquie
après avoir canonisé trois martyrs catholiques,
il a rendu hommage aux martyrs calvinistes.
Un acte pour la réconciliation, hors des discours
habituels sur l’ouverture et la tolérance. En
l’état actuel, l’unique oecuménisme possible
réside dans une nouvelle forme d’amour et de
liberté dans les rapports: l’erreur fréquente
consiste à chercher un oecuménisme doctrinal
qui obscurcit la vérité de la foi. Marc
(dans le prochain numéro sera traité le
chapitre de la Primauté de l’Evêque de Rome)
Le Pape rend hommage aux martyrs
calvinistes: il émeut les luthériens -
Lors
de sa récente visite en Slovaquie, le Pape a
canonisé les trois prêtres de Kosick,
respectivement polonais, croate et hongrois,
faits prisonniers et torturés par les calvinistes
pour qu’ils renient la foi catholique, puis
brutalement assassinés (1619). Cette décision
a rallumé un conflit qui dure depuis un demi
millénaire, pour lequel luthériens et calvinistes
de la Slovaquie demandaient au Pape de recon-
naître, avec les martyrs catholiques de Kosick,
également les 24 martyrs calvinistes de Presov
tués 60 ans plus tard par les princes catholiques
qui défendaient la papauté. Même les Evêques
catholiques de la région slovaque retenaient
comme opportune cette reconnaissance. De
fait, dans l’homélie de la messe de canonisation
des 3 martyrs catholiques, le Pape a reconnu
“la grandeur spirituelle des 24 fidèles appar-
tenant à l’Eglise évangélique, tués à Presov par
fidélité à leurs propres convictions de conscien-
ce, auxquels l’Eglise rend hommage et exprime
son admiration”.
Mais il est allé bien au-delà: Cinq heures
plus tard, le voici à Presov, à prier en silence
sous la pluie, devant le monument qui rappelle
les 24 martyrs calvinistes. Un geste qui n’était
pas au programme, mais qu’il a décidé person-
nellement. Présent, l’Evêque luthérien Jan
Midriak remercie le Pape et récite avec lui le
Notre Père; il avoue: “Jamais nous n’aurions
pensé que quelque chose de ce genre puisse se
produire. Nous l’apprécions beaucoup”.
Le patriarche de Constantinople à Rome
- La fête des SS Pierre et Paul a vu symbo-
liquement réunies les Eglises d’Orient et celle
de Rome en la personne du patriarche Primat
d’Orient Bartholomée et du Pape, qui ont
célébré ensemble la liturgie de la Parole, dans
l’attente de “célébrer celle du calice commun”.
Ils ont ensuite béni ensemble la foule, du balcon
de la place St Pierre. L’accent de haute
inspiration avec lequel le Patriarche a appelé
dans son homélie “à l’humilité et au repentir
comme étant les premières vertus chrétiennes”
a impressionné. Le Pape lui a fait écho en
affirmant l’urgence de l’unité en vue du
troisième millénaire “pour une mission
commune deux à deux dans le monde”.
Des orthodoxes, les catholiques peuvent
recevoir certains sacrements - Dans
l’audience du 9 août le Pape a rappelé les
grandes valeurs positives dont les catholiques
sont redevables à l’Eglise orientale...
Puis il a rappelé que “les Eglises orientales
ont des Sacrements véritables, surtout l’Ordre
et l’Eucharistie et, faisant allusion aux normes
spécifiques du récent Directoire oecuménique,
il a confirmé que “tout catholique, s’il se trouve
dans l’impossibilité de rejoindre un prêtre
catholique, peut recevoir du ministère d’une
Eglise orientale les Sacrements de la Pénitence,
de l’Eucharistie, ainsi que le Sacrement des
malades (anciennement extrême onction).
Réciproquement, les ministres catholiques
peuvent licitement administrer ces trois
Sacrements aux chrétiens orientaux qui les
demandent.
250 pasteurs anglicansdemandent le
sacerdoce catholique - Après un nombre
considérable de fidèles, voici 250 pasteurs
anglicans (et ce nombre ne cesse d’augmenter),
qui ne se sentent plus en communion avec leur
Eglise et demandent à être ré-ordonnés au
sacerdoce catholique. Le Pape a permis une
procédure rapide pour ce passage, confiant à 3
Evêques choisis par la Conférence épiscopale
d’Angleterre et du Pays de Galles, d’examiner
les cas particuliers. Pour préparer leur ré-
ordination, il est prévu 2 années d’études et de
formation doctrinale et théologique. Les
pasteurs anglicans mariés demeureront tels.
background image
Les deux sacrements, mariage et ordre, seront
unis et aucun des deux ne diminuera l’autre. Il
leur sera confié des tâches dans le secteur de
l’éducation, de l’école, de l’aumônerie
d’hôpitaux ou de prisons, etc... mais aucun ne
deviendra curé de paroisse.
Dans une lettre très délicate, lue dans
toutes les églises, le Card.Primat Hume va au
fond des raisons de la rupture de ces anglicans:
“Cela n’a pas été seulement du fait de
l’ordination des femmes, mais le problème de
l’autorité à l’intérieur de leur Eglise les a
conduits à chercher une communion avec
l’Eglise de Rome... Il est important de rappeler
que ces anglicans se sont efforcés de mener
une vie catholique, tout en étant à l’intérieur de
l’Eglise d’Angleterre. Le ministère de ces
prêtres enrichira l’Eglise catholique... Le St
Père nous a demandé d’être généreux avec eux
et nous sommes certains que les catholiques
accueilleront et apprécieront ces nouveaux
prêtres...”.
L’Islam aussi peut avoir quelque chose à
nous dire - A propos de la grande mosquée qui
vient d’être inaugurée à Rome, l’écrivain Gianni
Baget Bozzo, revenu il y a moins d’un an dans
la pleine communion avec son Eglise, écrit:
“Nous aurons le défi de l’Islam sur le terrain
religieux: la mosquée de Rome nous annonce
que l’Islam deviendra, un jour ou l’autre, la
seconde confession religieuse italienne, comme
elle l’est en France. Ce défi sur le divin et sur
l’éternel peut être utile à un monde catholique
‘aplati sur le social’ et sous la chape de la
sécularisation. S’il existe une reprise de la
religiosité en Occident, elle est populaire et ne
correspond pas à cette intellectualisation du
catholicisme qui est advenue dans les années
post-conciliaires. Radio Marie est une réponse
plus authentique que beaucoup de cours de
théologie, qui ont remplacé la métaphysique
(qui étudie l’essence ultime des choses) par
l’herméneut (pure analyse interprétative), et la
mystique par la psychanalyse ! On n’imagine
pas un musulman sur le lit d’un psychana-
lyste... Nous sommes défiés par l’Islam: il est
possible que cela nous rappelle, en termes
nouveaux, le sens de la réalité de Dieu et de la
vie éternelle”. (Du journal ’30 Jours’, août 95)
Unis pour le triomphe du Coeur
Immaculé de Marie
- En ces derniers temps
on perçoit la nécessité que tous les mouvements
marials soient unis pour le triomphe du Imma-
culé, triomphe qui est aussi le but des apparitions
de Medj.: Aidez Mon Coeur Immaculé à
triompher dans ce monde de péché
a dit notre
Mère le 25.8.91. Et le Pape a confirmé à
l’Evêque Hnilica en 1984: Medj. est le complé-
ment et l’accomplissement de Fatima.
De nombreux Evêques venus à Medj. (parmi
lesquels le Card. John Carberry et les Evêques
Michael Pfeiffer, Sylvester Treinen et Nicholas
D’Antonio) indiquent Mgr Paul Hnilica com-
me celui qui pourrait être l’expression de l’unité
de tous ces mouvements. L’Archevêque Franic’
de Split, déclare: “Je m’unis à ces Evêques qui
croient dans l’unité des mouvements marials
pour accomplir ensemble ce que Jésus a dit
dans la dernière Cène sur l’unité de l’Eglise:
Que tous soient un comme Toi, Père, Tu es en
Moi et Moi en Toi...
L’unité que veut Jésus se
base sur l’amour réciproque et non sur la force.
Jésus préfère la Croix plutôt que forcer
quelqu’un à Le suivre. Ce type d’unité doit
régner spécialement entre ceux qui se recon-
naissent enfants de Marie.
Je suis convaincu qu’un Evêque doit être à
la tête de tous les mouvements marials unifiés,
parce que satan nous assaille vraiment dans ce
point essentiel du Règne du Christ: il veut
détruire l’unité voulue par le Christ et par Marie.
Je crois que la personne la plus adaptée pour
guider ce mouvement d’unification est l’Evêque
Le Pape insiste:
le génie féminin est nécessaire
pour humaniser la société
Il y a un silence coupable de l’information
sur la ‘Conférence mondiale sur la femme
qui se tiendra à Pékin au mois de septembre. Si
ce n’étaient les rappels et les informations que
donne au moins depuis six mois J.P.II sur ce
thème, tout passerait inaperçu.
Il est vraiment nécessaire de savoir et ne
pas oublier qu’en ce qui concerne les femmes
dans le monde, nous avons passé ces 5 dernières
années de manière vraiment terrible. Violences
et injustices, même subtiles, chaque jour et en
tout lieu de la planète. Stupres et abus sexuels.
