Commentaire du Message, 25. novembre 2001

PREPARONS NOS CŒURS

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

 
«Chers enfants, en ce temps de grâce je vous appelle à nouveau à la prière. Petits enfants, priez et préparez vos coeurs pour la venue du Roi de la Paix afin que, par sa bénédiction, il donne la paix au monde entier. L'inquiétude s'est mise à régner dans les coeurs et la haine régit le monde. C'est pourquoi, vous qui vivez mes messages, soyez la lumière et les mains tendues vers ce monde incroyant, afin que tous en viennent à connaître le Dieu d'amour. Ne l'oubliez pas, petits enfants, je suis avec vous et je vous bénis tous. Merci d'avoir répondu à mon appel. »

Dans le message du mois dernier, la Gospa nous a dit : « Petits enfants, vous êtes choisis pour témoigner de la paix et de la joie », et aujourd’hui, elle nous parle de l’inquiétude dans les cœurs et de la haine dans le monde.

Chaque personne recherche la joie. Tout le monde veut être heureux et recherche la joie. Nous voulons tous être heureux. Les bons et les méchants sont pareils dans leur désir d’être heureux. Celui qui est bon l’est pour être heureux, et celui qui est méchant ne le serait pas s’il n’espérait pas ainsi devenir heureux. Dans ses Confessions, le grand Saint Augustin nous disait : Si nous aimons la joie, c’est parce que nous l’avons déjà connue d’une manière mystérieuse. Si nous ne l’avions pas connue - si nous n’étions pas créés pour elle - nous ne l’aimerions pas. Celui qui frappe à la porte d’une église - même s’il le fait avec violence et colère - le fait parce qu’il recherche la joie. Les jeunes surtout recherchent la joie. Or, nous voyons que le monde qui nous entoure est plutôt triste. La tristesse et l’inquiétude nous enserrent et nous suffoquent. Il y a de moins en moins de personnes joyeuses et de chrétiens joyeux. Déjà Nietsche réprimandait les chrétiens, disant que leurs visages étaient trop sombres et renfrognés.

La tristesse et l’inquiétude marchent dans nos rues, nos villages et nos villes. La tristesse s’est glissée même dans nos familles. La tristesse et l’inquiétude infectent même nos enfants, à qui - à la place de la joie - nous donnons à manger, nous offrons des jouets de plus en plus grands et de plus en plus laids, qu’ils finissent par déchirer. La joie ne vient pas des choses matérielles, des jouets, de la nourriture, des automobiles, des motos, de la technique, de l’argent ou des plaisirs. Notre cœur et notre âme recherchent la vraie nourriture. Tu ne peux pas tromper ton âme en lui offrant des choses matérielles. Si tu ne lui donnes pas Dieu et sa Parole en nourriture, elle se rebellera et se vengera. Ton âme te donne des signes comme le vide, le manque de sens, la nervosité, l’agressivité, la colère contre tout et tous. Il faut reconnaître ces signes, réapprendre à se réjouir des petites choses et retrouver tant de choses qui nous entourent. Il faut comprendre que tout nous est donné et que nous n’avons rien gagné ni mérité.

La Gospa, la Mère, marche avec nous depuis plus de vingt ans déjà. Par ce nouveau message, elle nous prépare pour le temps de l’Avent qui approche et présente à nos yeux le Roi de la Paix. L’inquiétude et la haine gouvernent le monde, nous dit la Mère dans ce message, ce que nous savons et voyons très bien. Non seulement dans le monde, mais aussi dans les relations humaines, dans les familles, entre les peuples. La Gospa nous montre le chemin, met entre nos mains un moyen puissant par lequel nous pouvons parvenir à la paix, si seulement nous la voulons et la recherchons. Il ne suffit pas de voir et de se rendre compte de l’état dans lequel se trouvent notre cœur et notre âme, de l’état qui règne dans notre famille. Il ne suffît pas de le savoir, comme, à l’homme affamé, ne suffit pas de savoir que le pain est bon. Il ne nous sert à rien de savoir que Dieu est amour, il ne sert à rien de savoir que la Gospa est là parce qu’elle nous aime. Il faut suivre ses paroles, se décider, se mettre en marche dès aujourd’hui. Nous avons besoin de la rencontre et de l’expérience du Dieu d’amour. Il ne sert à rien de maudire les ténèbres. Par contre, il suffit d’allumer une lampe et les ténèbres sont déjà dispersées. Parfois il suffit de lever seulement un peu les yeux au-dessus de la boue de ce monde, un peu au-dessus de nos têtes, de prononcer une parole bonne et positive - et déjà les ténèbres se sont dispersées. Il nous faut guérir de nos pensées négatives, noires, tragiques, et prononcer des paroles pures, afin que la santé et la paix de Dieu puissent venir à nous. Il ne suffit pas de dire que l’on ne prie pas dans ma famille, qu’on n’arrive pas à se retrouver tous ensemble, que chacun va son chemin, vers son travail. Si personne ne le veut - toi, fais-le, commence, aie le courage de dire à Dieu un mot de prière et de supplication, afin que par toi la lumière puisse descendre peu à peu sur tous ceux qui t’entourent.

Nombreux sont les cœurs qui suivent les messages que la Gospa continue à nous donner aujourd’hui encore. La Gospa compte sur nous, qui voulons entendre ses messages. Elle compte sur notre persévérance même lorsque nous ne voyons pas immédiatement les fruits et le succès. Notre certitude est dans sa présence, dans ses paroles qu’elle est avec nous malgré tout. Soyons et restons avec elle. Paix et bien à vous.

Medjugorje, le 26 novembre 2001


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.