Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN] | Carte du site  | À propos[EN]  | Livre d'invité  | Liens[EN]  | Screensaver  | Wallpaper | Web Feed

www.medjugorje.ws » Echo de Marie Reine de la Paix » Echo de Marie Reine de la Paix 146 (Juillet-Août 1999)

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Italiano
Download (71.1 KB )
background image
Eco di Maria
Regina della Pace
Français 146
Juillet - août 1999 -
Message de Marie le 25 mai 1999:
Chers enfants, aujourd'hui encore Je vous invite à vous convertir et à croire plus fermement en
Dieu.
Petits enfants, vous cherchez la paix et vous priez de différentes manières, mais vous n'avez pas
encore donné votre coeur à Dieu, afin qu'Il le remplisse de Son amour. Voilà, c'est pour cela que Je
suis avec vous, pour que Je vous enseigne et vous rapproche de l'amour de Dieu. Si vous aimez
Dieu par-dessus tout, il sera facile pour vous de prier et de Lui ouvrir votre coeur. Merci d'avoir
répondu à mon appel.
Marie nous offre la clé de la paix:
accueillir l'amour de Dieu
Evidemment, en filigrane du message il y a le moment crucial que nous sommes en train de traverser, qui
nous préoccupe et nous effraie tous; mais Notre-Dame nous enseigne à dépasser ces événements, nous
donnant la clé pour les surmonter.
1. Aujourd'hui encore Je vous invite à vous convertir. Conversion et prière sont les mots que la Reine de
la Paix nous répète le plus souvent. La conversion est aussi la première invitation de l'Evangile:
Convertissez-vous et croyez à l'Evangile (Mc.1,15). Cet aujourd'hui encore qui précède l'invitation, nous
dit toute la patience maternelle avec laquelle Marie veut nous faire revenir à la conversion: non
seulement aujourd'hui, mais dans toutes Ses apparitions, même les précédentes sur la terre. Si nous
accueillons la grâce de Dieu nous sentirons le besoin de changer immédiatement et nous ne continuerons
pas à penser que ce sont aux autres à devoir le faire .
Réfléchis: Ne pourrais-tu pas être, toi aussi, parmi les nombreux chrétiens qui disent: cela ne vaut pas la
peine de se fatiguer trop pour le Royaume de Dieu, puisque c'est Jésus qui nous sauve! Et ainsi ils sont
satisfaits quand ils sont allés à la Messe le dimanche et se comportent comme tous les bien-pensants:
inutile de s'agiter, le Seigneur est bon, Il ne peut condamner à un enfer éternel. Mais Jésus prêchait bien
différemment: Le Royaume des cieux souffre violence et seuls les violents l'enlèvent... Si vous ne vous
repentez pas, vous périrez tous pareillement (Lc.13,5). A ceux qui ne veillent pas dans l'attente du
Seigneur qui vient, Il dira: Je ne vous connais pas (Mt.25,12).
Chaque jour nous devons nous sentir encore aux premiers pas de la conversion et c'est une grâce de
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (1 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
comprendre cela et de nous engager à aller de l'avant, malgré les rechutes et nos faiblesses.
2. Croire plus fermement en Dieu exprime que nous croyons peu! Déjà aux tout débuts des apparitions,
contre notre indifférence Marie disait: Je suis venue vous dire que Dieu existe... Abandonnez-vous
complètement à Lui. Et, relativement à nos préoccupations, Jésus nous assure que même pas un cheveu
ne tombe de notre tête sans que le Père le sache (cf Mt.10,30). Dieu est pour nous refuge et force, nous
ne craindrons pas si la terre est changée, si les montagnes chancellent au coeur des mers (Ps.46,45).
3. Petits enfants, vous cherchez la paix et priez de différentes manières... Nous voulons tous la paix. Et
même, nous prions de différentes manières pour la paix. Comment? Certes, ce ne sont pas des marches
pour la paix, mais nous faisons des veillées de prière, des intentions pour la paix à la Messe, et bien
d'autres initiatives et messages dans ce but. Pourtant, tous disent "paix" et il n'y a pas de paix disait
Jérémie à qui la proclamait dans le temple. Mais ici, Notre Mère précise une condition particulière qui
doit faire beaucoup réfléchir, surtout les Siens.
De quels coeurs doit s'élever la prière? Elle doit jaillir des coeurs qui se sont donnés à Dieu pour que Lui
les remplisse de son Amour. Donner son coeur à Dieu veut dire nous remettre avec joie à Lui sans
condition, pour qu'Il puisse opérer en nous tout ce qu'Il veut. Et que veut-Il? Seulement nous remplir de
son Amour, pour nous faire aimer et oeuvrer comme Il veut. Que peut-on nous donner de plus que son
Amour, que son Esprit Saint qui est Dieu-même? Quand nous n'opposerons plus de résistance et ne
serons plus attachés à nos schémas, même notre prière deviendra facile; elle ne sera plus de routine ou en
des circonstances et nécessités urgentes, mais elle deviendra totale, ouverture confiante à Dieu dans
l'unique désir d'accomplir Sa volonté et tout ce que nous demanderons nous sera donné.
Si nous aimons Dieu par-dessus tout nous nous apercevrons qu'Il dirige le moindre de nos pas et résoud
chaque chose; c'est ainsi qu'Il sait extraire le bien de toute erreur ou situation négative (même de la
guerre qui est le plus grand des maux) parce qu'Il peut vraiment tout. Mais quand notre vie entière Lui
sera consacrée, la paix rayonnera de nos coeurs convertis et envahira le monde entier: Nous amasserons -
comme dit l'Apôtre - des charbons ardents d'amour sur leur tête (des ennemis) (Rm.12,20).
4. C'est pour cela que Je suis avec vous, pour que Je vous enseigne et vous rapproche de l'amour de Dieu.
Ainsi, Notre-Dame nous déclare ouvertement le motif de Sa présence parmi nous depuis 18 ans: nous
sommes fermés à l'Amour de Dieu et Elle est venue nous réveiller pour Le faire régner dans nos coeurs.
Ceci vous semble-t-il insignifiant? Avec l'Esprit (c-à-d. l'Amour) tout est recréé et renouvelée la face de
la terre (cf Ps.104). C'est vraiment ce que Notre-Dame est venue faire parmi les Siens.
don Angelo
Message de Marie le 25 juin 1999:
Chers enfants, aujourd'hui Je vous remercie parce que vous vivez, et par votre vie vous témoignez
de Mes messages. Petits enfants, soyez forts, et priez pour que votre prière vous donne force et joie.
C'est seulement ainsi que chacun de vous sera Mien, et Je le guiderai sur le chemin du salut.
Petits enfants, priez et témoignez par votre vie de Ma présence ici. Que chaque jour soit pour vous
un joyeux témoignage de l'amour de Dieu. Merci d'avoir répondu à mon appel.
Avec la prière vous serez forts
pour vivre et témoigner
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (2 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
Dans le 18ème anniversaire de Ses apparitions, la Madone s'adresse à ceux qui vivent et témoignent par
leur vie Ses messages, lesquels répètent le contenu de l'Evangile. Les vrais disciples de Jésus et de Marie
sont vraiment nombreux aujourd'hui et dispersés partout, même s'ils ne font pas de bruit. Avec
étonnement on en trouve dans les groupes, dans les paroisses, dans les Communautés, dans le secret des
maisons, souvent à l'insu de la communauté ecclésiale dont ils forment les membres les plus vivants.
Beaucoup sont ceux que Marie a formés à l'école de Ses messages et Elle les remercie.
Pour ces 'justes' Dieu continue à user de patience envers le monde et même envers les hommes d'Eglise
qui ne sont pas fidèles. Et Dieu patientera encore jusqu'à ce que soit au complet le nombre des élus
(Ap.6,11). Dans ce message la Madone répète deux mots "témoins et forts": c'est la même expression
dont Elle s'est servie pour satan qui est "le fort", mais que nous vaincrons si nous sommes du côté du
"Plus Fort"(cf.Luc 11,21-22).
1. La force est un don de l'Esprit Saint, mais aussi une des 4 vertus cardinales à conquérir. Soyez forts -
nous dit Notre-Dame aujourd'hui - quand nous vivons dans un monde de faibles. Nous aussi, par nature,
sommes faibles, mais notre force vient de la prière quand celle-ci est vraie, insistante et ouverture
persévérante du coeur à Dieu. La prière donne force et joie même dans les tribulations et les croix, et
nous fait dominer les tentations de satan et les séductions du monde.
La prière nous communique l'Amour, dont le Cantique (8,6) nous dit: l'amour est fort comme la Mort, la
passion inflexible comme le Schéol, ses traits sont des traits de feu, une flamme de Yavhé. Les grandes
eaux ne pourront éteindre l'amour ni les fleuves le submerger. Tel est l'amour que sème Marie dans le
monde et que les coeurs ouverts accueillent. Ceux qui le reçoivent, Elle les appelle 'Siens': seulement
ainsi chacun de vous sera Mien et Je le guiderai sur le chemin du salut, qui est celui de la sainteté.
2. Témoignez avec votre vie. Témoigner veut dire démontrer concrètement et avec ses oeuvres la pleine
adhésion au Christ, jusqu'à donner sa vie. Les témoins s'appellent martyrs. Et aujourd'hui, ce sont aussi
ceux qui résistent à tout un monde projeté sur la voie large, qui attire même des hommes d'Eglise et qui
décourage de suivre Jésus sur la voie étroite.
Cependant beaucoup, dans la joie et dans la paix, ne cèdent pas à la "grande séduction du diable" qui,
comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer, et lui résistent forts dans la foi (1Pt 5,8).
Ainsi, nous deviendrons de joyeux témoins de l'Amour de Dieu. Et beaucoup de coeurs accueilleront cet
amour. Les hommes de tous les temps croient aux témoins, non aux paroles; et aujourd'hui, ils croient
aux paroles seulement si celui qui les prêche les vit. Alors, l'auditeur se sent appelé personnellement à la
conversion et Dieu - par Ses témoins - peut, des pierres, faire surgir des enfants à Abraham (Mt.3,8).