Blessures profondes, infligées souvent dans la
plus totale indifférence internationale. L’horreur
oubliée de femmes violentées et massacrées
dans les guerres actuelles. La non-reconnais-
sance - de fait plus que de parole - des possibi-
lités différentes et pénalisantes, entre homme
et femme dans la famille, la société, la politique,
le travail, les relations affectives. Même
l’Eglise, a admis le Pape, en porte certaines
responsabilités au cours de son histoire.
Une femme, Geltrude Mongalla, secrétaire
générale du sommet programmé à Pékin, parle
de sa récente visite au Vatican: “L’Eglise en
général, et le Pape en particulier, sont dépeints
comme les adversaires les plus déterminés à
l’égard de la conférence mondiale sur la femme;
au contraire, durant ma visite, j’ai découvert
avoir en lui l’un de nos meilleurs alliés. J.P.II,
tout d’abord, s’est montré capable d’écouter
les autres et décidé à défendre leurs droits.
Il m’a remis une lettre de 8 pages dans
laquelle il dit que le succès des femmes passe
d’abord par l’affirmation de leur dignité comme
personnes; j’ai été surprise parce que c’est
exactement le sens de la conférence de Pékin.
Si tous raisonnaient comme lui, ces rendez-
vous ne seraient peut-être plus nécessaires”.
Un remerciement aux femmes - Voici
une synthèse de ce qu’a écrit le Pape: “Aux
femmes
” où sont résumés quelques points
fondamentaux: “... L’Eglise aussi entend
apporter sa contribution à la défense de la
dignité, du rôle et des droits des femmes...
L’Eglise désire remercier la T.Sainte Trinité
pour le ‘mystère des femmes’, pour chacune
d’elle, et pour les ‘grandes oeuvres de Dieu’
qui, dans l’histoire des générations humaines
se sont accomplies par elles (n.31)...
Un remerciement profond pour la femme
comme mère, comme fille; comme soeur,
comme travailleuse et comme consacrée:
“Merci à toi, femme, parce que tu es femme!
Avec la perception qui est le propre de ta
féminité, tu enrichis la compréhension du
monde et tu contribues à la pleine vérité des
rapports humains... Mais le remerciement ne
suffit pas, je le sais. Nous sommes trop héritiers
d’une histoire faite d’énormes condition-
nements qui, dans tous les temps et sous toutes
les latitudes, ont rendu difficile le chemin de la
femme, méconnue dans sa dignité, défigurée
dans ses prérogatives, souvent marginalisée et
parfois réduite en servitude. Tout ceci l’a em
pê-
chée d’être totalement elle-même, privant l’hu-
manité entière d’authentiques richesses spiri-
tuelles... Si en cela n’a pas manqué (en par-
ticulier lors de contextes historiques déterminés)
la responsabilité objective de nombreux fils de
l’Eglise, j’en suis sincèrement désolé.
Un tel regret se traduit pour toute l’Eglise en
un engagement de renouveler sa fidélité à
l’inspiration évangélique, qui vraiment sur le
thème de la libération des femmes de toute
forme d’abus et de domination, a un message
d’éternelle actualité, jaillissant de l’attitude que
le Christ eut dans ses rapports avec les femmes:
attitude d’ouverture, de respect, d’accueil, de
tendresse. Il honorait ainsi dans la femme la
dignité qu’elle a depuis toujours dans le projet
et dans l’amour de Dieu...
Le secret pour parcourir aisément la route
du plein respect de l’identité féminine se trouve
surtout dans la Parole de Dieu (Gen.1,27) qui
nous permet de déterminer avec clarté le radical
fondement de la dignité de la femme, la désignant
dans le plan de Dieu sur l’humanité. Dieu créa
l’homme à son image, à l’image de Dieu il le
créa, homme et femme il les créa”.
L’homme,
pourtant environné des innombrables créatures
du monde visible, se rend compte d’être seul;
Dieu intervient pour le faire sortir d’une telle
situation de solitude: “Il n’est pas bon que
l’homme soit seul. il faut que je lui fasse une
aide qui lui soit assortie
” (Gen.2,18).
Donc, depuis l’origine est posé le principe
de l’aide: évidemment, aide qui n’est pas
unilatérale mais réciproque. La femme est le
complément de l’homme comme l’homme
est le complément de la femme
. A cette unité
des deux est confiée par Dieu non seulement
l’oeuvre de la procréation et la vie de la famille,
mais la construction même de l’histoire. Quelle
contribution multiforme la femme offre-t-elle
à la vie de la société entière et aux nations! C’est
un apport de nature spirituelle et culturelle avant
tout, mais aussi socio-politique et économique.
C’est vraiment au génie féminin que la
société est en grande partie redevable... A ce
propos je voudrais manifester une gratitude
particulière aux femmes engagées dans les
secteurs les plus divers de l’activité éducative.
Partout où il y a l’exigence d’un travail de
formation, on peut constater l’immense dispo-
nibilité des femmes à se dépenser dans les rap-
ports humains, spécialement en faveur des plus
faibles et sans défense. Dans de telles oeuvres
elles réalisent une forme de maternité affective,
culturelle et spirituelle, vraiment inestimable.
Je souhaite donc, très chères soeurs, que
l’on réfléchisse avec une particulière attention
sur le thème du “génie de la femme” non
seulement pour y reconnaître le dessein de Dieu
écouté et honoré, mais aussi pour lui faire plus
d’espace dans l’ensemble de la vie sociale, et
aussi dans la vie ecclésiale L’Eglise voit en
Marie la meilleure expression du génie féminin
et trouve en Elle une source d’incessante
inspiration. En se mettant au service de Dieu,
Elle s’est placée aussi au service des humains:
un service d’amour. Son ‘régner c’est servir’!
Son ‘servir c’est régner’...”
La diversité des rôles rend l’homme et la
femme complémentaires dans leur devoir, ainsi
que dans le service à l’Eglise. “Dans cette
perspective de complémentarité des rôles
masculins et féminins sont mieux mises en
lumière deux dimensions imprescriptibles de
l’Eglise! le principe marial et celui des apôtres
(c’est pourquoi les femmes ne peuvent accéder
à la prêtrise)”. Le Pontife conclut par une prière:
“Tandis que je confie au Seigneur dans la prière
l’heureuse issue de l’importante réunion de
Pékin, j’invite les communautés ecclésiales à
faire de la présente année l’occasion d’une sincère
action de grâce au Créateur et au Rédempteur du
monde pour le don d’un si grand bien qu’est la
féminité”. Federica
Hnilica; grand ami du Pape: il connaît les
principales langues ainsi que la situation mon-
diale et de l’Eglise; de plus, il est en pleine
communion avec le S.Père.
P.Andrea d’Asciano pour l’Armée Blanche,
ainsi que de nombreux autres responsables,
s’unissent à ce souhait. Dans ce qui est en train
de devenir un Sensus fidelium, beaucoup de
centres, mouvements et groupes marials se
sont déjà unis sous la conduite de l’Evêque.
L’initiative est partie du Congrès de Notre-
Dame, aux USA (Echo 121, p.3) et a comme
coordinateur Denis Nolan; il a déjà recueilli un
nombre considérable d’adhérents.
background image
Marche eucharistique de la Paix- à g. Milona, P.Slavko,
P.Carmelo av.le S.Sacrement,Vicka (2e rg),P.Tarcisio.
(découvrir Marie Mère
de la Vie et de la Paix) et
Music’ (Vie et paix sont
en danger). Le quatrième
jour, vendredi 4, soeur
Emmanuel développa
‘Se décider pour la vie’,
mais tandis qu’elle fi-
nissait sa conférence, tout
fut suspendu par l’alarme
générale due à la guerre-
éclair en Kraijna. P.
Slavko aurait dû parler
samedi de la confession-
réconciliation... On ne
pouvait plus tenir de
réunion publique, mais
les jeunes ont participé à
la Messe et prié dans
leurs lieux d’héber-
gement: ainsi, dans le recueillement s’est cé-
lébré l’anniversaire de la Madone, le 5 août.
Elle, qui avait invité les jeunes sur la col-
line vendredi soir 4, a suggéré à Ivan d’annuler
la rencontre: même le ciel se soumet aux
décisions des autorités qu’il a placées sur la
terre! Tout s’est conclu avec la Messe de
dimanche 6 (fête de la transfiguration du Christ)
sur le Krizevac’ avant l’aube, où les jeunes se
sont rendus sans être officiellement convoqués.
* Vu le 15 août - Le 15 août a vu une
recrudescence d’affluence. 40 prêtres ont
concélébré à l’extérieur; les autres jours on est
resté à l’intérieur en raison d’un rafraîchis-
sement subit de la température; mais beaucoup
de gens suivaient de l’extérieur. L’Archevêque
Mgr Milingo, n’a pas réussi à rester incognito
et a célébré à 11 heures la Messe des Italiens,
dans une église bondée. Ivan et Jakov étaient
présents à l’apparition de l’après-midi, dans la
chapelle de l’adoration.
En ces jours, dans le calme on entend
continuellement des groupes qui chantent sur
les monts de la Croix et des Apparitions; on en
voit arriver de toute part, à pieds. On rencontre
à tout moment des gens qui montent ou qui
descendent, depuis le grand matin - quand il
est facile de rencontrer le P.Slavko qui revient
du Podbrdo. Ici plus encore que dans les
programmes organisés, la grâce oeuvre
activement dans le secret des coeurs, qui
repartent transformés.
A Caplina est mort le soldat Mathias, de
Medj., avec 3 de ses compagnons d’armes,
alors qu’ils désamorçaient une mine, qui a
soudain explosé: il laisse une épouse et deux
enfants de 2 et 4 ans. (Giuliano P.)
