Commentaire du Message, 25. août 2002

Recherchez auprès de Dieu le don de la foi

Other languages: English, Čeština, Deutsch, Español, Français, Hrvatski, Italiano, Polski

 

Message, 25. août 2002 [O]

«Chers enfants, Aujourd'hui aussi je suis avec vous dans la prière pour que Dieu vous donne une foi encore plus forte. Petits enfants, votre foi est petite et vous n'êtes même pas conscients combien, malgré cela, vous n'êtes pas prêts à rechercher auprès de Dieu le don de la foi. C'est pourquoi je suis avec vous pour vous aider, petits enfants, à comprendre mes messages et à les vivre. Priez, priez, priez et seulement dans la foi et à travers la prière votre âme trouvera-t-elle la paix, et le monde la joie d'être avec Dieu. Merci d'avoir répondu à mon appel. »

En nous assurant de sa présence, Marie, notre Mère, la Reine de la Paix, nous confirme dans la foi et la certitude. Celle qui a été présente dans les moments les plus difficiles de la vie du Christ reste toujours avec l’Eglise du Christ et demeure avec toutes les générations jusqu’à ce jour. Elle a été présente parmi les apôtres dans la prière en attendant la promesse d’en haut : la puissance et la force de l’Esprit Saint. Elle est une croyante et une pèlerine qui marche avec nous, qui prie et qui croit avec nous. Avec elle, l’élue de Dieu, notre foi est plus grande, notre amour est plus fort et notre espérance est indestructible.

La foi est une grâce et un don. Nous la recevons de Dieu, et Dieu se sert des hommes pour nous offrir son Salut. C’est pourquoi, sur ce chemin de la foi, Il nous a donné l’Eglise, et dans l’Eglise, Il s’est donné Lui-même et nous a donné Marie, notre Mère.

Sans la foi, notre vie est presque inimaginable. Lorsque l’enfant est né, il croit ses parents ; c’est pourquoi il peut grandir et se développer dans la paix et la sécurité. Il peut se jeter librement sur les genoux de ses parents, sachant qu’il sera reçu et protégé.

Croire signifie également savoir. Sans la foi, nous ne pouvons grandir dans le savoir, nous ne pouvons nous mouvoir librement, nous devons tout craindre. Le contraire de la foi, c’est la peur, la méfiance. La personne qui ne croit pas en autrui doit se protéger, se défendre et sans cesse vivre dans la crainte et la tension, de peur d’être attaquée, dérobée, tuée. Le fondement de notre vie est la foi et la confiance, d’abord en Dieu et puis dans les hommes qu’Il a mis sur notre chemin. Vivre sans la foi, c’est comme construire une maison sur le sable, maison qui peut à tout instant s’écrouler.

De ses disciples, Jésus a demandé la foi. Il disait : « Ta foi t’a sauvé », bien que ce soit Lui qui sauve. C’est comme s’Il voulait dire : « Par ta foi, tu as m’a permis de t’aider. Par ta foi, tu m’as ouvert la porte à travers laquelle j’ai pu entrer pour t’apporter la santé et mon Salut ». Dans l’Evangile, nous voyons que Jésus n’a pas pu faire grand chose pour ceux qui L’approchaient par intérêt, par curiosité, sans confiance en sa personne. Il nous faut demander la foi dans la prière, il nous faut avoir la foi de la femme de l’Evangile qui souffrait pendant 18 ans : elle a approché Jésus avec une foi qui attendait de Lui le Salut et la santé. Beaucoup ont touché Jésus, mais lorsque cette femme L’a touché, une force est sorti de Lui, et elle fut la seule à être guérie. Elle a été guérie parce qu’elle a dit « Oui » à Jésus de tout son cœur. Elle a eu le courage de s’abandonner, de se donner à Jésus ; c’est pourquoi Jésus a pu se donner à elle.

Croire en quelqu’un signifie aussi connaître cette personne. Sans la foi, la connaissance est impossible. Or, Dieu est une personne. Nous pouvons vraiment approcher une personne seulement avec un cœur ouvert, avec un cœur qui se donne, un cœur disposé à accepter l’autre comme un don. Nous ne pouvons jamais totalement connaître Dieu parce qu’Il est toujours nouveau et différent. Dieu veut toujours nous surprendre. Avec Lui, on ne s’ennuie jamais. La prière peut être ennuyeuse, mais Dieu jamais. Si la prière est difficile, c’est le signe que beaucoup d’égoïsme doit mourir en nous, afin que Dieu puisse accéder à la première place dans notre vie.

Le péché en nous nous a privé de la force pour faire le bien. C’est pourquoi nous expérimentons les difficultés dans la prière, les difficultés à pardonner, à se confesser, à ordonner notre vie selon les commandements de Dieu.

Marie, notre Mère, nous rappelle : « vous n’êtes pas prêts à rechercher auprès de Dieu le don de la foi », parce que nous ne le connaissons même pas et n’en ressentons pas le besoin. Grandir dans la vie spirituelle signifie fortifier en nous les vertus de la foi, de l’espérance et de l’amour. Qui peut dire : « Je crois totalement en Dieu, j’aime Dieu parfaitement, j’espère… » ? Notre expérience nous dit que nous pouvons grandir dans la foi, dans l’espérance et dans l’amour toujours davantage et toujours mieux. Nous pouvons grandir jusqu’à la plénitude du Christ en nous, puisque nous avons été crées à son image. C’est pourquoi la Gospa vient vers nous, c’est pourquoi elle nous parle, ne voulant pas nous laisser dans notre tranquillité, mais voulant nous offrir la paix de son cœur qui est tout abandonné à Dieu.

P. Ljubo Kurtovic

Medjugorje, 26.08.2002


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

Afin que Dieu puisse vivre dans vos cours vous devez aimer.