Avec notre vie de chaque jour Marie veut que nous témoignions Sa présence sur la terre pour le salut de
beaucoup de frères. Sa présence, toute empreinte de maternelle bonté, est l'extrême et persuasif rappel de
Dieu pour que les hommes se sauvent de la perdition. Nous aussi, aidons-La à sauver beaucoup de Ses
enfants! * *
La visite du Pape dans sa
terre, sous le signe du coeur
"Je viens à vous à la veille du Grand Jubilé. Je viens comme un pèlerin vers les fils et les filles de ma
patrie, avec des paroles de foi, d'espérance et de charité. Au déclin de ce millénaire et au seuil des temps
nouveaux qui approchent je veux méditer avec mes compatriotes le grand mystère de Dieu qui est
amour..." Voici le thème qui a traversé le 7ème et plus long voyage du Pape en Pologne, du 7 au 12 juin,
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (3 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
qui l'a porté dans 21 localités (auxquelles il faut ajouter les arrêts intermédiaires) avec 32 discours, 11
S.Messes célébrées en public, et 9 millions de fidèles.
"Le fil conducteur de ces journées a été la page évangélique des Béatitudes, qui présente l'amour de Dieu
sous les traits incomparables du visage du Christ. Quelle joie pour moi de les proclamer sur les traces de
St Adalbert, le grand Evêque et martyr auquel j'ai consacré les premières étapes de mon périple sur les
terres que lui-même a parcourues" a dit le Pape en rappelant ce voyage dans l'audience générale du 23
juin. Lors des différentes étapes il a fait mémoire de Saints et de martyrs et en a également proclamé
Bienheureux:
"Ces héroïques témoins de la foi démontrent que la tradition de la Parole de Dieu, écoutée et mise en
pratique, est parvenue d'Adalbert jusqu'à nous et est avec courage incarnée dans la société moderne, qui
s'apprête à franchir le seuil du 3ème millénaire...
La foi de la Pologne s'est alimentée et a été fortement soutenue par la dévotion au Sacré Coeur et à la
Bienheureuse Vierge Marie. Le culte du S.Coeur dans ce pèlerinage a pris un relief spécial: il y avait en
arrière-plan la consécration du genre humain au Coeur Divin faite par Léon XIII il y a cent ans. Plus que
jamais, en entrant dans le 3ème millénaire, l'humanité a besoin de se confier dans l'Amour
miséricordieux de Dieu...
Et que dire de l'affection filiale de mes compatriotes pour leur Reine, Marie Très Sainte?" C'est ainsi que
le Pape a béni un grand sanctuaire qui Lui est consacré, il a couronné des images vénérées, il a célébré
solennellement le Coeur Immaculé de Marie à Sandormierz, puis vint le moment de la visite obligatoire
de congé à Czestochowa: "C'a été un moment d'émotion spirituelle".
"Au cours de mon itinéraire j'ai eu l'occasion, à plusieurs reprises, de rendre grâce à Dieu pour les
grandes transformations opérées en Pologne au cours des 20 dernières années au nom de la liberté et de
la solidarité... Je l'ai fait surtout en parlant au Parlement de la République où j'ai rappelé les luttes
pacifiques des années 80 et les bouleversements de 89; les principes moraux de ces luttes doivent inspirer
la vie politique pour que la démocratie soit fondée sur de solides valeurs éthiques: famille, vie humaine,
travail, éducation, soin des faibles... En d'autres circonstances j'ai élevé la voix pour la défense des
personnes et des groupes sociaux les plus démunis. Le progrès ne peut pas venir au détriment des
pauvres".
Avec le coeur tourné vers l'unité des chrétiens le S.Père a fait mémoire des Bienheureux martyrs de la
Podlachie, il a prié avec les gréco-catholiques pour le dépassement des divisons du 2ème millénaire; il a
participé à une liturgie oecuménique avec des orthodoxes, des luthériens et d'autres communautés
ecclésiales non catholiques: "La nécessité de l'unité de l'Eglise est perçue par tous: nous devons travailler
à sa pleine réalisation, prêts à reconnaître les fautes et à nous pardonner réciproquement".
Mémorable fut sa rencontre avec ses compatriotes de Wadovice qui, dans l'enthousiasme, l'ont fait
'ressusciter' après un jour de fièvre dont la cause est indéfinie. Puis il eut le courage de revenir dans la
ville, dont il avait dû omettre la visite. Face à la population accourue de nouveau, il a dit en plaisantant:
"Un Pape semblable, moi je ne le supporterais pas". Dans ce voyage il s'est laissé conduire par les
affections du coeur et les souvenirs du passé, avec une incidence toujours plus forte dans l'intime des
personnes grâce à ses enseignements spirituels.
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (4 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
Dieu veut que
"tous les hommes soient sauvés" même dans les autres religions
Sur le problème de la rencontre des chrétiens avec les croyants des autres religions, toujours dans l'ordre
de l'évangélisation, le S.Père a tenu des discours magistraux dans les audiences générales de mai dernier.
Voici un extrait du premier de ces exposés.
"...Si le Seigneur Dieu d'Israël n'est pas un Dieu parmi d'autres, mais l'unique vrai Dieu, il en découle que
par Lui doivent être sauvés tous les gens 'jusqu'aux extrémités de la terre' (Is.49,6). La volonté salvatrice
universelle transforme l'histoire humaine en un grand pèlerinage des peuples vers un seul centre,
Jérusalem, sans toutefois que les diversités ethnico-culturelles soient annulées (cfr Ap.7,9). Le prophète
Isaïe exprime d'une manière suggestive cette perspective par l'image d'une route qui relie l'Egypte à
Assur, soulignant que la bénédiction divine unit Israël, l'Egypte et Assur (Is.19,23-25). Chaque peuple,
conservant pleinement sa propre identité, est appelé à se convertir toujours davantage au Dieu unique,
qui s'est révélé à Israël.
Ce souffle 'universalistique' présent dans l'A.T. se développe ultérieurement dans le Nouveau, lequel
nous révèle Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de
la vérité" (1Tim.2,4). La conviction que Dieu soit effectivement en train de préparer tous les hommes au
salut fonde le dialogue des chrétiens avec les participants à d'autres croyances. Le Concile a ainsi
délimité l'attitude de l'Eglise au regard d'autres religions non chrétiennes. "L'Eglise considère avec un
sincère respect ces manières de vivre et d'agir, ces préceptes et ces doctrines dans lesquelles, bien qu'elles
diffèrent en beaucoup de points de ce qu'elle-même croit et propose, il n'est pas rare qu'elles reflètent un
rayon de cette Vérité qui illumine tous les hommes. L'Eglise annonce pourtant, et est tenue d'annoncer
sans cesse que le Christ est la Voie, la Vérité et la Vie" (cfr J.14,6); en Lui les hommes trouvent le
plénitude de la vie religieuse dans laquelle Dieu a réconcilié toutes choses avec Lui".
Dans les années passées, de la part de quelques-uns ce dialogue avec les hommes religieux a paru opposé
à l'annonce, devoir premier de la mission salvatrice de l'Eglise. En réalité le dialogue interreligieux fait
partie intégrante de la mission évangélisatrice de l'Eglise. (cfr Ccc,856). Comme je l'ai répété à plusieurs
reprises: fondamental pour l'Eglise et exprimant sa mission salvatrice est un dialogue de salut.
C'est pourquoi, dans le dialogue interreligieux il ne s'agit pas de renoncer à l'annonce, mais de répondre à
un appel divin parce que l'échange et le partage conduisent à un témoignage mutuel de sa propre vision
religieuse, une connaissance approfondie des convictions respectives et à un intérêt sur certaines valeurs
fondamentales..." Successivement il a consacré les audiences à l'hébraïsme, à l'islam, au bouddhisme, à
l'hindouisme.
Tout ceci est en pleine syntonie avec ce que la Madone a manifesté à Medjugorje, relativement aux
autres religions. A Vicka Elle a dit qu'on doit respecter toutes les religions et que chacun doit observer
les enseignements valables de la sienne propre. Quand la voyante a rapporté comme dites par la Reine de
la Paix ces paroles: "Toutes les religions sont égales devant Dieu", elle voulait dire que toutes les races
sont égales devant Dieu, comme elle l'a expliqué ensuite. "Ce point est culturellement très important dans
ce pays, où 'la religion' s'identifie avec 'la race'; pour eux les catholiques sont les croates, les orthodoxes
sont les serbes, les musulmans sont les bosniaques" (Lire 'Message et pédagogie de Marie à Medj.' de
R.Laurentin et R.Lejeune pp.319-324).
Un voyage aux lieux du salut. Il est très significatif que ce soit vraiment dans le jour dédié à St Pierre et
St Paul que J.P.II ait annoncé vouloir parcourir à nouveau le chemin du salut depuis Ur en Chaldée
(maintenant en Irak) d'où partit Abraham, puis le Sinaï où Dieu donna la loi (actuellement en Egypte) et
enfin les lieux où s'accomplit le mystère: Nazareth, Bethléem Jérusalem.
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (5 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
SEMENCES D'UNITE
La visite du Pape en Roumanie du 7 au 9 mai a brisé le mur de séparation entre catholiques et
orthodoxes. A Bucarest, les célébrations communes du Pape et du Patriarche Teoctist ont eu une grande
répercussion et ont démontré une communion spirituelle inespérée. Pour donner toute sa valeur à
l'événement oecuménique, le S.Père a renoncé à l'étape dans les zones catholiques de la Roumanie
(Transylvanie et Moldavie), restant seulement à Bucarest en plein territoire orthodoxe. A Rome, le
Patriarche Teoctist rendra cette visite. Rappelons que les Roumains sont orthodoxes pour 87%; 6% sont
catholiques (environ 2 millions de rite latin et 1,5 million de rite gréco-oriental); on compte environ 5%
de protestants.
En ces jours - a dit le Pape - l'Esprit vous confie à vous, jeunes, le rêve de Dieu: que tous les hommes
fassent partie de Sa famille, que tous les chrétiens soient un. Entrez avec ce rêve dans le nouveau
millénaire!