* Les voyages à Medj. sont encore plus
sûrs - Depuis que les milices serbes ont été
chassées de la Kraijna par l’opération-éclair
de l’armée croate du 4 au 6 août, les voyages
à Medj. sont encore plus sûrs
. aussi bien par
la Côte que par le traghetto Ancone-Split.
D’ailleurs, Medj. a toujours été complètement
hors de la guerre
: dans tout le territoire de
l’Herzégovine-sud, il n’y a pas de Serbes et
donc pas de danger de purification ethnique.
Cependant dans la région on craignait des
représailles de la part des Serbes De fait, des
coups de mortier sont tombés sur Mostar, Siroki
Brieg, Dubrovnik, déjà habituées aux bombes.
* Le S.Père viendra-t-il à Medj.? - Le
Président croate Franjo Tudjman, durant sa
visite en Australie et en Nouvelle Zélande, a
rencontré le 25 juin les Croates de Sidney,
auxquels il a dit que l’Eglise catholique a
toujours occupé une grande place dans l’âme
des Croates et spécialement maintenant , dans
ce temps de renaissance. Il a ensuite également
confirmé que “le S.Père désire rendre visite à
Medjugorje”? (De Sloboda, Dalmacija, 26 juin
1995). (on a su aussi que le 31 mai à Rome le
Nouvelles de la terre bénie
Marche eucharistique de la paix
et 14ème anniversaire des apparitions
Cette année il s’est agi d’une véritable
procession eucharistique, partie d’Humac le
24 tôt le matin en raison de la canicule. Devant,
pour guider le tout, il y a P.Slavko; à côté,
l’Eucharistie, portée à tour de rôle par quelques
prêtres. Il y a aussi la voyante Vicka, qui
collabore activement à la prière. Il y a un mois
elle était gravement malade, dans une sorte de
coma qui a duré quelques jours; maintenant, à
la fin de ce long chemin, elle scande d’une voix
encore claire et ferme les 7 Pater, Ave et Glo-
ria. Agostino choisit et entonne les chants avec
à-propos. Milona et quelques autres interprètes
traduisent les réflexions de P.Slavko. Les haut-
parleurs assurent une bonne audition pour tous.
Le long du trajet de 15 Km se déchaînent
alentour des orages, même à Medj. Mais rien
sur la procession, comme si elle était protégée
par un grand et invisible parapluie. Après 3h et
40 mn, on arrive - avec le chant ‘Reine de la
Paix’ - devant le sanctuaire pour l’accueil du
P.Ivan et la bénédiction eucharistique.
L’après-midi se déchaîne un orage
épouvantable avec pluie de grêle sur les pélerins
qui ont gravi la colline des apparitions. Malgré
la très grande foule, la Messe ne peut être
célébrée en plein air et nombreux seront ceux
qui, restés dehors, s’efforceront comme ils
pourront de s’abriter d’une autre averse. Enfin,
la pluie cesse. Au terme, le Magnificat et les 7
Pater, Ave et Gloria avec les voyants, comme
tous ces soirs. Sous le chapiteau de l’église,
Marija parle aux Italiens, tandis que d’autres
traduisent pour les nombreux Brésiliens et
Polonais. Là reposent pour toute la nuit de
nombreux jeunes, arrivés de l’Est après un
long et fatigant voyage.
Le 25 juin, jour de la fête on a estimé qu’au
moins 30.000 pélerins ont rejoint le Sanctuaire
de la Reine de la Paix. Des milliers de jeunes
Croates ont parcouru pieds nus des centaines de
km. Les groupes venus de Pologne, de Tchèquie,
de Slovaquie et d’Amérique étaient les plus
nombreux. Le groupe australien était guidé par
l’Evêque Mgr Henry Kennedy. Un très grand
nombre de fidèles s’est approché de la
confession. A la messe des Italiens, dans l’église
archicomble, P.Slavko tint une magnifique
homélie. Grande et solennelle la célébration du
soir avec 120 prêtres, et présidée par P.Rupcic’.
A la fin P.Jozo guida une émouvante prière de
guérison, après que P.Slavko ait lu le message
dans différentes langues... (Des notes d’Alberto
Bonifacio)
Le festival des jeunes
Un festival des jeunes vraiment très chaud!
Qui sait si, dans l’avenir, on ne pourra pas
parvenir à un peu de réfrigération sous les
tentes (où étaient réunis plus de 1.000 jeunes)
comme c’est arrivé à l’Eglise avec l’air
conditionné! Les 3.000 présents en ce jour de
1er août - jeunes et moins jeunes - provenaient
en grande partie de l’Est: surtout Tchèques et
Slovaques. Etaient bien représentées aussi
l’Italie, la France, l’Amérique, l’Australie, etc...
La communauté des Beatitudes avait
organisé prières et chants, avec abondance
d’instruments, suscitant l’enthousiasme
juvénile. Le matin était consacré à la leçon
précédente, suivie de la prière. L’après-midi,
c’était le tour des témoignages, parmi lesquels
celui des voyants Ivan, Mirjana et Jakov, ainsi
que d’Agostino et des jeunes de la communauté
Cénacle. Le soir, les offices dits ‘de Medj.’
puis, après le repas, les festivaliers se réunis-
saient une nouvelle fois.
Durant les matinées leur ont parlé Fr.
Cosimo (découvrir Dieu Créateur), Jozo
S.Père a dit à un groupe anglais: “Priez pour
que je puisse aller cette année à Medj.”. Mais,
soit pour Sarajevo, soit pour Medj. combien
d’entraves opposent les hommes aux pas du
Pape
! ).
* Voyages missionnaires de P.Slavko -
Le 3 juillet, durant sa visite en Tchéquie, il s’est
rendu à Prague, où il a béni la maison éditrice
Vérité qui a son siège dans un couvent,
transformé sous le régime communiste en prison
(dans laquelle fut interné longtemps l’actuel
président Vaclav Havel). Il a également déroulé
le programme de Medj. dans l’église paroissiale
de Kyov et dans l’ex-maison de la culture,
utilisée auparavant pour l’éducation marxiste et
les séances du Parti. Après avoir visité
successivement Ratiskovice et Karline, il a
participé au colloque des paroisses européennes,
en présence de 4 Evêques, d’environ 140 prêtres
et d’un grand nombre de religieux et laïcs.
Après la Messe solennelle intégrée dans le
programme de prière de Medj., il a reconnu que
le message de Medj. fait vivre et rénove les
chrétiens tchèques. A la fin août, P.Slavko sera
à Londres, du 14 au 24 septembre à Linz et à
Fulda; dans la première moitié d’octobre en
Equateur et à Passau (Allemagne); fin octobre
en Irlande; du 14 au 20 novembre en Italie.
* Inauguration du village des enfants -
Le 27 juin ont été inaugurés et bénis par P.Mate
Dragicevic’, provincial franciscain, les 4
premiers édifices du village des enfants à Medj.,
construits à l’initiative du P.Slavko et destinés
aux bambins orphelins de guerre et à ceux qui
souffrent de régression dans leur développement
physique ou mental: ils seront soignés par les
Soeurs franciscaines de la province de Mostar.
* Un ministre croate à Medj. - Il s’agit de
Mme Ljilja Vokic’, qui a été plusieurs fois à
Medj. et a dit: “J’ai accepté Medj. depuis le
début. J’ai eu un fils malade; j’ai fait 20 fois le
tour de la statue en le portant dans mes bras et,
à la fin, la Gospa m’a exaucée. Le monde peut
dire ce qu’il veut, mais je suis certaine qu’ici
Dieu oeuvre vraiment. N’a-t-Il peut-être pas
dit qu’Il est présent parmi ceux qui sont unis en
Son nom? Maintenant, ici la foule est réunie en
Son nom et Dieu est réellement glorifié”. (De
Nasa ognista, n.7/8, 1995).
(Du Bulletin de Presse de Medj. Centre Mir,
fax 19-387-88-642339, directeur Fr.Miljenko
Stojic’)
Le pilote américain Scott O’Grady,
comme nous le savons, est tombé avec son
avion en Bosnie le 2 juin et est resté caché dans
un bois, seul et sans aide durant 6 jours, à
quelques mètres des lignes serbes. Sauvé par
miracle, il a affirmé publiquement à la télévision
US, avoir eu une apparition semblable à celle
de la Vierge Marie à Medj.: “Je remercie Dieu,
Sa Mère et tous ceux qui ont prié pour moi” a-
t-il affirmé. (Slobodam Dalmacija, 26.06).
background image
*Nouvelles familiales - Marija attend
son deuxième enfant pour janvier; elle espère
une petite fille... l’épouse d’Ivan, Laureen, est
partie pour Boston pour y mettre au monde son
premier enfant, début octobre; Ivan la rejoindra
bientôt. Jelena Vasilj a achevé à Steubenville
son diplôme de théologie; elle a fait son
mémoire sur la Famille Chrétienne, comme
étant le meilleur contexte pour que l’enfant
développe toutes ses dimensions (corps, coeur,
âme et esprit). Elle quitte les USA pour
poursuivre sa théologie à Rome. Elle sera ainsi
plus proche de Medj.où son témoignage est
très percutant pour les pélerins, surtout les
jeunes.
* Le signe permanent - Vicka vient de
me redire mot à mot les paroles de la Gospa sur
le signe permanent et indestructible qu’Elle
mettra sur Podbrdo: Convertissez-vous.
