Commentaire du Message, 25. février 2002

LA PRIERE EST UN BESOIN

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

 
«Chers enfants, en ce temps de grâce, je vous appelle à devenir des amis de Jésus. Priez pour la paix dans vos cœurs et travaillez à votre conversion personnelle. Petits enfants, seulement ainsi vous pourrez devenir témoins de la paix et de l'amour de Jésus dans le monde. Ouvrez-vous à la prière afin que la prière soit un besoin pour vous. Convertissez-vous, petits enfants, et travaillez afin que le plus d'âmes possible apprenne à connaître Jésus et son amour. Je vous suis proche et je vous bénis tous. Merci d'avoir répondu à mon appel. »

Le temps de Carême dans lequel nous nous trouvons est un temps de grâce, nous rappelle la Bienheureuse Vierge Marie dans son message. Ce temps de grâce a commencé avec la venue de Jésus Christ. Dans de nombreux messages précédents, la Gospa a voulu attirer notre attention sur cette réalité présente au-dedans de nous et tout autour de nous. La présence de Marie ici est une grâce ; c’est un don pour celui qui l’accueille en tant que Mère de sa vie et Mère de sa paix. Chacune de ses paroles et de ses messages sont l’appel de son cœur maternel adressé au cœur de l’homme.

Dans ce dernier message, Marie, notre Mère, veut que nous devenions des amis de Jésus : que nous ne soyons plus des étrangers, mais Ses amis qui Le connaissent chaque jour de mieux en mieux. Nous ne pouvons devenir de vrais amis les uns des autres que si nous sommes des amis de Jésus. Nous pouvons nous appeler croyants et chrétiens, nous pouvons aller à la Messe dominicale, nous confesser régulièrement, tant bien que mal vivre notre foi extérieurement, sans pour autant connaître Jésus et sans être Ses amis. Nous ne pouvons jamais dire que nous connaissons assez Jésus. Nous ne pouvons que Le chercher ; nous pouvons Le trouver parce qu’Il est allé le premier à notre recherche. Selon l’Apôtre St Jean : « Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. » (1 Jn 4,10)

St Augustin, dans ses « Confessions », relate une magnifique expérience de l’amour de Dieu et de sa proximité que Sainte Monique, sa mère, a obtenue pour lui par sa prière:

« Tard je t’ai aimé, beauté si ancienne et si nouvelle, tard je t’ai aimé. Tu étais au-dedans et moi j’étais en dehors. Tu étais avec moi et moi je n’étais pas avec Toi. Tu as appelé et crié, tu as brisé ma surdité. Tu as frappé la foudre, tu as éclairé et dispersé ma cécité. Tu as versé ton parfum et je l’ai respiré, et maintenant je languis après Toi. J’ai goûté, et j’ai faim et soif. Tu m’as touché et j’ai brûlé pour ta paix. Si je m’attache à Toi de tout mon être, il n’y aura plus pour moi de peine ni de souffrance, et ma vie sera vivante, toute pleine de Toi. Je ne cache pas mes blessures ? Tu es le médecin, je suis le malade. Tu es miséricordieux, je suis le misérable. Et toute mon espérance est seulement dans Ta grande miséricorde, Seigneur mon Dieu. » Nous avons besoin de telles expériences de la proximité de Dieu, et la Gospa veut nous conduire vers ces expériences, cette proximité et cette amitié.

Pour la conversion il faut travailler. Mais la conversion est si grande, et ne relève pas seulement de la force humaine. La conversion dépasse l’homme. Le mal est plus fort que l’homme et veut le paralyser. C’est pourquoi nous avons besoin de Dieu. Jésus Christ seul peut nous sortir du péché, de la paresse, de l’égoïsme, du mensonge et du mal. Mais c’est nous qui devons faire le pas décisif. Nous ne pouvons ni nous changer nous même ni nous convertir par nos propres forces, mais nous pouvons dire « oui » à Dieu. Nous pouvons faire un tournant dans notre vie, nous pouvons recevoir les paroles de Jésus comme paroles divines et non humaines. Ces paroles ont le pouvoir de guérir, de convertir et de sauver l’homme. Seulement ainsi pourrons-nous dire avec saint Paul : « Si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. » (Ga 2,20)

Merci, Marie, notre Mère, de nous donner le moyen qui peut nous conduire jusqu’à Jésus. Que par ton intercession nos cœurs découvrent de plus en plus la prière comme un besoin. Qu’il y ait de plus en plus de ceux qui, par amour de Dieu et par amour d’eux-mêmes, découvrent la prière comme quelque chose qu’ils peuvent et non qu’ils doivent faire.

P. Ljubo Kurtovic

Medjugorje le 26 février 2002


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.