L'Arménie aussi, petit ilôt chrétien dans l'Islam, attend la visite du Pape cette année. Elle devait même
être anticipée avec un 'saut aérien' de J.P.II depuis la Pologne pour se rendre au chevet du chef de cette
Eglise, le Catholicos Karekin Ier, gravement malade. Grand artisan de l'unité, il s'est éteint le 29 juin à 62
ans. Dépassés désormais les malentendus qui duraient depuis presque 1500 ans et faisaient passer ces
chrétiens pour monophysites: avec la déclaration commune de l'an dernier entre le Pape et le Catholicos,
est maintenant ouverte la route de la communion.
Catholiques et Luthériens, après 5 siècles se sont entendus sur la 'doctrine de la justification' selon
laquelle nous sommes 'justifiés' de manière absolument gratuite par Dieu, moyennant la foi, comme
soutenait Luther; mais "l'oeuvre de la grâce de Dieu n'exclut pas l'action humaine, c-à-d. que nous
sommes appelés à correspondre avec les oeuvres de la grâce". "Le texte que nous signerons - a dit le
Card.Cassidy - est fils de la réconciliation, non de compromis". Et, à son tour, le Président des Eglises
luthériennes, le pasteur Noko explique: "Il n'y a ni vainqueurs ni vaincus, mais des chrétiens projetés vers
l'unité". La déclaration conjointe sera signée le 31 octobre à Augusta, justement d'où partit la réforme
protestante.
Revenez à la primitive ferveur
"Vivez la Sainte Messe"
Tant de fois la Madone, dans Ses messages, a parlé de la S.Messe! Le jeudi 3.4.86 Elle a dit: Chers
enfants, Je vous invite à vivre la Sainte Messe. Beaucoup ont ressenti la beauté de la sainte messe. Mais
il y en a d'autres qui n'y viennent pas volontiers. Je vous ai choisis, chers enfants, et Jésus vous donne Ses
grâces pendant la messe C'est pourquoi vivez lucidement la sainte messe. Que chaque venue à la messe
soit une joie. Venez-y avec amour. Acceptez la sainte messe. Et le 16.5.85: Je veux que votre messe soit
une expérience de Dieu.
Et encore: Venez à la messe car ce temps vous est donné. Chers enfants, il y a un certain nombre qui
vient régulièrement malgré le mauvais temps, car ils m'aiment et veulent me montrer leur amour tout
spécialement. Je vous demande à tous de me montrer votre amour en venant à la messe. Le Seigneur
vous récompensera généreusement (21.11.85). C'étaient les années où chaque soir on voyait l'église
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (6 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
remplie des gens du pays.
Et à Jelena Notre Mère disait: Mes enfants, je désire que la sainte messe soit pour vous le cadeau de la
journée. Attendez-la, désirez qu'elle commence, parce que Jésus Lui-même se donne à vous dans la
messe. Aspirez donc à ce moment où vous êtes purifiés. Si les gens assistent à la messe de manière tiède,
ils reviennent froids dans leurs maisons et le coeur vide (30.3.83). D'autres fois Elle demandait au groupe
de prière de ne pas arriver à la dernière minute à la messe, mais de venir au moins 10 minutes en avance,
pour la préparer dans la prière. Beaucoup, la messe à peine finie, se hâtent de s'en aller. Ce n'est pas bien
qu'ils s'attardent autour de l'église. Ainsi, ils ne pourront jamais se donner totalement... (4.2.84).
La Messe à la première place dans la vie
Les prêtres devraient davantage parler de la Messe. Si la Messe est le centre de la foi, on ne devrait
jamais laisser passer un an sans un exposé sérieux à son sujet. A tous les catéchistes ce thème devrait être
très vivant pour leur vie spirituelle individuelle et dans la transmission du message aux jeunes. L'Eglise a
dit des choses nouvelles, grandioses sur la Messe, mais elles ne sont malheureusement pas encore
parvenues à tous les chrétiens.
Il me semble devoir affirmer que si on ne révolutionne pas la participation à la Messe, on ne fait rien
dans la pastorale. Si la Messe n'est pas au sommet de toute notre manière de vivre chrétienne, je pense
que nous ne sommes pas arrivés à comprendre le noyau de celle-ci, le coeur de la foi chrétienne.
Dans le passage de Lumen gentium du Concile Vatican II Al.n.11, nous trouvons cette affirmation sur la
Messe: "Le sacrifice eucharistique est le sommet et l'origine de toute la vie chrétienne". Le Concile a dit
une chose paradoxale, il faut que je m'en rende compte! En affirmant que la Messe, la Cène du Seigneur,
est le sommet et l'origine de toute la vie chrétienne, il a dit alors que la Messe est le coeur de la religion,
le centre propulseur de toute sa vitalité, de toute sa force. Cime et origine de toute la vie de l'Eglise, alors
le sacrifice eucharistique est le faîte et la source du culte, c'est le point terminal et le départ de toute la
force qui meut l'Eglise.
Alors, le Concile a dit en substance que le sacrifice eucharistique est le centre de la religion parce qu'il en
est: son tout, la fin et le commencement de tout; ensemble l'acte suprême et l'acte premier; la fin ultime et
le premier principe, le but et le moyen, la conclusion et le début. "Sommet et origine" de toute la vie
chrétienne, alors le sacrifice eucharistique: est l'acte suprême d'amour à Dieu que l'homme puisse
accomplir et il est le début de l'amour; c'est toute la Rédemption qui s'offre à moi et c'est mon passage
personnel dans la Rédemption; c'est la plus grande richesse que possède l'homme.
Pourquoi, dans le Concile,
l'Eglise a-t-elle lancé ce paradoxe?
Elle ne peut l'avoir fait pour faire académie; dans un décret conciliaire on pèse les mots jusqu'à la
méticulosité. Si elle l'a utilisé, c'est parce qu'elle voulait que nous comprenions que le sacrifice
eucharistique est toute la foi et le tout de la vie chrétienne; qu'il n'est pas un bibelot de la foi, c'est la
foi-même. Si elle l'a fait c'est pour mettre un terme à ma superficialité! C'est pour tracer une ligne de
démarcation à l'infantilisme d'une religion trop magique et éloignée de la réalité.
La Messe est tout - me crie au visage l'Eglise - ou tu prends au sérieux la Messe ou tu réduis en miettes
toute ta foi. Le sacrifice eucharistique est l'élément central de ta journée, de ta semaine; le noyau le plus
ardu, le plus engageant, le sommet, et c'est aussi le coeur le plus beau, le plus attrayant, la source de ta
joie la plus pure. Et si le sacrifice eucharistique est ce qu'il y a de plus important pour ta vie, alors il exige
de toi une attitude nouvelle, forte, complète tant dans la sphère des idées que dans celle de l'action. Si
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (7 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
l'Eglise affirme avec solennité que la Messe est le faîte et le principe de la religion, alors doivent entrer
en action la tête et le coeur quand nous participons à l'Eucharistie: tête et vie! St Justin, philosophe
chrétien martyr (+163) témoignait que les chrétiens participaient à la S.Messe chaque matin avant l'aube.
En somme, l'Eglise nous demande de nous préparer à cet acte, de le programmer, d'être conscients et non
des automates; d'agir et non rester statiques; de participer et non de nous distraire en futilités.
Diviser chaque journée ou chaque semaine pour préparer
et vivre la Messe
Si l'Eucharistie est le coeur de la religion, alors elle est mise à la première place dans notre vie comme
estimation, comme effort, comme joie de l'esprit, comme préoccupation, comme devoir.
Schématiquement, je dirais que nous devrions diviser la journée en deux parties: si le matin nous avons la
Messe, qu'elle continue jusqu'à midi, puis nous commencerons à préparer celle du lendemain.
Et par bonheur c'est ainsi que tous les jours il y a une Messe qui nous offre ainsi toujours le moyen de
compléter les défauts d'amour de la Messe précédente; à l'inverse, je crois que celui qui n'a pas la chance
de la Messe quotidienne, c'est parce qu'il ne la cherche pas! Quels trésors d'ingéniosité ne
déployons-nous pas quand nous désirons vraiment quelque chose! Pourquoi alors, ne pouvons-nous
trouver une demi-heure pour la Messe. Même si nous sommes hyper-occupés, pour un acte aussi
important ne pourrions-nous distraire une demi-heure, même dans une journée surchargée?
Mais, alors même que la Messe quotidienne n'est pas possible, il faut au moins que la Messe dominicale
soit l'acte le plus important, le lieu où aboutit toute la semaine et d'où va repartir la nouvelle. Il faudrait
vraiment diviser ainsi la semaine: la première moitié pour me réjouir de la Messe du dimanche écoulé, et
la seconde moitié pour me préparer dans la prière à celle du dimanche suivant [ainsi faisait St Louis de
Gonzague]. (D'une conversation avec P.Gasparino à Radio Maria)
Comme il est facile de gaspiller ce trésor!
La Reine de Saba de retour dans son pays, ne se lassait pas de raconter les merveilles qu'elle avait vues
dans le temple de Salomon et en parlait toujours avec un plaisir renouvelé. Il devrait en être de même
pour le chrétien qui a écouté pieusement la S.Messe. Rentrant chez lui, il devrait s'entretenir avec ses
enfants et ses familiers et demander ce qui, dans ce saint Office, les a frappés et attirés en priorité. Mon
Dieu, que suis-je en train de dire?... Combien de parents et de maîtres, si on leur parlait de ce qu'ils ont
entendu à la Messe, riraient d'une telle question et demanderaient qu'on ne les importune plus désormais!
Toutefois, comme constatation de caractère général, il semble que la parole de la Messe soit encore
écoutée. Pourtant, à peine sortis de l'église, on se laisse aller à toutes sortes de dissipations: on se lève
avec précipitation, on court, on s'affole à la sortie. Le prêtre n'a pas encore descendu les marches de
l'autel qu'on est déjà dehors, à s'entretenir de mille choses. Voici, frères, quel est le résultat d'une telle
conduite: on ne recevra aucun profit, aucun avantage de ce qu'on a vu et entendu dans la maison de Dieu.
Combien de grâces gaspillées, combien de possibilités de salut méprisées!