N’attendez pas le signe. Lorsque le signe
viendra, ce sera alors trop tard
. Vicka partage
volontiers ce qu’elle peut dire sans trahir le
3ème secret, et il est clair que ce signe viendra
de leur vivant, lorsqu’un seul des voyants aura
encore ses apparitions quotidiennes. La Gospa
n’a pas expliqué le sens de ce trop tard.
Bien sûr chacun pourra encore tourner son
coeur vers Dieu pour être sauvé dans l’éternité,
m’a précisé Vicka. Que veut dire alors ce trop
tard
Sur notre terre, qu’arrivera-t-il si
l’amoncellement gigantesque de nos péchés
avec leurs fruits de mort nous retombe dessus?
“C’est pourquoi - dit Vicka - la Gospa insiste
tant pour nous dire que ces temps maintenant
sont des temps de grande grâce”. Saisissons-
les sans attendre demain!
* Un nouveau groupe croate de prière est
né à Medj. l’été dernier, sous la houlette de
Marijo et d’Agostino. Une vingtaine de jeunes
se réunissent chaque semaine; ils vont aussi
prier sur les collines et apprennent à témoigner
(ce qui est difficile après l’oppression
communiste!). P.Slavko les aide et le voyant
Jakov leur a écrit des chants qu’ils mettent en
musique. Prions pour que peu à peu ils
entraînent d’autres jeunes, qui traînent
aujourd’hui dans les bars.
* La Croix Bleue - Marija précise ce qui
est advenu dans ce lieu d’apparitions, objet de
déclarations fantaisistes; caché sur le flanc du
Podbrdo, (près de la maison dite ‘du Belge’):
“.En fait, tout a commencé lorsque la milice a
interdit de monter sur la montagne. Nous (les
voyants) passions par là et soudain la Gospa
nous est apparue; c’était inattendu.
Nous avons prié, chanté... les miliciens
nous recherchaient. Ils passèrent par là mais ils
étaient comme aveuglés: ils ne pouvaient pas
nous voir; ils n’entendaient pas non plus nos
chants. A partir de ce jour, la Gospa nous
apparut là très souvent, et jamais la milice ne
nous y a trouvés... Un jour quelqu’un a dressé
une croix, et l’a peinte en bleu. Mais ce n’est
pas la Vierge qui a choisi la couleur”.
(du journal de Soeur Emmanuel)
Vocations sacerdotales écloses à Medj.
Le 18 juin, P.Peter Dugandzic’ a célébré ici sa
première Messe: “Je suis né à Long Island,
New York, où j’ai grandi - a-t-il dit - mais ma
famille est originaire de Medj. Auparavant j’ai
travaillé dans les ordinateurs, puis avec les
humains, d’abord comme psychologue et
désormais comme prêtre. Avant de venir à
Medj., en 1986 - j’étais heureux de mon travail,
je gagnais beaucoup d’argent, je voyageais par
toute l’Amérique mais je ne pensais pas à
Dieu. Un jour ma tante m’a raconté que 6
enfants voyaient la Madone à Medj.: "Qu’ils la
gardent bien!", répondis-je. Ma tante est partie
pour Medj.... et moi avec elle.
Et ici naquit en moi quelque chose que je
ne comprenais pas, jusqu’au moment où
Prière continuelle pour la paix
“Priez pour la paix, afin que bientôt
règne un temps de paix...” (25.6.95).
... et nous avons répondu à cet appel!
Très nombreux ont été les engagements qui
sont venus grossir les rangs de notre petite
troupe: dans l’ombre et l’humilité, mais
avec confiance, force et persévérance, nous
assistons constamment notre Mère dans Son
intercession pour la paix du monde.
A ce jour, les prières assurées at-
teignent 9.155 heures par semaine.
(un grand merci à Anne qui a participé à
cette comptabilisation)
Quelle sera notre joie lorsqu’au Ciel
nous apprendrons combien de conflits nous
aurons ainsi permis de désamorcer! Déjà
nous voyons les fruits de nos prières: nous
devons, sans nous lasser, assurer cette
mission que la Bienheureuse Vierge Marie
a daigné nous confier.
Que “le bien surpasse le mal” (25.7.95).
j’assistai à la célébration eucharistique. Je
commençai à prier, ce que je n’avais jamais
fait auparavant, je réfléchis longtemps et peu à
peu est né en moi le désir de devenir prêtre. Me
voici ici, à célébrer ma première Messe, en
reconnaissance à Dieu et à ceux qui m’ont
aidé”. (Du Bulletin de Presse)
Ce que dit Carlos Elias de Barcelone,
rencontré à Medj. le 20 juillet: “Je suis venu à
Medj. en 1990 pour une retraite avec P.Jozo et
fus si frappé qu’à la fin je décidai d’abandonner
ma profession d’architecte pour entrer au
séminaire. J’ai été ordonné prêtre tout
récemment, le 25 juin dernier, anniversaire des
apparitions, et je suis venu ici pour remercier
Marie. Je suis destiné justement à la paroisse
de la ‘Vierge de la Paix’ à Barcelone! Dans Son
évangile, Jésus nous invite à venir à Lui et à
prendre sur nous Son joug suave et Son fardeau
léger
. Je dis ceci afin que beaucoup de jeunes
abandonnent toute peur et suivent le Christ
avec décision, au moyen du Coeur de Marie .
Bosnie: la tragédie
sans fin des pauvres
Des populations entières continuent à être
chassées de leurs terres par la purification
ethnique. Dépouillées de tout, menacées par
les bombes, sans but. De Kraijna les Croates
fuyards d’hier sont remplacés aujourd’hui par
les Serbes... et pour accueillir ceux-ci on chasse
tous les Croates et les musulmans de Banja
Luka... on colonise le Kosovo... on conduit en
Serbie femmes et enfants, envoyant les hommes
combattre pour permettre aux serbo-bosni-
aques épuisés de reprendre haleine... Les mu-
sulmans, en grande partie disparus de leurs
terres, doivent aujourd’hui quitter en hâte leurs
villes ‘protégées’ (!): Srebrenica, Zepa, Go-
radze, pour arriver, décimés aux villes-refuges,
déjà archicombles de misérables, ou dans des
camps de concentration.
L’unique raison en sont les armes et les
bombes qui continuent à s’abattre sur des villes
mourantes, comme Sarajevo; les Croates
revendiquent la sécurité pour Dubrovnik et la
Slavonie, préparant d’autres actions. Pendant
ce temps, les atrocités se multiplient et la haine
s’enracine toujours davantage.
Les grands de ce monde, qui se sont toujours
disputés hypocritement sans aucun souci de la
justice mais donnant raison seulement au plus
fort, préparent ‘des plans de paix’: le dernier
(américain accepté par les Russes), pour
partager la Bosnie entre Serbes et Croates,
maintenant que les victoires de ceux-ci ont
rééquilibré les choses, alors que jusqu’alors la
balance penchait en faveur des Serbes. Il n’est
tenu aucun compte des musulmans, qui
représentaient 44% de la population bosniaque
mais devront disparaître en tant qu’entité
politique! Justement, ils s’y opposent, prêts à
lutter pendant des années (même si les moyens
pour les faire taire définitivement ne manquent
pas!), sanctionnant ainsi l’hypocrite paix du
plus fort. C’est le spectacle éloquent d’une
civilisation sans Dieu qui foule aux pieds les
droits des pauvres: jusqu’à ce que Dieu surgisse
pour faire justice
. Alors, les destins changeront
radicalement et les puissants devront trembler!
Vie brûlée
et rachetée
Les témoignages des jeunes ex-drogués
de la Communauté Cénacle ont frappé le public
du festival. Voici ce qu’ils ont raconté suc-
cintement, faisant un examen impitoyable de
leur vie gâchée. Mais nous savons qu’ils taisent
par modestie les choses bien plus grandes et
profondes qu’ils vivent maintenant.
A 13 ans je n’avais personne à qui me
confier: je ne veux pas accuser mes parents, qui
avaient aussi leurs problèmes et ne pouvaient
pas donner ce qu’ils n’avaient pas reçu. C’est
ainsi que je commençai à faire ce que faisaient
mes copains: cigarettes, rentrer tard dans la
nuit... Je savais faire fausse route, mais je ne
voulais pas être moins qu’eux, qui vivaient les
mêmes problèmes. Puis je suis tombé dans tout
ce que le monde enseigne, en pensant que la
liberté soit de travailler pour avoir de l’argent
et me divertir. La route chrétienne était bien
loin! Mais je me suis aperçu que cette liberté
était esclavage. J’aurais dû forger mon caractère
dans ces années, apprendre à vouloir et savoir
dire ‘non’, pour apprendre à vivre, tandis qu’au
contraire je devenais toujours plus esclave et
faible. Je n’appréciais plus les choses que
j’avais; même si j’avais tout, je cherchais
toujours autre chose. La vraie joie vient
seulement d’être libre.
C’est ainsi que je suis arrivé à la drogue:
d’abord les piqûres, qui me donnaient une ‘force
artificielle’ pour surmonter peur et timidité.
Mais ensuite, le haschisch ne me suffisait même
plus. Les amis utilisaient l’héroïne et je
commençai moi aussi; et ce fut ainsi pendant
10 ans, sans pouvoir faire marche arrière. Perdus
le travail, la compagne, la confiance des gens...
Et comme je n’avais plus d’argent, je
commençai à voler et à vendre de la drogue
pour pouvoir me piquer: sans la drogue j’étais
mal, je me sentais devenir fou. J’aurais pu
entrer dans une communauté, mais je me
masquais la réalité et croyais pouvoir m’en
sortir seul, même si je sentais au-dedans de
moi que j’étais mourant.
