Commentaire du Message, 25. novembre 2003

Soyez amour, joie et paix

Other languages: English, Deutsch, Español, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

 
«Chers enfants, je vous invite à ce que ce temps soit pour vous une incitation encore plus forte à la prière. Pendant ce temps, petits enfants, priez pour que Jésus naisse dans tous les cœurs, particulièrement dans ceux qui ne le connaissent pas. Soyez amour, joie et paix dans ce monde sans paix. Je suis avec vous et j’intercède auprès de Dieu pour chacun de vous. Merci d’avoir répondu à mon appel. »


Une nouvelle fois, la Vierge Marie nous invite à la prière en ce temps de l’Avent qui approche. L’Avent et le Carême sont les temps liturgiques dans lesquels l’Eglise, en tant que Mère, nous appelle à réexaminer notre vie, à prendre des décisions concrètes, à faire des promesses, à prendre des tournants plus décisifs sur notre chemin vers Dieu. Aujourd’hui, comme au cœurs de toutes ces années, Marie veut que nos jours ne s’écoulent pas en vain, que le temps ne passe pas à côté de nous, que nous ne contournions pas Dieu en ce temps que nous vivons - ce Dieu qui nous appelle, qui nous cherche, qui nous stimule par Marie.
La plus grande joie d’une mère sont ses enfants. Pouvons-nous imaginer la joie que nous sommes pour Marie - la Reine de la Paix ? Elle est « la cause de notre joie » et elle nous appelle à devenir la cause de sa joie. Son seul désir est que Jésus naisse dans nos cœurs. Elle est la plus triste quand nous perdons Jésus, quand Il n’est pas avec nous, plus précisément quand nous ne sommes pas avec Lui. Il faut tout entreprendre pour revenir à Jésus, pour retrouver Jésus. D’un point de vue humain, Marie et Jésus souffrent quand nous nous éloignons d’eux, quand nous abandonnons Jésus de quelque manière que ce soit et pour quelque raison que ce soit. Or, la Mère nous conduit à son Fils ; avec elle, il nous sera toujours plus facile de Le trouver et de rester avec Lui. Elle n’a pas de tâche plus importante que celle-ci, mais elle ne peut l’accomplir qu’avec notre coopération. C’est pourquoi elle nous stimule et elle nous met à cœur les moyens que l’Eglise offre à ses enfants depuis des siècles, en les conduisant à Dieu et en les enfantant à une vie nouvelle en Dieu.
Le but des messages de la Gospa et de ses apparitions est que tous connaissent Dieu, que tous rencontrent Dieu. Elle veut que - par nous - Dieu rejoigne chacun. Nous sommes tous liés et nous sommes tous responsables les uns des autres. Dieu ne peut venir en ce monde qu’à travers des personnes humaines, de l’un à l’autre. Dieu veut venir dans ce monde par toi et par moi. S’Il ne passe pas par nous, comment viendra-t-Il ? Le seul sens plénier de notre vie est de Lui permettre de venir. Si nous ne Lui permettons pas, alors en quoi consiste le sens de notre vie ? Et que sommes-nous sur cette terre sans Lui ?
Aussi en ce temps de l’Avent, et de Noël qui approche, Dieu veut venir. Il a du temps. Il a toute l’éternité. Mais nous, nous n’avons qu’aujourd’hui, l’instant présent. L’éternité ne nous appartient pas, elle appartient à Dieu. Dieu a besoin de notre naturel, de notre simplicité. Dieu a besoin de notre proximité, et nous avons encore plus besoin de la sienne.
Ce n’est qu’à travers la proximité de Dieu que nous pourrons de jour en jour devenir amour, joie et paix en ce monde, comme la Gospa nous le dit. Car les œuvres d’amour sont les œuvres de paix. Et quand l’amour est partagé, on ressent la paix qui s’empare de celui qui donne l’amour et de celui qui le reçoit. Quand la paix est là, Dieu est là, et c’est ainsi que Dieu touche notre âme et manifeste son amour pour nous - en répandant la paix et la joie en nos cœurs.
La Bienheureuse Mère Teresa priait : « Conduis-moi de la mort à la vie. Du mensonge à la vérité. Conduis-moi du désespoir à l’espérance. De la peur à la confiance. Conduis-moi de la haine à l’amour. De la guerre à la paix. Fais que la paix remplisse nos cœurs, notre monde et notre univers, paix, paix, paix. »
Nous ne sommes pas seuls, Marie est avec nous, avec sa présence et la force de son amour maternel, voulant que la paix de son cœur entre dans chaque cœur. Permettons-le-lui.

P. Ljubo Kurtovic

Medjugorje 26. 11. 2003


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.