Quel malheur! Réussir à transformer en dommage ce qui devrait être une aide efficace pour atteindre la
vie éternelle! Vous aurez constaté de vos propres yeux combien sont pesantes les saintes cérémonies
pour la plupart des chrétiens: ils ont changé ce peu de temps à l'église en une espèce de geôle et, à peine
sortis, nous les avons entendus se disperser et parler avec vivacité et enthousiasme comme s'il s'agissait
de prisonniers venant d'être libérés. Combien de fois n'avons-nous pas été contraints de fermer la porte
pour ne pas être étourdis par leur vacarme? Mon Dieu, est-ce que ce ne sont pas ces chrétiens qui
devraient sortir de votre saint temple avec le coeur plein de ces bonnes résolutions qu'ils devraient
s'efforcer d'imprimer dans leur esprit pour ne jamais les oublier?
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (8 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
Des instructions du S.Curé d'Ars
Courons à la source
de la Miséricorde!
Le Saint Père a mis en relief trois moyens spirituels pour le prochain Jubilé:
1. Le retour à la confession sacramentelle, comme signe de conversion;
2. La pleine fidélité au jour du Seigneur;
3. l'esprit de solidarité qui se concrétise en oeuvres de charité effective envers ceux qui en ont besoin.
Sous le titre 'Je veux faire une bonne confession' l'Archevêque de Loreto, Mgr Angelo Comastri, a tracé
un schéma d'examen de conscience, qui tient compte de la situation existentielle actuelle.
Un examen de conscience pour
une vraie confession aujourd'hui
Esprit Saint, aide-moi à confesser toutes mes fautes avec sincérité et un vrai repentir.
1° - Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur"
- Suis-je chrétien dans la vie de tous les jours, ou seulement d'état-civil?
- Ma foi est-elle authentique et généreuse, ou seulement de façade? Suis-je superstitieux, est-ce que je
crois en la magie, aux sortilèges? Est-ce que je fréquente les cartomanciennes, les devins? Et
l'oroscope?...
- Prié-je seulement quand j'ai besoin de grâces ou bien toujours, même quand pour moi 'les choses ne
vont pas bien' (santé, affaires...)
- Blasphèmes, imprécations, malédictions de Dieu, la Madone, les Saints, les choses saintes?...
- Est-ce que je participe avec dévotion et fruit à la Messe dominicale, aux Sacrements, à la catéchèse?
Est-ce que je parle mal de la religion, de l'Eglise, du Pape?
- Qui comptent le plus pour moi: l'argent, le bien-être matériel, la carrière, le succès, les divertissements,
ou bien Dieu et le salut éternel?
2° - "Aimez vous en frères comme Je vous ai aimés"
- L'Evangile enseigne qu'on ne peut aimer Dieu si l'on n'aime pas aussi son prochain. En suis-je
convaincu?
- Comme enfant, suis-je obéissant et respectueux de mes parents, grands-parents, frères et soeurs, et de
mes proches? Est-ce que je suis leurs conseils? Est-ce que je les assiste, s'ils sont malades ou âgés? Qu'en
est-il de mes engagements à l'étude, au travail?
- Comme parents, est-ce que je me préoccupe de l'éducation humaine et chrétienne de mes enfants?
Est-ce que je leur donne le bon exemple? Est-ce que je trouve le temps et les moyens pour rester avec
eux, pour prier ensemble?
- Comme conjoint, suis-je fidèle aux engagements du mariage et de la famille? Suis-je ouvert au
dialogue, suis-je patient, est-ce que je sais pardonner, supporter les limites et les défauts de l'autre?
- Est-ce que j'aime mon prochain à l'exemple du Seigneur Jésus Christ ou suis-je prompt à la calomnie,
l'envie, la jalousie, la médisance, la vexation?
- Dans mon travail suis-je juste, honnête, respectueux des droits?
- Ai-je respecté la vie d'autrui... procuré ou conseillé l'avortement?
- Ai-je volé... trompé dans mon commerce... endommagé le bien d'autrui ou de la collectivité?
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (9 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
- Est-ce que je conduis ma voiture avec prudence, dans le respect de ma vie et de celle d'autrui?
3° - Devoirs envers moi-même
- Comme chrétien, ai-je conscience d'être 'Temple de l'Esprit Saint'?
- Ai-je soin de ma vie spirituelle avec la prière quotidienne, avec la parole de Dieu?
- Est-ce que je participe avec intérêt et sens du devoir à la vie de la communauté paroissiale, diocésaine?
- Comment est-ce que j'utilise mon temps et les différents dons reçus du Seigneur?
- Est-ce que je conserve purs mon coeur et mon corps? Est-ce que je cultive des pensées et désirs qui ne
sont pas limpides? Est-ce que je donne scandale par mon comportement? Est-ce que je me permets des
lectures, spectacles télévisés et divertissements scandaleux?
- Y a-t-il exagération de ma part dans le boire, le manger, le tabac? Fais-je usage de drogue? Est-ce que
je pratique les jeux de hasard, les paris?
- Comme citoyen chrétien, est-ce que je m'acquitte de mes devoirs politiques et sociaux... de mes impôts?
Est-ce que je respecte l'environnement? Quelles autres choses ma conscience me reproche-t-elle?...
Après la confession sincère et complète de nos manques, surtout graves, le prêtre suggère des conseils
opportuns pour une vie chrétienne plus vivante et cohérente. Il invite donc, comme 'pénitence' à réciter
quelques prières ou à accomplir un geste pénitentiel ou de charité en faveur des pauvres, dans lesquels
Jésus est caché.
La confession se termine avec la récitation de l'acte de contrition, comme signe et expression de repentir
des péchés et de ferme propos.
Embûches sur la route de l'année jubilaire
Il y a le risque que la vision spirituelle et pastorale de l'Année Sainte qu'on s'active à préparer soit mal
comprise, obscurcie et même franchement submergée par des préoccupations marginales et secondaires,
comme la préparation de pèlerinages, voyages, réservations hôtelières, etc... cachant des intérêts
économiques (même fondés) qui se concilient mal avec les grandioses finalités du Jubilé, chaudement
encouragées par le Pape. Nous devons lui renouveler notre fidélité, nous souvenant de la parole du
Christ: "Tu es Pierre et sur cette pierre Je bâtirai mon Eglise! Pais mes agneaux! Confirme tes frères!"
Paul VI, un Pape dans la
tempête, bientôt sur les autels
Bien que les 165 témoignages recueillis dans les actes n'aient pas encore été rendus publics, la vie et les
écrits de Paul VI nous sont des guides pour en tracer un portrait authentique.
Sur le point de quitter ce monde, le pontife écrit dans son testament: "Je ferme les yeux sur cette terre
douloureuse, dramatique et magnifique, appelant encore sur elle la divine bonté" révélant ainsi combien
d'amour souffert pour l'humanité portait en lui ce Pape, en apparence si sérieux et mesuré.
C'était un intellectuel, de famille bourgeoise, rappelle le Card.Ruini, et pour cela suspect à la culture
populiste de son temps; de fait, il a vécu dans une période tourmentée de l'histoire et de l'Eglise.
Tandis que le pontificat de Jean XXIII fut contresigné par l'enthousiasme, celui de Paul VI fut vraiment
tourmenté: mais c'est justement là qu'il prouva sa foi et sa capacité à maintenir le timon de la 'Barque de
Pierre' . A la suite du Concile, des tendances progressistes et des résistances conservatrices s'affrontèrent
au sein de l'Eglise au point que le pape Montini se trouvant pris entre deux feux était ballotté
alternativement de l'une à l'autre tendance.
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (10 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
Que fit-il alors? Au milieu de tout cela, il sut réformer la Curie Romaine. Le Card.Ruini rappelle: "Il
possédait une espérance profonde, théologale: il a cru dans le futur de l'Eglise et dans une renaissance du
christianisme". Son présumé pessimisme fut une invention des médias; en fait, il renforça l'institution de
Jean XXIII pour l'unité des chrétiens; il en créa même de nouvelles pour les rapports avec l'hébraïsme,
avec les musulmans, avec les non-chrétiens, avec les non-croyants, pour les communications sociales,
pour le soin des émigrants, pour les laïcs. Il fut un analyste lucide et rigoureux des maux de son temps; il
eut l'intuition des temps nouveaux et du besoin caché, mais croissant, de spiritualité.
Le Pape Montini fut le premier à inaugurer les grands voyages apostoliques pour témoigner l'Evangile
dans tous les horizons de la terre, baisant le sol en signe de remerciement à Dieu Père pour chaque terre,
pour chaque peuple. A peine élu Pape il avait choisi (à la surprise générale) le nom de "Paul" en
hommage à l'Apôtre des Gentils; il adopta une simple mitre d'Evêque, offrant aux pauvres la précieuse
tiare de 3 couronnes; et il remplaça la cohorte pontificale par un simple corps de garde. Face aux
injustices planétaires et au renforcement de la logique de l'armement de la guerre froide, Paul VI fut le
premier à se rendre au siège des Nations Unies à New York le 4 avril 1965 pour crier au monde: "Jamais
plus la guerre, jamais plus! C'est la paix qui doit guider le destin des peuples et de toute l'humanité".
Ensuite il institua la Journée mondiale pour la Paix.
Paul VI ne fut pas immédiatement populaire mais il fut un innovateur. Comment communiquait-il sa foi?
Il écrivit un petit traité sur le rapport du croyant avec le monde moderne, qu'il intitula "De fortis
dulcedine" (La forte douceur). Homme et Pape, il était ainsi: fermeté dans la foi mais douceur, ouverture
dans l'approche de l'autre.
Beaucoup l'accusèrent d'être un homme triste, mélancolique, et ce fut certainement une surprise quand,
pour l'Année Sainte 1975 il écrivit une exhortation apostolique toute consacrée à la joie: "Gaudete in
Domino" (Réjouissez-vous dans le Seigneur), dans laquelle il s'exprimait ainsi: "La société
technologique a pu multiplier les occasions de plaisir, mais elle réussit difficilement à procurer la joie.
Parce que la joie vient d'ailleurs, elle est spirituelle. La joie d'être chrétien, étroitement uni à l'Eglise,
dans le Christ, en état de grâce de Dieu, est vraiment capable de remplir le coeur de l'homme".