La drogue te porte à mourir de toutes les
manières, tu ne sais plus renoncer à rien pour
construire quelque chose. J’essayai de
demander aide à Dieu qui me sauva en deux ou
trois situations désespérées, même si je n’allais
jamais à l’église: au contraire, je raillais les
jeunes qui se rendaient à la prière... Et vint le
moment où mon père me jeta dehors. Ce fut
providentiel. Je me trouvai seul et perdu comme
un vagabond, un clochard, jusqu’à ce que la
mère d’un ami m’indique cette communauté.
J’ai brûlé tant d’années de ma vie: si je pouvais
revenir en arrière! Mais je suis également
content parce que, si je ne m’étais pas drogué,
je n’aurais jamais trouvé le Seigneur, ni
découvert ce que veut dire être libre, être
content, non par les choses extérieures, mais
par ce qui est à l’intérieur.
Dans ces 3 années j’ai fait mûrir bien de
choses dont j’étais dépourvu. Je ne savais pas
aimer parce que je n’avais jamais reçu l’amour
des autres. J’ai appris à ne pas garder de
rancoeur, à avoir la force de demander pardon
background image
en cas de litige, à aller parler avec l’adversaire
et ensuite me sentir bien. Il y a deux mois m’a
été confié un jeune: il te demande tant de
choses, tu lui expliques, il te faut beaucoup de
patience. Ainsi, j’ai appris ce qu’est l’amour;
je sais aussi me contrôler et mettre de côté mes
égoïsmes. Maintenant, ce jeune est resté dans
la communauté parce que je l’ai aidé, moi, et
j’en suis plus content que lui. Maintenant, je
sais où l’on trouve la joie: dans l’amour pour
les autres. Tu te sens bien à l’intérieur parce
que tu es dans la grâce de Dieu et tu n’as plus
besoin d’une voiture, de la discothèque, des
filles: tu es heureux en toi, tu découvres
qu’aimer est merveilleux. Ceci a mûri en
communauté, en priant, en écoutant la Parole
de Dieu et les conseils des amis.
Je vois mon avenir dans la famille, mais si
je n’apprends pas à me sacrifier, comment
ferai-je avec ma femme et mes enfants?
Auparavant, la communauté te fixait une
période de 3 ans, mais maintenant Sr Elvira ne
pose plus de limites. Chaque personne met un
temps différent pour mûrir, parfois 4, ou 5 ans.
Actuellement, je n’ambitionne pas de sortir, je
dois apprendre à vivre en communion avec les
autres, tandis qu’au dehors le monde est fou: il
te suce, t’exploite, te conduit au stress, tu perds
ainsi paix et contrôle; puis il te jette dehors.
Avant de sortir, je veux être certain que ne
m’attireront plus ces choses...
Dans l’amour j’ai trouvé la vie
Un autre a raconté: J’ai été arrêté après une
série de vols et j’ai préféré entrer en
communauté plutôt que d’être incarcéré; je
suis ici depuis 4 ans 1/2. Quand je suis entré,
ce qui m’a le plus frappé, c’était de voir que
tant de jeunes, qui s’étaient drogués comme
moi, priaient. D’un côté je pensais qu’ils étaient
fous, que c’était impossible - étant donné la
vie qu’ils faisaient avant - de pouvoir se lever
à 6 h du matin pour dire le premier chapelet à
genoux... Mais, en attendant, une chose est
certaine: ici, dans la communauté il n’y a ni
médecin ni aucune personne étrangère qui
travaille. Tout ce qui nous parvient est fruit de
l’expérience des autres jeunes qui, avant nous,
ont connu le problème de la drogue, et petit à
petit, en communauté, ont redécouvert la valeur
de la vie. Voici, je sens que cette communauté
m’aide, non seulement à sortir de la drogue,
mais à vivre les vraies valeurs chrétiennes.
J’ai commencé à me sentir aimé. J’éprouve
que la communauté m’aide chaque jour, même
si après 4 ans 1/2 j’ai encore de la difficulté à
trouver la force de me mettre à genoux. Chaque
matin c’est une lutte pour me lever et prier.
Mais j’en ressens les fruits durant toute la
journée; et donc je suis en train d’apprendre
que pour avoir la joie et la donner aux autres je
dois passer chaque jour par la porte de la croix.
Je ne me sens pas différent des autres, mais très
chanceux d’avoir trouvé cette communauté.
Depuis 7 ans je suis séropositif, et je sais
que ce fut le Seigneur qui m’appela ici.
Maintenant, savoir que je peux travailler, être
bien à l’intérieur de moi et avoir beaucoup
d’amis, vaut mieux pour moi que si j’étais la
personne la plus fortunée aux yeux du monde.
Je ne cesse de remercier le Seigneur qui, à
travers la prière et au moyen des jeunes qui
vivent avec moi, me donne force et réconfort.
Puis, tout devient prière: faire le nettoyage, le
travail, aider les autres quand tu vois qu’ils ont
besoin de changer; quand tu dois tenir lieu
d’ange gardien à un jeune à peine entré, qui a
besoin de ton aide parce qu’il est chancelant, tu
dois tout lui enseigner... et même rester éveillé
avec lui car il ne réussit pas à dormir la nuit...
Chaque jour est pour moi toujours nouveau et
j’ai continuellement quelque chose à appren-
dre... (1 - à suivre)
Quelques ‘Pourquoi?’
1. Pourquoi tant d’hommes d’Eglise sont-
ils contraires à tout phénomène surnaturel?
Avant tout, la prudence dans ces faits - où
est si facile la duperie diabolique - est explicable
et nécessaire. Les pasteurs doivent exercer leur
discernement, sans opinion préconçue. En outre
ils ont le juste souci, avant toute chose, de
porter les fidèles à la source de la foi, qui est
la Parole de Dieu enseignée par l’Eglise et aux
moyens de salut qu’elle offre. Beaucoup de
fidèles, trop naïfs, zélés ou exaltés qu’ils sont,
en viennent à les oublier et donnent une valeur
absolue et exclusive à ces manifestations, qui
sont de puissants rappels et des avertissements
salutaires, mais qui doivent ramener à la source
principale du salut.
Ceci dit, il y a aussi celui qui veut fermer
ses yeux même s’il a vu, pour ne pas se
compromettre alors que cela serait possible par
des interventions opportunes et avisées ou par
la conduite des fidèles et des manifestations
dans le juste chemin, c-à-d. l’Eglise (cela
spécialement où est commencé un grand courant
de prière et de grâce). Mais certains ne se
sentent pas poussés à sortir d’un comportement
de facilité partagé par l’opinion publique, parce
qu’ils craignent le scandale de la croix qui,
comme dit le Pape, accompagne toujours les
signes authentiques de Dieu
(Ut unum sint,
n.1). Comment pouvez-vous croire, vous qui
recevez votre gloire les uns des autres et ne
cherchez pas la gloire qui vient du Dieu unique
(J.5,44)? Les signes des temps sont très clairs,
jusqu’à être discernables par tous, même sans
attendre les sentences de l’autorité, si Jésus a
dit: Mais pourquoi ne jugez-vous pas vous-
même de ce qui est juste?
(Lc 12,57)? Mais
pour connaître les choses de Dieu, il faut un
coeur libre.
2. Pourquoi certains frères sont-ils mal
vus, dans leur propre communauté?
Beaucoup de frères et de soeurs ont reçu à
Medj. la grâce d’un total changement de vie et
l’ont apportée dans leurs communautés et
groupes. Pourtant, malgré leurs bonnes raisons,
il sont montrés du doigt, parfois même
considérés comme fauteurs de sectes et de
désagrégations de l’ordre commun; et comme
tels, mis à l’écart. Sans doute Dieu permet cela
pour qu’ils s’affirment toujours moins eux-
mêmes pour disparaître dans l’Eglise, en
participant pleinement à sa vie, jusqu’à souffrir
et mourir pour elle, devenant peut-être un
grain tombé en terre qui portera du fruit, ou
encore un levain de vie.
Ils doivent apporter une grande attention à
se libérer humblement des éléments caracté-
ristiques ou étranges, à se fermer à tout ce qui
pourrait créer une sorte de ‘ghetto’, de dévotions
ou pratiques singulières même inspirées (mais
non acceptées) dans l’humble soumission aux
pasteurs. En acceptant l’obéissance à la ligne
ecclésiale, ils doivent porter leur croix et non
prétendre vaincre, mériter d’être reconnus ou -
pire - avoir l’exclusivité de la vérité. Cette
croix qui les attend n’est pas injustice, mais
purification qui portera beaucoup de fruits et la
résurrection des âmes. A la fin, l’humilité et
l’amour paient.
3. Pourquoi la Madone ne fait-Elle pas
cesser la violence dans la terre où Elle
apparaît?
C’est ce que nous demande Sr C. de BS,
faisant écho à beaucoup de gens qui se
demandent avec simplicité pourquoi Marie
n’intervient pas, face à tant d’horreur.
A Fatima aussi - pourrions-nous répondre
- la Madone avait prévu les nombreux maux
que la Russie diffuserait au monde, ainsi que
la troisième guerre mondiale, si l’on n’écoutait
pas Son message et si le monde n’était pas
consacré à Son C.I. (ce qui advint trop tard à
cause de la résistance des Evêques, et par
l’oeuvre de J.P.II en 1984). Et nous savons
malheureusement ce qui est advenu. Ainsi à
Kibeho: 10 ans avant, Marie avait préannoncé
le carnage qui s’est produit au Rwanda l’an
passé, mais on ne l’avait pas prise au sérieux.
