Commentaire du Message, 25. juillet 2007

Que la prière soit pour vous comme l'air que vous respirez


 
«Chers enfants, aujourd’hui, en la fête du protecteur de votre paroisse, je vous invite à imiter la vie des saints. Qu’ils soient pour vous un exemple et une incitation à la vie de sainteté. Que la prière soit pour vous comme l’air que vous respirez et non un fardeau. Petits enfants, Dieu vous révèlera son amour et vous expérimenterez la joie d’être mes bien-aimés. Dieu vous bénira et vous donnera une abondance de grâce. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

En tant que Mère, la Gospa nous appelle et nous encourage aujourd'hui, le jour de la fête de Saint Jacques, patron de la paroisse de Medjugorje et des pèlerins, d’imiter la vie des saints, la vie de ceux qui sont dans les cieux, dans notre patrie éternelle. Dans son message du 25 juillet 2002, Notre-Dame nous a dit aussi: «Chers enfants, aujourd’hui je me réjouis avec votre Saint patron et je vous invite à être ouverts à la volonté de Dieu… Recherchez auprès de vos saints protecteurs l’aide pour grandir dans l’amour envers Dieu.» Les saints sont ceux qui intercèdent pour nous et qui interviennent en notre faveur auprès de Dieu. C'est pourquoi nous nous tournons vers eux pour leur adresser nos prières afin qu'ils les présentent à Dieu. Les saints nous servent d'exemple en nous montrant qu'il vaut la peine de rester fidèles à Dieu et que Dieu ne nous trompera jamais.

«Que la prière soit pour vous comme l'air que vous respirez» – nous dit notre Mère Marie. Notre organisme corporel a besoin de l'air. Nous savons comment nous nous sentons quand nous manquons d’air. Notre corps ne peut pas vivre sans air. Ce que l'air est pour notre organisme corporel, la prière l'est pour notre organisme spirituel. Sans la prière, nous serions morts spirituellement. Sans la prière, l'homme réduirait sa vie au corps, à ce qui est matériel, aux choses mortes. La prière n'est pas quelque chose qui serait prescrit ou ordonné par l'Eglise, par Dieu ou par la Gospa. La prière n'est pas non plus un exercice dévot. La prière est beaucoup plus. La prière est l’essence de la vie. Sans la prière, nous serions morts, car en nous, il n'y aurait plus de vie. Sans la prière, Dieu n'aurait pas en nous l'espace dans lequel il pourrait venir pour nous guérir, nous sauver et soigner nos cœurs et nos âmes.

C'est seulement à travers la prière que Dieu peut nous révéler son amour et que nous pouvons expérimenter la joie d'être les enfants bien-aimés de Dieu et de la Gospa. L'expérience nous montre que, pour vivre, il ne suffit pas d'être conscient des bienfaits de la nourriture, mais qu’il faut manger. De la même manière, il ne suffit pas de savoir que Dieu et Notre-Dame nous aiment, mais il faut l'éprouver, le vivre comme quelque chose de beaucoup plus réel que la réalité que nous percevons avec nos yeux corporels.

«Vous expérimenterez la joie d'être mes bien-aimés» – nous dit Notre-Dame. Mais il faut au préalable remplir une condition, c'est la prière avec le coeur dans laquelle l'âme s'ouvre et s'abandonne à Dieu par l’intercession de Notre-Dame. L'Evangile nous dit que lors du baptême de Jésus-Christ dans le Jourdain, la voix du Père céleste se fit entendre du ciel: «Tu es mon Fils bien-aimé; je mets en toi toute ma joie.» (Mc 1,11). Ces paroles se rapportent à Jésus. Mais à travers Jésus et en Jésus, elles se rapportent aussi à toi et à moi. En Jésus et à travers Jésus, chacun d'entre nous est le fils bien-aimé du Père, la fille bien-aimée du Père, l'élu, l'élue, le favori, la favorite du Coeur du Père. En Jésus et à travers Jésus, nous sommes aussi les enfants bien-aimés de la Gospa.

Dans la vie, on nous a répété à maintes reprises qu'il est important d'aimer Dieu. Et ceci est vrai. Mais il est beaucoup plus important que Dieu nous aime. Notre amour pour Dieu est secondaire par rapport à l'amour de Dieu pour nous, qui est d’une importance primaire: «Et l'amour consiste en ceci : ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c'est lui qui nous a aimés ; il a envoyé son Fils qui s'est offert en sacrifice pour le pardon de nos péchés» (1Jn 4,10) – nous dit l'apôtre Jean dans son épître, en ajoutant ceci: «Et nous, nous savons et nous croyons que Dieu nous aime.» (1Jn 4,16).

Que la Bienheureuse et Immaculée Vierge Marie, pleine de grâce, nous guide et nous initie au mystère du Cœur du Père et de Son amour pour nous.

Fr. Ljubo Kurtović
Medjugorje, le 26 juillet 2007

Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.