Le jeune prêtre Montini n'aspirait pas à faire une carrière ecclésiastique, il aurait préféré être pasteur des
âmes de son diocèse brescian, mais c'est le style de Dieu de choisir ses guides parmi les pasteurs (comme
David) ou parmi les pécheurs (comme Pierre) pour qu'ils puissent "paître ses brebis" selon son Coeur:
celui du Bon Pasteur. En cours également est la cause de béatification du Pape Jean XXIII.
Nicola
La "petite Thérèse"
pèlerine en Russie
Les frères de la 'Dom Marri' (Maison de Marie) de Moscou qui éditent Echo de Marie en russe, écrivent
dans leur bulletin Pro Deo et Fratribus la merveilleuse aventure des reliques de Ste Thérèse dans leur
terre.
Le soir du 24 février, pour attendre Thérèse il y avait seulement 3 personnes: le secrétaire de l'Evêque,
une religieuse de nos collaboratrices, et Mme Maria-Teresa, épouse de l'ambassadeur du Guatemala,
dévote de la Sainte. Les autres s'étaient découragés en raison des interminables formalités
bureaucratiques prévisibles. Mais tout se déroula rapidement, bien que quelques imprévus aient
finalement contraint les reliques à passer la nuit au siège de l'ambassade.
Le matin du 25, une Messe en l'honneur de la Sainte est célébrée dans l'église de l'Immaculée; hélas! au
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (11 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
moment d'ouvrir le reliquaire on se rend compte que manquent les indispensables clés (la responsable
s'étant perdue en ville). On décide donc de commencer la célébration, ne serait-ce que pour atténuer la
forte tension créée par l'attente. Puis, à la surprise générale, peu avant la Consécration - le moment de
plus solennel de la Messe - un prêtre présent réussit, nul ne sait comment, à ouvrir le reliquaire scellé,
provoquant dans tous les coeurs l'émotion que l'on devine!
Le jour suivant était une journée libre, non prévue (on avait estimé à une durée bien supérieure les
formalités douanières); les reliques furent donc portées à la Dom Marii (Maison de Marie), lieu de
rencontre oecuménique entre catholiques et orthodoxes. Mais, ici encore, une difficulté imprévue nous
attendait: les portes de la 'Maison' étaient trop étroites! On dut donc faire passer le reliquaire par la
fenêtre, en ouvrant les grilles... et c'est ainsi que Ste Thérèse fut reçue dans la salle à manger où 140
pauvres prennent habituellement leur repas. Nous croyons que cette visite a été une garantie pour le futur
de cette maison, au milieu d'une ville aussi éloignée de Dieu.
St Pétersbourg attendait Thérèse le 27 février et, au début du voyage fait dans la voiture de
l'ambassadeur, on a pensé faire passer la Sainte dans les lieux principaux de Moscou pour porter partout
sa bénédiction (même à la Maison Blanche, au Parlement, etc...). Les rues interdites, surtout près de la
Place Rouge, ne découragèrent pas le chauffeur de la voiture diplomatique qui réussit à stationner juste
devant le tombeau de Lénine, pour exposer les reliques devant les restes du 'persécuteur des chrétiens'.
En cette occasion, nous avons prié pour obtenir la grâce d'une rencontre entre le Saint Père et le
Patriarche de toutes les Russies, Alexis II.
La Cathédrale de l'Assomption, l'église du séminaire catholique, accueillit Ste Thérèse à St Pétersbourg.
La S.Messe fut présidée par le recteur du séminaire, Mgr B.Antonini et par tous les professeurs.
Novgorod, Pskov, Smolensk, Kaluga, puis toutes les autres grandes villes, jusqu'à Vladivostok seront les
étapes ultérieures de ce voyage à travers la Russie pour traverser ensuite tout le Kazakhistan jusqu'au
terme, fixé au 1er juillet. C'est un événement très important pour la Russie parce que Ste Thérèse de
l'Enfant Jésus a été déclarée par Pie XI patronne de la Russie, aux côtés de St Nicola. Avec ce voyage, la
petite Thérèse aura certainement préparé au Pape son voyage afin qu'il puisse venir visiter les frères des
peuples russes: "Après ma mort, je répandrai une pluie de roses" avait prophétisé la Sainte. Elle est
maintenant en train de la répandre sur l'ex-empire russe.
P. Rolf-Philipp
Les nouveaux martyrs
215 en Corée - En vue du Jubilé de l'An 2000, une Commission vaticane spéciale s'emploie à constituer
une liste des nouveaux martyrs du XXème siècle pour mettre à jour le martyrologe. La Conférence
épiscopale de la Corée du Sud a présenté 215 noms dont 209 catholiques et 6 anglicans. Il s'agit de laïcs,
religieux, prêtres et Evêques en majeure partie tués pendant la seconde guerre mondiale et la guerre de
Corée (1950-53). Historiquement les martyrs ont toujours été ferment d'unité entre les chrétiens, par leur
témoignage nous souhaitons qu'il en soit de même parmi les diverses confessions.
108 martyrs de la persécution nazie contre la Pologne ont été béatifiés par le Pape à Varsovie le 13 juin
devant un million de personnes: 3 étaient Evêques, 52 prêtres, 26 religieux, 15 frères et soeurs profès et 9
laïcs. A 62 d'entre eux fut infligée une mort violente; les autres moururent sous la torture ou de
privations. Beaucoup d'entre eux tombèrent dans les camps d'extermination. En outre ont été déclarés 3
Bienheureux et une Sainte: Kinga.
"Repenti" le bourreau
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (12 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
des Khmers rouges
Le chef des services secrets de Pol Pot (le dictateur qui a tenu le Cambodge sous la terreur de 1975 à
1979) s'est converti au christianisme; il vit 'repenti et profondément affligé' et, à ses dires: "prêt à être
jugé par un tribunal international".
Dans la tristement célèbre prison qu'il dirigeait ont été torturés et tués plus de 16 mille personnes. Les
uniques survivants (7 en tout) l'ont décrit comme "un monstre à l'apparence humaine" même si, comme il
l'affirme, les tortures et exécutions étaient accomplies après approbation de la totalité du groupe dirigeant
Khmer rouge. Disparu pendant un certain temps, après sa conversion Kang Kek Ieu dit avoir collaboré
pendant des années à des organisations internationales humanitaires.
Le jour des enfants non-nés - Le Président argentin, Carlos Menem, a institué le 25 mars (fête de
l'Annonciation) comme 'jour de l'enfant non-né' signant un décret où il affirme que, pour la législation
argentine, "la vie commence au moment de la conception".
Nouvelles de la terre bénie
Mgr Bertone: considérer Medj.
comme les grands Sanctuaires marials
Mgr Bertone, secrétaire du dicastère de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a affirmé dans une
interview accordée au Modérateur Général des Béatitudes, Dr. Ferrand Sanchez et au P.Xavier Wallaxs
le 12.1.99, l'importance du service d'assistance aux pèlerins à Medj. Puis il a ajouté: "Pour le moment, il
faut considérer Medjugorje comme un Sanctuaire, un lieu de culte marial, au même titre que
Czestchokowa.
La Congrégation pour la Doctrine de la Foi a demandé à la Conférence Episcopale de
Bosnie-Herzégovine de reprendre le dossier à partir de zéro, et cette fois-ci avec une équipe d'experts.
Ceux-ci travailleront de manière complète".
D'après Mgr Bertone, ce qui intéresse Rome au premier chef, c'est surtout de donner une ligne pastorale
solide pour guider les foules qui se rendent à Medj. depuis longtemps, comme elles le font à
Czestchokowa.
Quant à trancher si oui ou non les 6 voyants voient la Sainte Vierge, là n'est pas encore la question
fondamentale (...). Le souci de Rome est de mettre l'accent sur la pastorale sacramentelle, notamment la
Réconciliation et l'Eucharistie. Rome demande de guider les pèlerins à la prière, à la conversion, à la Foi
de l'Eglise, et d'éviter d'entretenir en eux la recherche de l'extraordinaire, de l'anecdotique, du superficiel,
bref de tout ce qui pourrait représenter une distraction de l'essentiel".
Soeur Emmanuel
La France est actuellement victime d'une campagne de désinformation; afin de permettre à nos lecteurs
de répondre en toute connaissance de cause à leurs interlocuteurs nous leur conseillons de reprendre les
précédents numéros de notre journal, qui a toujours relaté avec exactitude les événements de Medjugorje
et la position de l'Eglise à son sujet. Vous pouvez d'ailleurs vous procurer à notre adresse d'Orléans les
photocopies:
- d'une lettre dans laquelle le P.Daniel-Ange répondait à une précédente campagne calomniatrice (notre
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (13 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
n°136 pp.4 et 5)
- d'une lettre de Mgr Tarcisio Bertone - secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, présidée
par Mgr Ratzinger - adressée le 26 mai 1998 à Mgr Gilbert Aubry, Evêque de St Denis de La Réunion
(notre n°140 p.4).
Ces textes suffiraient à dissiper toute équivoque; mais on peut toujours lire avec profit l'un des nombreux
livres du P.René Laurentin ou de Sr Emmanuel, ainsi que la brochure 'Medjugorje face à l'Eglise' (toutes
librairies).
Le Rosaire et l'amour
sauvent de la drogue
Le rythme alterné des Ave Maria scande les journées de la Communauté Cénacle, désormais connue de
tous pour l'usage de la prière comme cure de la toxico-dépendance. "Chez nous, on récite le rosaire trois
fois par jour, comme on se nourrit" affirme Sr Elvira, la fondatrice de la Communauté. "Comme on
alimente son corps pour travailler, la prière soutient la joie, l'espérance, la paix. Il est important d'avoir
des modèles, et le nôtre est la Madone".
En 15 années de vie la Communauté a accueilli 15 mille toxico-dépendants qui ont trouvé ici la voie de
sortie de la drogue en se servant vraiment de la prière, surtout du rosaire: "La Madone à Lourdes, à
Fatima, à Medjugorje, a recommandé le rosaire. Il est évident qu'il y a dans cette prière un potentiel
mystérieux" continue la Soeur piémontaise, "le chapelet guérit la psyché, c'est une force qui passe dans
les veines. C'est une présence, pas seulement un signe".