Il en est de même à Medj.: au milieu d’un
peuple aussi divisé, dès les débuts la Reine de
la Paix (1981) est apparue en suppliant: Paix,
Paix, Paix; par la suite Elle nous a dit “Avec
le prière et le jeûne on peut arrêter même les
guerres”. A-t-Elle été reconnue? L’avons-
nous écoutée? La Madone ne peut contraindre
la volonté des hommes, et même pas Dieu ne
le peut. Ou prétendons-nous, comme les Juifs,
voir des miracles dans le ciel pour croire:
“Descends de la croix et nous te croirons”?
“Ce n’est pas encore trop tard pour nos
Evêques” -
“Relativement à Medj. je n’ai pas
eu de doute, déjà depuis les débuts, en 1981.
C’est un grand dommage que notre Eglise ait
si peu répondu aux messages de conversion de
la Sainte Vierge. Jésus dit que tous finiront mal
s’ils ne se convertissent pas. C’est vrai que nos
Evêques et nos prêtres invitent sans cesse à la
conversion. Mais si Jésus a envoyé Sa Mère à
Medj. il est clair qu’à Ses invitations Il a lié de
grandes grâces de conversion, qui se reçoivent
justement là. Vraiment, avec ces grâces,
distribuées à Medj. par Sa Mère, Reine de la
Paix, Jésus voulait apporter la paix à notre
peuple. Je pense que pour cela se chargent
d’une grosse responsabilité ceux qui entravent
une réponse à la Reine de la Paix: Elle apparaît
à Medj. et nous appelle à la conversion. Mais
il n’est pas trop tard pour que nos Evêques
pressent les gens à se rendre à Medj. parce que
ces invitations et messages de la Madone
continuent encore. (Mgr Frane Franic’,
Archevêque émérite de Split - de Nasa Ognista).
4. A Medj. ne donne-t-on pas d’impor-
tance à la Parole de Dieu?
Sr Paolina de Cosenza nous rapporte ainsi
une observation de son entourage.
Les messages de Medj. font expressément
référence à la Sainte Ecriture et font de la
lecture de la Bible un des premiers engagements
du peuple de Dieu.
Aujourd’hui Je vous invite
à lire la Sainte Bible chaque jour dans vos
maisons. Placez-la en évidence pour qu’elle
vous incite toujours à la lire et à prier (18.10.84).
Dans un message suivant, Elle répète avec
encore plus de force l’invitation
: Chaque
famille devrait prier ensemble et lire la Bible
(14.02.85) ce qui s’est fait et se fait chaque
matin dans beaucoup de familles, ainsi que
dans la prière du soir.
Priez et lisez les Saintes
Ecritures pour pouvoir découvrir par les Saintes
Ecritures le message contenu pour vous dans
Mes venues (25.06.91). Lisez les Saintes
Ecritures, vivez-les et priez, afin de comprendre
les signes de ce temps (25.08.93).
Comme on le voit ci-dessus: le 14.02.85
est l’unique fois où la S.Vierge utilise dans un
message le verbe ‘devoir’ et non, comme
d’habitude ‘Je vous invite’. “Au début, dans
les rencontres du groupe de Jelena, après la
lecture de la Bible suivie d’un instant de silence,
les participants exprimaient ce qu’ils ressen-
taient” - dit Mr Kurt Knotzinger dans un
article exhaustif sur ce thème. C’est désormais
une coutume dans les différents groupes de
prière. Nous pouvons dire que les messages de
Medj. contiennent seulement la Parole de Dieu,
dans une présentation facilement accessible,
et sont une invitation pressante à l’actualiser
parce que le peuple de Dieu l’a oubliée:
aujourd’hui cela s’est répété aussi à Medj.
d.A.
background image
Soeur Lucie de Fatima:
signes ultimes de miséricorde
Lettre de Sr Lucie au P.Agostino Fuentes,
le 22 mai 1958: “Père, la Madone est très
mécontente parce qu’on ne fait pas cas de Son
message de 1917. Ni les bons ni les mauvais
n’y prêtent attention. Les bons vont leur chemin
sans se préoccuper et ne suivent pas les
consignes célestes; les méchants, dans la voie
large de la perdition, ne tiennent aucun compte
des châtiments menaçants. Crois bien, Père,
que le Seigneur Dieu punira le monde dans un
très bref délai. Le châtiment sera matériel, et
on imagine, Père, combien d’âmes tomberont
dans l’enfer si on ne prie pas et si on ne fait pas
pénitence. Voici la cause de la tristesse de la
Sainte Vierge.
Père, dis-le à tous: “Si souvent la Madone
m’a dit: ‘Beaucoup de nations disparaîtront de
la surface de la terre. Des nations sans Dieu
seront le fléau choisi par Dieu pour punir
l’humanité si nous, par l’oraison et les
Sacrements, n’obtenons pas la grâce de leur
conversion. Ce qui afflige les Coeurs de Marie
et de Jésus, c’et la chute des âmes religieuses
et sacerdotales. Le démon sait que les religieux
et les prêtres, en abandonnant leur vocation
ecclésiale entraînent beaucoup d’âmes en enfer.
Nous sommes dans l’ultime temps pour retenir
le châtiment du Ciel. Nous avons à notre dis-
position deux moyens très efficaces: l’oraison
et le sacrifice. Le démon fait tout pour nous
distraire et nous enlever le goût de la prière.
Nous nous sauverons, ou bien nous nous
damnerons. Pourtant, Père, il faut dire aux gens
qu’ils ne doivent pas rester à espérer dans un
rappel à la prière et à la pénitence, ni de la part
du Souverain Pontife, ni des Evêques, ni des
Curés, ni des Supérieurs. C’est déjà le temps
que chacun, de sa propre initiative, accomplisse
des oeuvres saintes et réforme sa vie selon les
rappels de la Madone. Le démon veut s’établir
maître des âmes consacrées; il travaille pour
les corrompre, pour pousser les autres à
l’impénitence finale; il use de toutes les astuces,
allant jusqu’à suggérer d’ajourner la vie
religieuse! Il en résulte une stérilité à la vie
intérieure et une froideur parmi les séculiers
quant à la renonciation aux plaisirs et la totale
immolation à Dieu.
Souviens-toi, Père, que deux faits ont
concouru pour sanctifier Jacinthe et François:
l’affliction de la Madone et la vision de l’enfer.
Notre-Dame se trouve comme ‘prise entre
deux feux’: d’une part Elle voit l’humanité
obstinée et indifférente aux châtiments
menaçants; de l’autre Elle nous voit, qui
méprisons le T.S.Sacrement et dédaignons la
puniton qui s’approche, en restant incrédules,
sensuels et matérialistes.
La Madone a dit expressément: “Nous
nous approchons des derniers jours”, et Elle
me l’a répété trois fois. Elle a affirmé, d’abord,
que le démon a engagé la lutte finale, dont l’un
des deux sortira vainqueur et l’autre déconfit.
Ou nous sommes avec Dieu ou nous sommes
avec satan. La seconde fois, Elle m’a répété
que les ultimes remèdes donnés au monde,
sont: le S.Rosaire et la dévotion au C.I. de
Marie. La troisième fois, Elle m’a dit que
“épuisés les autres moyens (méprisés par les
hommes), Elle nous offre avec crainte l’ultime
planche de salut: la T.S.Vierge en personne,
Ses nombreuses apparitions, Ses larmes, les
messages des voyants dispersés dans toutes les
parties du monde”. et La S.Vierge dit encore
que, si nous ne l’écoutons pas et continuons
l’offense, nous ne serons plus pardonnés!
Il est urgent, Père, qu’on se rende compte
de la terrible réalité. On ne veut pas remplir le
monde de peur, mais le rappel est simplement
urgent, parce que depuis que la Vierge T.Sainte
a donné une grande efficacité au Rosaire, il n’y
a pas de problème, ni matériel ni spirituel,
national ou international, qu’on ne puisse
résoudre avec le S.Rosaire et avec nos
sacrifices. Récité avec amour et dévotion, il
consolera Marie, essuyant bien des larmes de
son Coeur Immaculé”.
* Ultime apparition en Slovaquie -
Voici
ce qu’a dit Marie à Litmanovà le 8 août 1995:
L’apparition d’aujourd’hui est la dernière en
ce lieu. Je vous aime et Je vous remercie tous
de ce que vous avez fait ici pour Moi. Mes très
chers enfants, Je voulais vous réveiller du
sommeil de la vanité et vous faire comprendre
que vous avez besoin de conversion. Je vous en
prie! Demeurez présents sur ce mont,
commencez à méditer Mes messages. Restez
pour ce temps dans Mon Coeur parce que vous
devez être simples et prudents. S’approche le
temps, et même il est déjà là. Restez donc
comme des enfants, complètement libres devant
Dieu. Je vous en prie, méditez ce que Je vous
dis. Je vous aime et Je vous attends en Paradis
”.
Un sang plus éloquent que
des paroles
Que Marie ait pleuré vraiment à Civitavec-
chia, cela ne fait plus de doute; 14 fois, et
l’ultime entre les mains de l’Evêque. Les larmes
de sang sont le signe d’une douleur immense
qu’Elle porte dans le coeur, une douleur
intolérable: les gens simples le comprennent,
sans qu’il soit besoin de tant de commissions
théologiques. Quand quelqu’un donne son sang,
comme Jésus en croix; il n’a rien d’autre à dire
ou à donner. C’est comme si, dans ce fait,
Marie rassemblait tout ce qu’Elle voulait nous
dire depuis 14 ans, pensant: “Avec mon geste,
ils seront plus touchés et m’accueilleront
davantage. Je veux les tirer hors d’un péril
imminent, effroyable. Convertissez-vous vite.