La méthode employée dans les 27 maisons disséminées dans le monde est chrétienne, appliquée
radicalement: si l'homme est image de Dieu, Lui seul peut la reconstruire. C'est pourquoi ils appellent
leurs centres 'écoles de vie' et non 'communautés thérapeutiques'; au lieu de 'cure' on parle de 'chemin de
résurrection'. Sr Elvira explique: "Nous avons des règles rigides et exigeantes parce que les jeunes
doivent se familiariser avec la croix et apprendre à la porter. Nous n'imposons rien, nous respectons leur
liberté, car la vraie liberté consiste à connaître Qui les a créés. C'est une vérité que nous proposons de
manière graduelle et différenciée, mais pour nous la guérison ne suffit pas, nous voulons le salut. Si nous
les sortons de la drogue et qu'ils retournent dehors sans un idéal, ils restent des désespérés". (On calcule
qu'au moins 80% des hôtes de ces Communautés guérissent définitivement).
Le "Champ de la vie", la maison née à Medj. il y a 9 ans compte environ 80 jeunes de 18 nations
différentes. Leur présence est une réalité importante pour Medj. parce qu'elle témoigne 'au quotidien'
comment Notre Mère est venue réellement sauver Ses enfants, et parmi eux les jeunes tombés victimes
de la drogue, cette grande plaie de notre siècle. "Quand ils s'en vont nous organisons une fête où nous
leur confions la croix et le rosaire: la croix parce qu'ils la rencontreront tout de suite, et le rosaire parce
qu'ils ne devront jamais plus se séparer de la prière".
Cependant, tous ne s'en vont pas; au contraire, nombreux sont les 'volontaires par amour': des jeunes déjà
détruits par la drogue, qui deviennent missionnaires pour les autres (à tel point que certains animent seuls
une Maison au Brésil). Ils ne craignent pas les responsabilités parce qu'ils ont appris à connaître la
paternité de Dieu qui s'occupe de pourvoir quotidiennement au nécessaire. En fait, personne ne paie de
pension à la Communauté, pas plus que ne sont acceptés des fonds publics pour que les jeunes
comprennent bien que la société ne doit pas payer pour eux, mais eux-mêmes avec leurs sacrifices et leur
travail, soutenus par la confiance en Dieu.
Reconnue au niveau diocésain la Communauté Cénacle compte de nombreux collaborateurs qui s'offrent
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (14 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
comme instruments dans cette grande oeuvre d'amour: laïcs, couples, consacré(e)s, outre plus de 800
familles qui ont compris que seul l'amour sauve!
(résumé de 'Avvenire' du 12.3.99)
François et Jacinthe de Fatima Bienheureux
10 ans pour l'un et 11 pour l'autre: ce seront les plus jeunes, non martyrs, déclarés bienheureux selon la
procédure régulière. Le Pape en a donné l'annonce le 29 juin, approuvant le miracle accompli par leur
intercession sur une femme atteinte d'un cancer depuis 20 ans. On objectera: "Trop petits pour pouvoir
être déclarés saints!". Mais pensons qu'en prison ils surent résister à l'assurance de la menace de mort s'ils
ne révélaient pas le secret. Il n'existe pas d'âge particulier pour pouvoir être saint et exercer l'héroïcité des
vertus.
René Laurentin à Medjugorje - L'expert marial français bien connu, auteur de nombreux livres sur Medj.
est venu avec un groupe de pèlerins français, participant aux programmes de prières du soir dans l'église
et donnant des enseignements aux pèlerins sur les apparitions.
Ma vie avec la Madone:
un voyant explique et nous rappelle...
Jakov Colo raconte: J'avais 10 ans quand la Gospa apparut pour la première fois et auparavant je n'avais
jamais pensé à une apparition. Nous vivions ici, dans un pays qui était assez pauvre, sans nouvelles et
nous ne savions rien d'autres apparitions, ni de Lourdes, ni de Fatima, ni d'autres lieux où est apparue la
Madone. Et puis, à cet âge, un enfant de 10 ans ne pense vraiment pas aux apparitions, à Dieu... Sa tête
est pleine de choses beaucoup plus importantes pour lui: rencontrer ses copains, jouer, il ne pense pas à la
prière.
Pourtant, quand j'ai vu pour la première fois, sous la montagne, un visage de Femme qui nous invitait à
gravir la colline, tout de suite j'ai ressenti dans mon coeur quelque chose de spécial. J'ai immédiatement
compris que ma vie changerait totalement. Puis, quand nous avons monté sur le Podbrdo, quand nous
avons vu de près la Madone, Sa beauté, et quelle paix, quelle joie Elle nous transmettait, à ce moment
rien n'existait d'autre pour moi. Il n'y avait qu'Elle et dans mon coeur il y avait seulement le désir que
cette apparition se répétât encore, que nous puissions La revoir.
La première fois que nous L'avons vue, la joie et l'émotion nous ont empêchés de prononcer le moindre
mot; nous avons seulement pleuré de joie et prié que cela se renouvelle. Le même jour, quand nous
sommes revenus dans nos maisons s'est présenté le problème: comment dire à nos parents que vous
avions vu la Sainte Vierge? Ils allaient nous dire que nous étions fous! En fait, au début leur réaction n'a
pas été tellement positive; Pourtant, en nous voyant, notre comportement (comme disait ma maman,
j'étais devenu tout différent: je ne voulais plus sortir avec mes amis, je voulais aller à la Messe, prier,
aller sur la colline des apparitions...), ils ont commencé à croire et je puis dire que, de ce moment a
débuté ma vie avec la Madone.
Je L'ai vue durant 17 années. On peut dire que j'ai grandi avec Elle, j'ai tout appris d'Elle, tant et tant de
choses que j'ignorais auparavant. Quand Notre Mère est venue ici, Elle nous a tout de suite invités à Ses
messages principaux qui étaient pour moi tout à fait nouveaux; p.ex. la prière, les trois chapelets du
Rosaire. Je me demandais pourquoi prier les trois chapelets du Rosaire, et que pouvait bien être le
Rosaire?... Je me demandais pourquoi jeûner et à quoi cela pouvait servir... ce que signifiait 'se
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (15 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
convertir'... pourquoi prier pour la paix...? Tout cela était nouveau pour moi! Pourtant, dès le début j'ai
compris une chose: pour accepter tout ce que la Madone nous dit, il suffit de nous ouvrir totalement à
Elle. Tant de fois Elle nous dit dans Ses messages: Il suffit que vous M'ouvriez votre coeur et Je
m'occupe du reste. J'ai compris et j'ai remis ma vie dans les mains de la Sainte Vierge. Je Lui ai dit de me
guider afin que tout ce que je ferai soit selon Sa volonté, ainsi a commencé mon propre chemin avec la
Gospa.
La Madone nous a invités à la prière et recommandait de faire revenir le S.Rosaire dans nos familles
parce qu'Elle disait qu'il n'y a rien de plus grand pour unir les familles que de prier ensemble le
S.Rosaire, et particulièrement avec nos enfants. Je vois que beaucoup de personnes viennent ici et me
demandent: mon fils ne prie pas, ma fille ne prie pas, que dois-je faire? Et moi je leur demande:
avez-vous quelques fois prié avec vos enfants? La plupart disent que non; et nous ne pouvons pas
attendre que nos enfants prient parvenus à 20 ans quand jusque là ils n'ont jamais vu la prière dans leurs
familles, ils n'ont jamais vu qu'il existe Dieu dans leurs familles. Nous devons donner l'exemple à nos
enfants, nous devons leur apprendre; il n'est jamais trop tôt pour enseigner ses enfants. Evidemment,
nous ne devons pas les soumettre à réciter à 4 ou 5 ans le Rosaire entier, mais il faut au moins consacrer
un temps pour Dieu, afin qu'ils comprennent que Dieu doit être à la première place dans notre famille.
(...)
Pourquoi Notre-Dame vient-Elle? Pour nous, pour notre futur. Elle dit: Je veux vous sauver tous et vous
confier un jour à mon Fils comme le plus beau bouquet. Ce que nous ne comprenons pas, c'est que la
Madone vient ici pour nous. Combien est grand Son amour pour nous! Notre Mère dit toujours qu'avec la
prière et le jeûne nous pouvons tout faire, même arrêter les guerres. Nous devons comprendre les
messages de la Madone, mais nous devons auparavant les comprendre dans notre coeur. Si nous ne Lui
ouvrons pas notre coeur, nous ne pouvons rien faire, nous ne pouvons pas accepter Ses messages.
Je dis toujours que l'amour de la Sainte Vierge est immense et, en ces 18 ans, Elle nous l'a montré tant et
tant de fois, répétant toujours les mêmes messages pour notre salut. Pensez à une mère qui dit sans cesse
à ses enfants "fais ceci, fais cela"; il finit par le faire; mais nous, nous persistons dans le mal. Malgré
cela, Notre-Dame continue à venir ici et à nous inviter encore aux mêmes messages. Il suffit de voir Son
amour s'exprimer au moyen du message qu'Elle nous donne le 25 de chaque mois, terminé par cette
formule merci d'avoir répondu à mon appel. Comme Notre-Dame est grande quand Elle nous remercie
parce que nous avons répondu à Son appel. C'est au contraire nous qui devrions Lui dire merci à chaque
seconde de notre vie parce qu'Elle vient ici, parce qu'Elle vient nous sauver, parce qu'Elle vient nous
aider.
La Madone nous invite aussi à la prière pour la paix parce qu'Elle est venue ici comme Reine de la Paix
et, avec Sa venue nous apporte la paix de Dieu et nous donne Sa paix; nous devons seulement décider si
nous voulons Sa paix. Beaucoup se sont demandés au début pourquoi la Madone insistait tant sur la
prière pour la paix, parce qu'à ce moment nous avions la paix. Ensuite, nous avons bien évidemment
compris le pourquoi de cette grande insistance et pourquoi Marie disait avec la prière et le jeûne vous
pouvez arrêter même les guerres. Après 10 années de ces invitations quotidiennes à la prière pour la paix,
ici la guerre a éclaté. Au fond de mon coeur je suis certain que si nous avions tous accepté les messages,
beaucoup de choses ne se seraient pas produites. Non seulement la paix dans notre terre, mais aussi dans
l'univers entier.