Maintenant, je n’ai plus autre chose à dire”.
Certes, plus radical est le signe, plus ur-
gente est la réponse. Il est temps que nous
finissions de feindre. Nos programmes bien
faits résisteront-ils face à ce sang?
L’Evêque a dit: “Maintenant, Marie, c’en
est assez de Tes larmes, c’est à notre tour de
pleurer”. P.Jozo avait dit à l’Evêque: “Cette
statue est un trésor. Mais les gens restent déçus
s’ils viennent seulement voir et ne reçoivent
pas un enseignement, une catéchèse sur la
Bible, sur l’Eucharistie, sur la prière, sur la
confession... et s’ils ne peuvent pas se confesser.
Il faut prendre soin des pélerins et organiser un
programme spirituel. Sur les épaules des prêtres
pèse une lourde responsabilité...”
A propos des prêtres, l’Evêque a dit: “Leur
conversion s’obtiendra au moyen des laïcs, par
les fruits qui se verront ici”. Il avait apporté la
statuette au Pape qui l’a bénite. “Par bonheur,
le Pape est de mon côté, il m’a encouragé à la
reporter dans l’Eglise et m’a dit: ‘Les Italiens
sont toujours hésitants, observant les Evêques.
Les Evêques aussi viendront, mais il auront
besoin d’être précédés par quelqu’un. C’est
pourquoi il est bien que vous alliez de l’avant,
les autres viendront ensuite’. Maintenant il faut
un groupe qui développe les messages et stimule
les autres”. Quelques communautés se sont
déjà offertes; des Maisons de Marie, de Rome,
a été assurée l’assistance aux jeunes le second
samedi du mois.
Qu’arrive-t-il maintenant au Pantano
(Civitavecchia)?- Il y a toujours un flux de
personnes - nous dit le curé don Pablo - qui
arrivent chaque jour dans l’Eglise de San
Agostino, seules ou en groupe; des gens qui
prient et demandent à se confesser, des prêtres
qui célèbrent la Messe. Parfois, en semaine,
arrivent aussi 4 ou 5 cars. Dimanche dernier, il
y en avait 20: imaginez tous ces gens dans une
église qui contient 120 personnes... J’ai
l’impression que la Madone ait hâte. Le signe
des larmes est terminé. Maintenant, nous
devons, nous, être ce signe...
Ici, l’église ouvre à 7h30 et ferme à 23 h.
Chaque jour, à 17 h il y a le Rosaire médité qui
dure une heure; suit la Messe avec homélie, qui
dure une autre heure. 2 ou 3 fois par semaine
il y a une veillée nocturne.
Dans ces veillées on expose le S.Sacrement,
et ce sont des chants et des prières guidées par
le prêtre, avec des réflexions et pauses de
silence; à la fin on récite le Rosaire, qui doit
être non un avant-propos, mais la prière culmi-
nante de l’adoration. La bénédiction eucha-
ristique suit. Y participent - en grande partie -
des étrangers à la paroisse. Mais ici il y a un
groupe né à Medj., qui a toujours poursuivi la
prière chaque lundi soir, auparavant à la maison,
puis à l’église: maintenant ce groupe s’est
beaucoup agrandi. Puis est né un autre groupe
qui se réunit le mercredi et le samedi. Une
chose importante à noter: nous avons consacré
la paroisse au C.I. de Marie le 27 novembre
dernier (Médaille Miraculeuse): neuf semaines
plus tard, le 2 février, est advenu le fait.
Aujourd’hui nous sommes dans une
nouvelle phase, où les gens doivent être nourris
spirituellement. Ici, le Seigneur a voulu faire
quelque chose qui va très au-delà des larmes
de Marie et qui regarde l’Eglise, et précisément
l’Eglise du prochain millénaire; le Seigneur
veut refaire toutes les choses nouvelles, même
dans un sens physique”.
Vraiment, des guérisons sont-elles
advenues? - “L’Evêque a connaissance de
nombreux cas de guérisons physiques - nous
répond don Pablo - mais il y a les guérisons
spirituelles qui ne laissent pas indifférents. Dans
la Semaine Sainte, 108 témoins de Jehovah,
avec leur chef, ont quitté leur secte; également
un bouddhiste. Des familles divisées se sont
réunies devant la Madone. Des jeunes loin de
Dieu ont retrouvé la foi. Mais ce n’est pas un
contresens: Marie, comme Jésus, est signe de
contradiction
Face aux interventions de Dieu
et aux faits authentiques de foi, l’enfer se
déchaîne.
Et nous en avons eu la preuve, quand nous
sommes devenus objet de dérision et de
commisération de la part des ecclésiastiques et
autres; ils se sont efforcés d’empêcher de toutes
les manières que s’affirme la vérité, et de
décourager cette ouverture d’une nouvelle
source de grâce. Beaucoup de proches,
scandalisés, ont disparu, mais au contraire des
personnes éloignées et simples se sont
approchées, parce que se découvrent les secrets
de leur coeur (cfr Lc 2,35). La Madone fait tout
sur la pointe des pieds, mais ce qu’Elle fait est
signé de la Croix et de la contradiction”.
Eucharistie vivante, le petit bulletin trimestriel
diffusant les instructions du P.Tomislav existe en
français. On peut le demander (avec offrande au
CCP 18537654) à la communauté Kralijice Mira,
S.Maria Colleromano, I-65017 Penne PE.
L’Echo de Marie, Reine de la Paix se trouve
à Medj. dans toutes les langues, dans le magasin
de souvenirs
dit ‘des Pères’ (jouxtant la maison
paroissiale).Le dépôt on trouve au Centre d’infor-
mations MIR (en sortant de l’Egl. tout de suite
av.le pont).
Adoption des enfants croates et bosniaques
qui restent dans leur patrie. Les familles disposées
à l’adoption peuvent s’adresser à Matteo Rossi, v.
delle Grazie 9, 54100 Massa Italie; (tél.19 39 (0)
585 43 653) Ce dévoué collaborateur du P.Jozo est
son délégué pour cette oeuvre.
Au cours des mois de juin et juillet 95, les
lecteurs d’Echo francophone ont offert: pour Echo:
59.616 Fr, et pour la paroisse de Medj. 9.500.-Fr.
Que les généreux donateurs veuillent bien trouver
ici l’expression de la gratitude des bénéficiaires.
background image
Resp.Ing.A. Lanzani-Tip. DIPRO (Roncade TV).
>>
dessein de Dieu.
Alors on ne se préoccupe plus autant, car
on sait que Dieu donne toujours le nécessaire.
Quand nous persévérerons dans la prière, nous
découvrirons que Dieu a toujours fait pour
nous ce qui est le meilleur, même quand il nous
a ôté quelque chose ou nous a fait sentir le fouet
de la correction. Nous serons également
satisfaits et dans la paix, parce qu’appuyés sur
Sa Toute-puissance et Sa bonté sans limite.
Ensuite, Marie entre dans notre famille,
se joignant presque à la sollicitude du Pape et
de l’Eglise pour elle. Par le passé, tant de fois
Elle a dit de prier en famille, de dire le Rosaire
et lire la Bible en famille. Aujourd’hui la famille
est plus que jamais malade: il y a des fractures
entre époux, entre parents et enfants, l’abandon
des anciens: c’est la mort de la famille. Parmi
les nombreux diagnostics que font les
sociologues au chevet de la famille, Marie fait
l’unique vrai diagnostic: il n’y a pas la paix
dans la famille parce qu’il n’y a pas de
prière
. Et ainsi n’entrent pas le pardon de
Dieu, la sollicitude, l’amour et la joie de Dieu.
Si la famille se réunit pour prier, Jésus est
au milieu d’elle et Sa grâce entre en chacun en
particulier et dans l’ensemble, pour soutenir
tous dans les difficultés des rapports, pour faire
trouver la paix à tous, même dans les afflictions,
et donner à chacun la grâce nécessaire contre
le mal. Quand dans les coeurs des membres de
la famille est entré l’amour de Dieu, c’est la
vraie médecine et la nourriture pour la paix, le
dialogue et la croissance harmonieuse. Mais
s’il n’y a pas la paix de Dieu, qu’échangent les
personnes en famille? L’amour des époux,
comme celui des parents et celui des enfants,
vient de Dieu et les membres se le transmettent
réciproquement dans la soumission, comme
dans la famille de Nazareth. Sans Dieu, il n’y
a que des citernes vides qui ne donnent pas
d’eau.
Marie veut rapporter dans la famille cette
prière que la sécularisation et la télévision ont
détruite. Et elle enseigne des petits gestes pour
pouvoir commencer: la prière du matin et du
soir
. Le matin, demandons la bénédiction de
Dieu avec le Notre Père; commençons la
journée au nom de la T.Sainte Trinité avec un
Gloria; confions-nous à l’assistance de la Mère
avec le Je vous salue Marie et des Anges
gardiens avec une invocation. De cette manière
nous n’affronterons pas la journée tout seuls,
nous ne serons pas la proie de préoccupations,
d’angoisses, du poids du travail et des difficiles
rapports humains, qui menacent de transformer
la journée en un calvaire sans espérance.
Dans la prière nous éprouverons que Celui
qui est bien plus puissant que nous porte nos
charges. Et nous terminerons la journée avec
un merci à Dieu pour le bien reçu et une
demande de pardon pour le mal fait; mieux
encore, avec le chapelet prié en famille.
Combien est différente la vie pour qui s’éveille
avec Dieu et s’endort avec Dieu!
Puis, Marie nous assure de Son amour, de
Sa bénédiction, et nous étreint dans Son
embrassement
, Elle nous porte à Son coeur
pour que nous puissions être sûrs de Son aide.
Combien de tendresse éprouvons-nous à cette
pensée! Mais pour cela, Elle pose encore la
condition habituelle, comme une douce recette:
vous ne pourrez pas être dans Mon
embrassement si vous n’êtes pas prêts à
prier chaque jous
: ‘prêts’ parce qu’Elle veut
l’entière disposition de notre coeur: Mon coeur
est prêt, o Dieu, mon coeur est prêt
(Ps56,8)..
La grande Maison St Joseph pour des retraites
spirituelles, a été inaugurée le 9 août en présence
des PP Jozo et Victor, Ivan, et Léonard. La Madone
l’a bénie aussi, comme l’a assuré Marija Pavlovic’-
Lunetti. Les premiers hôtes de passage seront 50
enfants de Bosnie qui iront avec Vicka voir le
S.Père et après un groupe fran
ç
ais pour une retraite.
LES LECTEURS ECRIVENT
* Semences de grâces dans l’antique Grèce
- Sr Despina d’Aghia Paraskovi (Athènes) qui
s’occupe de l’Echo grec, témoigne du zèle, de
la ferveur, des témoignages de laïcs convertis à
Medj., même des orthodoxes, à nous faire pâlir,
nous consacrés! Elle parle avec admiration des
effets de Medj. chez certaines personnes: une
convertie a formé un groupe à Salonique et
organise des pélerinages, bien qu’étant engagée
sur un plan familial et scolaire; une enseignante
du Pirée communique son expérience et les
messages aux élèves et parents orthodoxes de
son école d’Etat. A Tinoa où il y a une persécution
ouverte de la part des catholiques et orthodoxes
contre Medj. (c-à-d. contre une vie chrétienne
sans compromis), la responsable continue son
travail dans les villages, où des volontaires battent
le rappel pour appeler les fidèles au Rosaire du
soir. A Rhodes, un pauvre engagé orthodoxe,
père de famille, fait imprimer et diffuse 5.000
copies des messages, avec témoignages, jusque
dans l’île voisine où les membres de son groupe
de prière sont devenus autant de catéchistes, et
exhorte à faire vite car le temps presse.
Un jeune, après la lecture d’Echo grec, a
formé un groupe de prière et est maintenant
entré au séminaire. Merci, Marie, qui continues
à répandre le parfum du Christ dans des lieux où
l’avait déjà prodigué l’Apôtre des Gentils.
* L’Echo parmi les montagnes du Népal
- Chirenda Satyal nous écrit pour nous informer
de la construction de la première église du Népal
consacrée à N-D de l’Assomption (inaugurée le
15 août 95 par le Card.Tomko). Elle diffuse
aussi un petit bulletin catholique, unique au
Népal, qui résume des nouvelles puisées dans
l’Echo. Elle ajoute que “c’est l’Echo qui fait
vibrer les hautes montagnes du Népal”.
* Paray le Monial (France) - “... Je vous
fais part du grand événement de ma vie: je fais
profession à 75 ans, après avoir passé 45 ans
sous le régime communiste (dont 3 ans en
prison). Je remercie le Seigneur... “ (suivent des
remerciements pour la lecture de l’Echo). Nous
unissons nos prières et actions de grâce à Soeur
Patricia de Notre-Dame, que Dieu a libéré d’un
long temps d’attente, sous le joug communiste
en Roumanie.
* Marie compense le vide d’une mère
terrestre - De l’Australie: “...j’ai toujours
trouvé difficile d’accepter le rôle de Marie
comme mère de tous (y compris moi). Je crois
que ce soit dû au fait que j’ai eu un rapport
psychologiquement terrible avec ma mère et
avec d’autres personnes qui m’ont ‘faussé’. >
Echo en Terre Sainte: on peut le trouver
dans quelques Sanctuaires. Du Mont des
Beatitudes croissent les demandes plurilingues.
P.Dezzutto, salésien, le distribue aux immigrés de
diverses langues, aux centres luthériens, pente-
côtistes, Société biblique, et à quelques pasteurs
anglicans.
UNE SEULE ADRESSE POUR
L’EDITION EN LANGUE FRANCAISE:
“ECHO DE MARIE REINE DE LA PAIX
- 18, allée Thévenot - 39100 DOLE - France.
* Pour diffuser les messages et les vivre dès
leur parution vous pouvez recevoir les quelques
lignes du message mensuel dès le 27 de chaque
mois (postés le 26) et ceci en autant d’exem-
plaires que vous le souhaitez; il suffit d’en faire
la demande à l’adresse ci-dessus.
* L’ECHO en cassettes-audio pour non-
voyants les personnes intéressées peuvent
s’inscrire également à cette adresse.
L’Echo de Marie Reine de la Paix est gratuit.
L’oeuvre vit d’offrandes:
CCP DIJON 4480-19 R ou chèques.
Merci d’établir les Euro-chèq.en francs
français à un seul ordre: ECHO DE MARIE, 18
allée Thévenot - F-39100 DOLE.
> Certainement, ceux qui ont eu une relation
normale avec leur mère sont aussi en mesure
d’accepter la maternité de Marie. Ils doivent en
être reconnaissants à leur mère et se sentir bénis
de Dieu...” (Alan K)
* Bénédiction de Marie pour Echo - Au
Canada Michel Caccione, qui reproduit et dif-
fuse Echo anglais et français dans son pays,
s’appuyant sur un groupe de prière rempli de foi
et d’humilité (nous en connaissons person-
nellement quelques-uns), nous parle de la
protection tangible de Marie: “La bataille est
rude, mais cela nous encourage car c’est la
preuve que satan n’est pas content du tout des
11.000 copies d’Echo (5.000 anglaises et 6.000
françaises) que nous reproduisons et faisons
circuler. Dans la certitude du triomphe deSon
Coeur Immaculé...
Ainsi en est-il de la Colombie où P.Queru-
bin, des capucins de Buga, reproduit et distribue
4.000 exemplaires de l’Echo espagnol:
remercions Dieu avec lui car il a pu reprendre
cette activité après une opération réussie de la
cataracte. aux deux yeux.
* Parmi les nombreux témoignages qui
retiennent notre attention, rapportons un enième
de l’Argentine: “...Cette publication est un grand
trésor, aliment indispensable pour les âmes
simples qui veulent vivre pour Dieu...”
(M.Cristina Koleff); et de la Colombie: “Merci
pour Echo, je le lis ‘tout de suite’ et le donne à
mes consoeurs de la Légion de Marie. C’est un
grand stimulant pour la prière pour le S.Père, les
Evêques et les prêtres. Ce sont les vraies
informations sur l’Eglise dans le monde et sa
situation. Merci aussi, au nom de l’Evêque de St
Ignace” (G.Lioba). A ces lettres font écho
beaucoup de monastères qui assurent, par ex.
‘le lire en communauté, le trouvant riche d’ensei-
gnements, parce qu’aujourd’hui est minée
l’orthodoxie de la doctrine et l’Evangile est
présenté sous forme ultra-rationnelle, jusqu’à
éliminer quelque mystère que ce soit...’
(Augustiniennes de Milan).
La plus grande partie des lecteurs nous est
reconnaissante parce que ‘Echo fait connaître
la pensée du Pape et aide à se sentir avec
l’Eglise’ (M. Zonny, Brooklyn USA); ‘il fait
beaucoup de bien en moi et autour de moi dans
le Patriarcat greco-catholique’ (P.Pierre
Ahddad, Le Caire); parce que ‘ce feuillet me
libère de la superficialité et aide mon chemin
spirituel’ (Aldo A.San Remo); ‘c’est un pain
céleste qui me nourrit, ce sont des paroles qui
me fouillent dans l’intime’ (Paul G. Vado
Ligure). Combien d’âmes disent attendre de
nous leur nourriture pour tout le mois! Nous en
ressentons toute la responsabilité.
P.Kolbe disait: Notre bulletin sera parfait
seulement quand on pourra le signer:
REDACTEUR EN CHEF, L’IMMACULEE.
Et si quelque article n’était pas encore adapté
à cette signature, il faudrait le refaire de
manière qu’il y corresponde... Toute notre
activité doit essayer que l’Immaculée agisse
en nous et par nous (5 juillet 1936).
Nous aussi, nous le désirons de tout notre
coeur pour Echo! C’est pour cela que nous
demandons aux lecteurs le soutien de leur prière
pour pouvoir développer au maximum ce service
pour Marie, alors que nous les bénissons dans
le signe de Ses Douleurs et de la Croix de Son
Fils. Au nom du Père et du Fils et de l’Esprit
Saint. Amen.
Villanova Maïardina, 26.08.95
Cher Alan, Marie te sera d’autant plus mère
que tu n’as pas joui de la tendresse d’une mère
terrestre. Tout en Dieu est compensé avec
démesure: il suffit d’avoir la foi et nous recevons
au centuple ce que nous avons offert à Dieu
(dans ce cas, ta croix). Crois et tu recevras tout.