Vous devez tous être Ses missionnaires et porter Ses messages. Notre Mère nous invite aussi à nous
convertir, mais dit qu'avant tout nous devons convertir notre coeur, car sans la conversion du coeur nous
ne pouvons parvenir à Dieu. Et puis, il est logique que si nous n'avons pas Dieu dans notre coeur nous ne
pouvons rien accepter, même pas ce que la Madone nous dit; si nous n'avons pas la paix intérieure nous
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (16 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
ne pouvons pas prier pour la paix dans le monde. Tant de fois j'entends dire par les pèlerins: "Je suis en
colère contre mon frère, je lui ai pardonné mais il vaut mieux qu'il soit loin de moi". Ce n'est pas la paix,
ce n'est pas le pardon, parce que Notre-Dame nous apporte Son amour et nous devons faire preuve
d'amour envers notre prochain et l'aimer, en priorité nous devons pardonner pour avoir la paix du coeur.
Beaucoup, quand ils viennent à Medj. disent: Peut-être verrons-nous quelque chose, peut-être
verrons-nous la Madone, le soleil tourner... Mais moi je dis à tous ceux qui viennent ici que la chose
principale, le plus grand signe que Dieu peut vous donner, c'est vraiment la conversion. C'est le plus
grand signe que tout pèlerin peut recevoir à Medj. Que pouvez-vous emporter de Medj. comme souvenir?
Les plus grands souvenirs de Medj. sont les messages de la Madone: vous devez témoigner, ne pas avoir
honte. Nous devons seulement comprendre que nous ne pouvons obliger personne à croire. Chacun de
nous a le libre choix de croire ou non; nous, nous devons témoigner, et pas seulement en paroles.
Dans vos maisons vous pouvez constituer des groupes de prière, il n'est pas nécessaire d'être deux cents
ou deux mille, nous pouvons bien n'être que deux ou trois; mais le premier groupe de prière doit être
notre famille; ensuite nous devons accepter les autres et les inviter à prier avec nous.
Puis il raconte la dernière apparition de la Sainte Vierge qu'il eut à Miami le 12 septembre 98, déjà
décrite dans notre numéro 142, p.5.
(Interview du 7.12.98: F. Silvi et A. Bonifacio)
Erratum: Dans notre numéro 144 p.3, il convient de lire non pas 'La tragédie du Soudan du Nord' mais
'La tragédie du Soudan du Sud'.
Un nouveau Medjugorje à Panama
L'Archevêque de Panama en visite à Medj. raconte son expérience - "C'est la première fois que je viens à
Medj. Je suis avec une vingtaine de pèlerins. En ces jours j'ai vu et vécu une intense dévotion et ferveur
dans la prière. L'esprit de foi qui se perçoit dans la prière stimule à un renouvellement de la foi, dans les
coeurs de ceux qui se rendent ici.
Les fruits de Medj., grâce à Dieu, sont visibles à Panama: nous avons une communauté paroissiale
guidée par François Verar. Il vient souvent à Medj. et a organisé l'Eglise comme celle d'ici. Tous les soirs
se déroulent dans cette Eglise les mêmes programmes qu'à Medj. et ils sont très priants. De plus, il a
constitué une Communauté qui s'intitule 'Soeurs de la Reine de la Paix'. Le 25 juin 1998 j'ai reconnu
cette Communauté au niveau épiscopal quand j'ai vu comment elle vit et oeuvre, et aussi à travers les
témoignages d'autres sources.
P. Jozo répond et précise au cours d'une mission aux USA, où il a été interrogé sur l'invitation à la prière
qu'il aurait adressée aux pèlerins à Medj. (prier 9 neuvaines consécutives pour éviter le risque d'une
troisième guerre mondiale): "Je ne connais pas la source de ce message qui m'a été attribué, mais une
chose est évidente: quand un appel est lié à une menace comme la possibilité d'une troisième guerre
mondiale, cela vient d'individus qui ont peur. (...) Pourquoi ce besoin d'ajouter la peur à la prière? Rien
n'est plus éloigné de l'esprit de Medj. que la peur! La Gospa ne nous donne jamais la peur!".
Mgr Schönborn, Archevêque de Vienne, reçut le 28 avril le P.Schoffberger et Sr Emmanuel. Celle-ci
écrit: "Au cours de l'échange, nous avons évoqué Medj. Parmi d'autres choses très positives, j'ai voulu
aussi partager avec lui ma tristesse devant la vague de calomnies inadmissibles contre certains témoins
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (17 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
de Medj., recopiées par des médias même catholiques et signées par des gens qui, pour la plupart, n'ont
jamais rencontré personnellement les voyants, ni les prêtres du lieu. Le Cardinal n'était pas dupe des
vieilles méthodes utilisées à l'Est pour démolir le nom d'un prêtre qui gêne.
Après avoir écouté paisiblement, le Cardinal me dit: "Savez-vous, Sr Emmanuel, que j'avais invité le
P.Jozo Zovko à parler dans ma cathédrale il y a deux ans?" (...) "Eh bien, je vous prie de dire au P.Jozo
que je l'invite à nouveau à parler dans ma Cathédrale!".
"Demeurer avec Dieu Père"
Sur ce thème s'est déroulé à Numana du 6 au 9 mai le congrès guidé par P.Tomislav Vlasic. Attentif aux
besoins spirituels des participants - plus de 800 cette année - et conscient de devoir apporter le fruit de sa
propre expérience de pasteur des âmes, p.Tomislav a tracé un tableau efficace de notre rapport avec Dieu
Père, indiquant quelques passages obligatoires et les pas respectifs à accomplir, dont nous rapportons la
synthèse. L'atmosphère sereine et l'engagement des participants qui ont collaboré activement - avec
l'adoration eucharistique personnelle, même nocturne - ont été déterminants: nous avons vécu une
expérience de communion et de paix qui culmina avec le renouvellement des promesses baptismales dans
la Veille de la Résurrection.
1. Appelés à la vie... Demeurer avec Dieu signifie vivre. Dans la création, l'homme était en harmonie
avec Dieu. Quand Il nous a créés, Dieu Père nous a destinés à la plénitude, à la perfection et c'est la base
de Ses rapports avec nous: Il reste en nous, Il agit en nous. La création n'est pas seulement un acte du
passé, mais d'aujourd'hui; toute l'histoire du salut est un appel continu à revenir à ce rapport de vie qui
atteint sa plénitude en Jésus Christ. C'est un rapport vital! Cela n'a rien à voir avec une idéologie, il n'y a
rien à apprendre de mémoire: toutes les lois de Dieu se trouvent à l'intérieur de nous. Qui transgresse ces
lois inscrites en lui, agresse la vie et ainsi naît la guerre. Nous, au contraire, sommes appelés à
communiquer avec la source de la vie: Dieu Père.
2. ...non à la guerre! La guerre contre la vie, contre Dieu advient quand l'homme refuse de mourir à ses
propres projets. Dans la profondeur de l'homme qui n'est pas réconcilié avec Dieu naît la peur. C'est satan
qui fait entrer la peur qui provoque ensuite, selon les personnes, agressivité ou dépression.
Mais cette guerre ne reste pas seulement dans une âme, elle se transmet aux autres; ainsi tout part d'une
âme qui ne réussissant pas à avoir un rapport complet avec Dieu Père commence à détruire, elle-même et
les autres. La guerre ne se résoud pas avec des argumentations humaines, mais en se réconciliant avec
Dieu Père. Il suffit d'une seule âme réconciliée avec le Père pour terrifier Lucifer et l'abattre. Qui vient à
la lumière de Dieu Père vainc sa guerre personnelle et porte la lumière autour de lui et dans l'univers.
Je vous invite à ce travail intérieur et à cette ouverture à Dieu qui est Père. Il ne s'agit pas d'une ouverture
mentale, humaine, dans laquelle il importe de savoir bien parler du Père ou lire des livres de grande
théologie; il ne s'agit pas non plus d'un sentiment affectif, mais d'un rapport de l'âme avec Dieu.
L'ouverture inconditionnelle à Dieu porte inévitablement à la Résurrection, il n'existe absolument aucune
personne qui en soit empêchée. Même nos péchés et nos limites ne sont pas des obstacles si nous voulons
entrer dans un rapport de fidélité vitale avec Dieu Père.
3. Qu'arrive-t-il quand nous répondons à l'appel de Dieu? Lorsque nous nous mettons à prier devant Dieu
Père fuient beaucoup de doutes et peurs. Une première peur consiste à croire que Dieu veut nous
posséder, quasiment nous voler quelque chose. Combien de jeunes refusent de s'abandonner pour cette
raison! Mais non, au contraire! Dieu veut nous donner la pleine vie.
Il y a une autre peur en nous, c'est celle que Dieu ne nous écoute pas, ne peut pas nous comprendre. Ce
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (18 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
n'est pas vrai! Dieu Père écoute tout et comprend tout; à l'inverse, c'est nous qui ne L'écoutons pas parce
que dans nos demandes nous possédons déjà la réponse que nous voulons. Cette attitude fait augmenter
la peur et ainsi se multiplient les prières névrotiques, les tensions. L'égocentrisme n'est pas seulement une
partie de notre caractère, mais il a ses racines les plus profondes dans l'égoïsme.
Il n'est pas possible de nous ouvrir à Dieu Père si nous sommes concentrés sur nous-mêmes et, de la
même manière, nous sommes imperméables aux autres. De la rencontre avec Dieu Père nous recevons la
vie débordante; cette vie n'est pas quelque chose d'abstrait, ou pour l'au-delà, c'est une vie comblée, pour
l'aujourd'hui. Si vous ne partez pas de cette certitude, vous faites fausse route. Toutefois, personne ne
pourra vous expliquer ce rapport intérieur avec Dieu Père parce que vous devrez le découvrir tout seul.
4. Pour demeurer avec Dieu Père, il faut accomplir deux pas: voir...
Voulez-vous voir Dieu Père? Tous répondront: "Je voudrais" mais ce n'est pas vrai. Nous atteignons ici
un niveau profond. On peut voir Dieu Père à condition que l'on cherche seulement Lui et qu'on Lui donne
la primauté absolue dans l'âme. Seulement alors, l'âme commence à voir. On ne peut faire ce pas concret
qu'en contemplant Jésus Christ mais non comme une image abstraite.
Le cinquième chapitre de St Jean nous parle d'une responsabilité intérieure: l'homme peut voir et
rencontrer Dieu, et ce pas Jésus Christ nous l'assure avec la Rédemption. Jésus nous ouvre la route à un
niveau plus profond pour voir et rencontrer le Père, mais cela exige de notre part une décision
authentique et le renoncement à tout type d'excuse en face du Père. Il est important de démasquer nos
excuses: plus nous les découvrirons et les éliminerons, mieux nous entrerons dans la lumière.
5. ...et venir - Puis St Jean nous indique un second pas. Il n'est pas suffisant de voir, il faut venir. Nous
avons généralement un concept très statique de la foi alors qu'au contraire, être ouverts dans la foi
signifie être catapultés au-dehors. Mais venir à la rencontre du Père présuppose encore une fois une
décision, une disponibilité.
Que signifie venir? Dans Jean 6, Jésus parle de l'Eucharistie dans le discours sur le pain de vie et dit: Qui
vient à moi n'aura plus jamais faim (J.6,35). Nous devons arriver au point d'accepter le Père par le Fils.
Cela comporte le sacrifice de l'égoïsme sous toutes ses formes et signifie traverser sereinement les croix
pour devenir pain de vie. Jésus nourrit les âmes avec la vie du Père pour que nous aussi, dans cette union
devenions pain et transmettions la vie du Père. Qui arrive à ce niveau parvient à la contemplation; qui
arrive à ce rapport ouvert avec Dieu, parvient au sacerdoce royal!
Il faut chercher Dieu Père, non pour Le posséder, mais pour nous donner à Lui.
6. Pour que vous alliez et portiez beaucoup de fruit! - Qui reste en Dieu porte du fruit, qui a Dieu en lui
peut Le révéler aux autres. Notre comportement s'appelle Dieu, c'est une faillite si nous ne restons pas en
Lui et Lui en nous.
Notre devoir consiste à manifester Dieu vivant, c'est pourquoi je vous invite à rester avec Dieu Père et à
continuer à découvrir ce rapport, cette dynamique de Dieu en vous. Notre mission est de garder la vie de
Dieu en nous et dans les autres et ne pas permettre qu'elle en sorte. C'est l'attitude que nous devons avoir:
ne pas porter soi-même au nom de Dieu, mais porter la vie de Dieu. Seulement ainsi, en communion avec
Dieu Père, par le Fils, dans l'Esprit Saint, vous pourrez régénérer le monde.
Nicola
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (19 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
Le point culminant de la prière
dans le Corpus Domini, signe la fin de la guerre
Désormais, 80 jours après son commencement se profilait une tragédie sans fin, avec un million de
réfugiés du Kosovo, les atrocités bien connues et les bombes qui détruisaient sans relâche le territoire
serbe. C'aurait même pu être pire, avec l'extension du conflit, comme beaucoup le prédisaient et
notamment les prophètes de malheurs fixés à 1999, année annoncée apocalyptique. Après les appels
angoissés réitérés du Pape et les efforts du S.Siège pour la cessation du conflit, le S.Père appelait
d'urgence tous les chrétiens à la prière, indiquant "le jour du Corpus Domini comme le sommet de
l'intense imploration de l'Eglise pour la paix dans les Balkans".
Eh bien! C'est justement le jeudi du Corpus Domini, 3 juin, que le Parlement yougoslave approuvait la
solution du conflit proposée par le groupe européen, plus la Russie. Jean-Paul II a pu dire, au terme de
l'imposante procession du Corpus Domini de St Jean de Latran à Ste Marie Majeure: "Il semble que la
prière du Pape et de toute l'Eglise soit encouragée par les perspectives de paix qui paraissent s'être
finalement ouvertes". Le jeudi suivant, veille de la fête du Sacré Coeur de Jésus, a été signée à l'ONU la
cessation définitive des hostilités.
Certes, tout n'est pas fini. Maintenant il faut construire la paix. C'est le moment où doit se faire jour
l'amour de l'homme envers son frère.
ULTIME
Le 18ème Anniversaire - Le 25 juin a vu une grande multitude de pèlerins provenant de toutes les parties
du monde. C'est en 16 langues qu'a été célébrée la S.Messe; on estime à environ 50.000 le nombre des
fidèles. Le soir, plus de 160 prêtres ont concélébré. Etaient présents également l'Archevêque Mgr Franic',
le Nonce apostolique en Slovénie Card.Echevarria, et deux Evêques équatoriens. Les voyants étaient tous
présents; même Marija est venue avec sa famille. Comme à l'accoutumée la veille s'est déroulée, derrière
le Saint Sacrement la marche pour la paix, de Humac à Medj.
A Ivanka: "Priez pour la paix!"
Comme toutes les années, Ivanka eut l'apparition le 25 juin et la Gospa demeura avec elle, dans sa
maison, de 7 à 8 minutes. Seuls, son mari et ses 3 enfants y assistaient. La voyante a dit avoir prié pour la
paroisse, pour les familles, et pour tous. Voici le message de Notre Mère: Chers enfants, remerciez mon
Fils pour toutes les grâces qu'Il vous a accordées. Priez pour la paix, priez pour la paix, priez pour la
paix.
P. Tardif, un ami et 'prophète'
de Medjugorje, nous a quittés
Père Emiliano Tardif, canadien, des missionnaires du S.Coeur, est décédé d'une crise cardiaque le 8 juin
dernier, à Cordoba (Argentine). Il avait 71 ans.
Le Seigneur Jésus lui avait donné un fort charisme d'intercession dans la prière pour les malades de
l'esprit, du psychisme et du corps. C'est par centaines que se comptent les témoignages de guérison et de
conversion profonde qui sont advenues lors de ses missions. Lui-même avait recouvré la santé
miraculeusement en 1973: "J'étais malade de tuberculose aigue et il m'avait été prescrit un an de soins
intensifs. Au contraire, je fus guéri en 3 jours grâce à la prière de 5 laïcs". Mais à qui lui attribuait les
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (20 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]
background image
miracles, il répondait: "Je suis le petit âne de Dieu. Quand Jésus entra à Jérusalem, certes la foule
acclamait Jésus, mais pas l'ânon qui le portait". Lors de chacune de ses rencontres, P.Emiliano répétait et
actualisait avec son oeuvre les paroles: Christ Jésus est le Seigneur! Christ Jésus est vivant!
Et Jésus est venu le chercher alors qu'il terminait de se préparer pour la Messe, durant une retraite pour
les prêtres, donnant ainsi un beau signe à ce fils qui avait toujours mis la Sainte Eucharistie au centre de
sa vie, de son ministère et de ses charismes. Prions pour que nous aussi sachions faire de la S.Messe
notre vie, et de notre vie une Sainte Messe.
Soeur Emmanuel écrit: "Le P.Tardif était lié à Medj. à bien des égards. En 1981, lors d'une retraite
internationale pour prêtres à Rome, il prophétisa au P.Tomislav Vlasic: La Sainte Vierge viendra
Elle-même vous aider! Le mois suivant, les apparitions commençaient à Medj.!!
En 1983, il vint à Medjugorje avec l'un de mes frères des 'Béatitudes', et d'autres. Ils reçurent un message
privé de la Gospa que Marija leur communiqua. Elle leur recommandait de prêcher Ses messages dans le
monde. Mais le lendemain les Autorités communistes les arrêtèrent. Motif d'accusation: Ils rassemblaient
des foules immenses ! (...) Ils furent donc chassés du pays et interdits de séjour pendant 5 ans".
Le P.Tardif revint plusieurs fois en Herzégovine. Son ministère de compassion pour les 'souffrants'
s'inscrivait bien dans l'esprit de Medj. où Marie exprime une telle sollicitude pour les malades. Et
beaucoup de guérisons spirituelles et physiques sont obtenues à Medjugorje. * *
Une seule adresse pour l'édition en langue française:"Echo de Marie Reine de la Paix - B.P.4602 -
F-45046 Orléans Cedex 1
Pour diffuser les messages et les vivre dès leur parution vous pouvez recevoir les quelques lignes du
message mensuel dès le 27 de chaque mois (postés le 26) et ceci en autant d'exemplaires que vous le
souhaitez; il suffit d'en faire la demande à l'adresse ci-dessus.
L'Echo de Marie Reine de la Paix est gratuit. L'oeuvre vit d'offrandes. CCP DIJON 4480-19 R ou
chèques. Merci d'établir les Euro-chèq.en francs français à un seul ordre: ECHO DE MARIE, 18 allée
Thévenot - F-39100 DOLE.
Je veux vous rendre participants de la Grâce de mes 50 ans de sacerdoce, célébrés le 29 juin. J'ai dit:
"Père Saint, merci pour Tes dons infinis. - Jésus, Bon Pasteur, sauve et sanctifie ceux que Tu m'as
donnés. - Esprit Saint, accomplis dans mon infirmité ce que je n'ai pas fait dans la plénitude de mes
forces. - Ma Mère, ma confiance et mon espérance, je me confie et m'abandonne à Toi.
Quant au travail pour l'Echo, dans lequel j'ai engagé toutes mes forces, maintenant je dois dire 'basta'.
Prions Marie que, outre les braves collaborateurs, Elle nous donne un rédacteur et coordinateur sur place,
en raison de l'énorme travail de rédaction et de liaison avec les divers traducteurs.
Dans le Très Précieux Sang du Christ, auquel est consacré juillet, et dans la gloire de l'Assomption au
ciel de Notre-Dame, je vous bénis de tout coeur.
Villanova M., 1er juillet 1999
Don Angelo
Eco
file:///C|/MedSite/echo/e146fr.htm (21 of 21) [9/21/2000 5:58:05 PM]

Document Outline

  • Local Disk